Appel a l'impartiale postérité, par la citoyenne Roland, femme du ministre de l'intérieur: ou Recueil des ecrits qu'elle a rédigés, pendant se détention, aux prisons de l'Abbaye et de Sainte-Pélagie ...

Front Cover
Louvet, 1795 - France - 116 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Common terms and phrases

Popular passages

Page 159 - Chabot n'y paraissait point encore; l'heure arrivée , il n'était pas venu. Grangeneuve en conclut qu'il a abandonné l'idée du partage ; mais croyant à l'exécution pour lui, il part ; il prend le chemin convenu, le parcourt à petits pas, ne rencontre personne au monde, repasse une seconde fois crainte d'erreur sur l'instant, et il est obligé de rentrer chez lui sain et sauf, mécontent de l'inutilité de sa préparation. Chabot se sauva des reproches par de...
Page 152 - ... dans le sang qui ruisselle des échafauds. Elle est pour le peuple sage qui chérit l'humanité , pratique la justice, méprise ses flatteurs, connaît ses vrais amis et respecte la vérité. Tant que vous ne serez pas un tel peuple , ô mes concitoyens ! vous parlerez vainement de la liberté ; vous n'aurez qu'une licence dont vous tomberez victimes chacun à votre tour; vous demanderez du pain , on vous donnera des cadavres , et vous finirez par être asservis.
Page 39 - Sublimes illusions, sacrifices généreux, espoir, bonheur, patrie, adieu! Dans les premiers élans de mon jeune cœur, je pleurais à douze ans de n'être pas née Spartiate ou Romaine; j'ai cru voir dans la révolution française l'application inespérée des principes dont je m'étais nourrie : la liberté, me...
Page 140 - Si ce n'étoit pas moi qui me chargeois de la rédaction des lettres qu'il avoit à faire pour le comité? . R. Que je n'avois jamais prêté mes pensées à mon mari , mais qu'il pouvoit avoir quelquefois employé ma main. D. Si je ne connoissois...
Page 93 - Effectivement , de grandes vérités se développent et deviennent communes ; des sentimens généreux s'animent et se répandent ; l'impulsion est donnée aux cœurs et aux esprits. Alors s'avancent des individus qui , revêtant les principes et adoptant le langage propre à les faire accueillir , cherchent à capter la bienveillance publique pour acquérir des places ou du crédit. Ils enchérissent sur la vérité pour se faire remarquer davantage; ils frappent les imaginations par des peintures...
Page 26 - Il vaudrait mieux dire à qui vous l'écrivez. — Je n'en ferai rien; le titre de mon ami n'est point tel en ce moment que je veuille vous nommer ceux à qui je le confie; » et je déchirai ma lettre. Comme je...
Page 14 - Dans l'état où est l'assemblée , je ne puis vous flatter, et vous ne devez guère espérer. Si vous êtes admise à la barre, vous pourrez, comme femme , obtenir un peu plus de faveur; mais la convention ne peut plus rien de bien...
Page 142 - Administrateur équitable et bon citoyen, il était fait pour pratiquer les vertus dans une république , et non pour fonder un tel gouvernement chez un peuple corrompu qui le regarda, durant quelque temps, comme son idole, et se réjouit de sa proscription comme de celle d'un ennemi. Lors...
Page 95 - C'était fort bien dit ; mais il est plus aisé de ne point accorder à un homme des moyens d'influence que de l'empêcher d'en abuser. Là commencèrent les fautes des patriotes. Dès que la cour...
Page 76 - Dumouriez que je venais de voir pour la première fois , qui a l'esprit délié, le regard faux, et dont peut-être il faudra plus se défier que de personne au monde ; il a exprimé une grande satisfaction du choix patriotique dont il était chargé de faire l'annonce ; mais je ne serais pas étonnée qu'il te fît...

Bibliographic information