La réforme et la ligue ...

Front Cover
Belin-Leprieur, 1843 - Europe - 594 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 375 - Nous vous jurons que vous en au« rez nouvelles ; car nous y mènerons si bien les mains « à tort et à travers, qu'il en sera mémoire à jamais.
Page 370 - L'accident de la blessure au lieu de mort , les menaces , forcent le conseil à la résolution de tuer tous les chefs.
Page 346 - Non, non, dit-il, ma tante; je vous honore « plus que le Pape , et aime plus ma sœur que je ne le « crains. Je ne suis pas huguenot , mais je ne suis pas
Page 288 - II n'ya pas long-temps, dit-il un jour à l'amiral, que vous • vous contentiez d'être soufferts par les catholiques; maintenant » vous demandez à être égaux, bientôt vous voudrez être seuls,
Page 428 - ... du lit ; et tirant sa <xmverture, le roi commença à lui dire, jetant un grand soupir, et larmoyant si fort que les sanglots lui interrompaient la parole : Ah ! ma nourrice , ma mie , ma nourrice , que de sang et que de meurtres ! Ah ! que j'ai suivi un méchant conseil ! O mon Dieu ! pardonne-les-moi, et me fais miséricorde, s'il te plaît.
Page 548 - ... sur son parti , fut telle qu'elle lui blanchit la moitié de la moustache.
Page 582 - Car elle estait telle, qu'à peine elle-mesme pouvait-elle passer par les rues si dru semées et retranchées de barricades, tellement que ceux qui les gardoient ne voulurent jamais faire plus grande ouverture que pour passer la chaise. »La...
Page 342 - Elle est .belle et bien avisée, et de bonne grâce, mais .nourrie en la plus maudite et corrompue compagnie ; car je n'en vois point qui ne s'en sente. Votre cousine la marquise en est tellement changée qu'il n'ya apparence de religion...
Page 306 - Béarn, qui, s'avançant d'un air guerrier , dit : « Je jure de défendre la religion , et de • persévérer dans la cause commune , jusqu'à ce que la mort ou la » victoire nous ait rendu a tous la liberté que nous désirons.
Page 52 - Dieu sacrifié , ne doivent-ils pas renoncer à toutes ces pompes qui corrompent l'Église ? Je propose à toutes les nations une grande réforme : je demande que les empereurs et les princes aient sur les ecclésiastiques le même pouvoir que les papes, et que ceux-ci, ainsi que les...

Bibliographic information