Page images
PDF
EPUB

HISTOIRE PARLEMENTAIRE

DE LA

RÉVOLUTION FRANÇAISE,

OU

JOURNAL DES ASSEMBLÉES NATIONALES,

DEPUIS 1789 JUSQU'EN 1815.

[ocr errors][merged small][merged small]
[ocr errors]

DE LA

RÉVOLUTION

FRANÇAISE,

OU

JOURNAL DES ASSEMBLÉES NATIONALES,

DEPUIS 1789 JUSQU'EN 1815,

CONTENANT

La Narration des événemens ; les Débats des Assemblées ; les Discussions des

principales Sociétés populaires, et particulièrement de la Société des Jaco.
bins ; les procès-verbaux de la commune de Paris ; les Séances du Tribunal
révolutionnaire ; Compte-rendu des principaux procès politiques; le
Détail des budgets annuels; le Tableau du mouvement moral extrait des
journaux de chaque époque, etc.; précédée d'une Introduction sur l'his-
toire de France jusqu'à la convocation des États-généraux,

PAR P.-J.-B. BUCHEZ ET P.-C. ROUX.

TOME DOUZIÈME.

PARIS.

PAULIN, LIBRAIRE,
RUE DE SEINE, No 6, HÔTEL MIRABEAU.

MDCCC XXXIV.

[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors]

PREFACE.

LA Constituante vient de finir, et la Législative òuvre ses séances : c'est le moment de jeter un coup d'ail sur les travaux de l'une et l'autre assemblée. Nous interromprons donc un moment la série d'idées que nous poursuivions dans nos préfaces précédentes, et que nous nous proposions de continuer dans celle-ci , afin de nous livrer à cet examen.

Dans la plupart des histoires antérieures à la nôtre, tout en déplorant que tant de deuils aient couvert les nobles et généreux efforts de la révolution', on prodigue l'éloge à la Ġonstituante, et on jette le blåme sur la Législative. On aimire la première, et l'on attrihue à la seconde les tristes nécessités où la France fut réduite. Sui-' vant nous, c'est accuser la victime des fautes du coupable. La Constituante était libre de ses actes, maitresse souveraine de ses volontés et de la France. La Législative, au contraire, entrait dans le mouvement politique sous la domination d'un passé qui n'avait d'autre issue que la terreur conventionnelle, ou la perte de la nationalité française. La première de nos assemblées nationales avait créé des circonstances dont nulle force humaine ne pouvait changer la fatalité, et dont la Législative fut le produit et l'agent.

Nous l'avons déjà dit, et notre histoire en a été une démonstration inces

« PreviousContinue »