Page images
PDF
EPUB

En fée de loqual firmo la presente declaration, y la pengo el Sello de mis Armas, els.de Marko 1728.

(Signe)

El Marques de LA PAZ

Nos infrafcripti Miniftri Plenipotentiarii, debi. au&oritate fufficienter inftruéti, quo declaratio Superscripta vim vigoremque amplifimum obtinero possit, boc assenfüs, confirmationisque speciale Infrumentum, nomine & mandato Dominorum nof trorum respective

fignavimus, eidem Sigilla nostra appofuimus. A&tum Pardo die 6. menfis Martii, 'anno Domini 1728.

(Signatum)

KONIGSEGG. KEEN. ROTEMBOURG: (L. S.)

(L. S.) (L.S.) El Marques DE

F. VANDER

MEER (L.S.)

(L. S.)

LA P A ZE

Après cette dernarche toutes les difficultez se trouverent levées; & le lieu du Congrès ayant été transferé de Cambrai à Soissons, pour la commodité du Cardinal de Fleury, Miniftre de Sa Majesté Très-Chrétienne & son premier Plenipotentiaire tout se dispofa pour l'ouverture de cette importante Affemblée, dont nous esperons de donner les Actes dans les Volumes suivans. Voici de suite & dans le meilleur ordre possible les Pieces qui se trouvent manquer dans les trois premiers Volumes.

Ona

On voit par le contenu des Conventions raportées ci-deflus, que l'Espagne pretend porter au Congrès la question, si la Grande-Bre. tagne doit l'indemniser du dommage que lui a causé le Blocus de Porto-Bello; voici les Pieces qui ont été écrites de part & d'autre lorsque ce Blocus fur formé: & lorsqu'une Esquadre An. gloise parut sur les Côtes de la Biscaye, après le bruit qui s'étoit repandu que l'on armoit en Espagne pour le Pretendant.

Lettre du Marquis de la Paz à Mon

fieur Stanhope, de St. Ildefonse le 17.

Août 1726.

MONSIEUR,

LE Roi mon Maitre a reçu des avis reite

rez depuis le 15. de ce mois que l'Escadre Angloile , commandée par l'Amiral Jennings, avoit visité les Côtes de Saint Andero, & aproché de ce Port , & ensuite entré dans celui de Santona; ce que les Commandans de ces lieux lui avoient permis, sur la foi de l'amitié & bonne correspondance, qu'ils savent qui subsistent & se cultivent de la part du Roi mon Maitre avec Sa Majesté Britannique, en quoi ils ont aussi été confirmez par les protestations de Paix que l'Amiral Jennings leur a faites, & par le pretexte qu'il a pris de faire de l'eau , pour entrer necessairement dans ce Port, ce qu'il a executé , sans qu'on lui ait fait aucune resistance ni causé le moindre dommage de la part des Forts sur cette Côte. Tome IV.

D

[ocr errors]

Mais , Mais comme le Roi trouve qu'il est neceffaire, pour la conduite, de savoir inceffamment les intentions precises de Sa Majesté Britannique à l'égard de ce mouvement, & les veritables defleins deladite Escadre ; Sa Majesté m'a ordonné, pour ce seul sujet , de depecher en toute diligence ce Courier à Votre Excellence , & de vous écrire en son nom cette Lettre, afin que par votre reponse, que Sa Majesté attend par le même Courier, Votre Excellence declare fans équivoque, & avec toute la clarté possible , quelles sont les veritables intentions de Sa Majesté Britannique, & les desseins réels de l'Escadre Anglojse; car, fi Votre Excellence ne repond pas d'abord cathegoriquement & fans équivoque, Sa Majesté prendra les mesures , & donnera les ordres qui seront convenables à fon service.

Je suis, &c.

DON JEAN BAPTISTE DE ORANDAYN.

Lettre de Mr. Stanhope au Marquis de la Paz, de Madrid le 17.

Août 1726.

MONSIEUR,

JE

E viens de recevoir la Lettre que vous m'a

vez fait l'honneur de m'écrire ce jourd'hui à midi, pour m'aprendre que Sa Majesté Catholique a reçu des avis reiterez depuis le 15. de ce mois

, que

l’Escadre Angloise commandée par l'Amiral Jennings avoit reconnu les

Côtes

Côtes de Saint Andero , & s'étoit aprochée de ce Port, & étoit ensuite entrée dans celui de Santona; ce que les Commandans de ces lieuxlà avoient permis , se reposant sur l'amitié & la bonne correspondance qu'ils savent qui subGiftept & fe cultivent de la part de Sa Majefté Catholique avec le Roi mon Maitre, en quoi les protestations de Paix , faites par l'Amiral Jennings, les avoient confirmez ; & que sous pretexte de faire de l'eau dans ce Port , cet Amiral у

étoit entré fans aucune resistance, ni le moindre dommage de la part des Forts sur les Côtes : Mais

que Sa Majesté Catholique, trouvant necessaire pour la conduite de savoir inceffamment les intentions réelles de Sa Majetté Britannique à l'égard de ce mouvement , & les véritables desfcins de ladite Escadre, vous avoit ordonné de me depêcher cet Exprès en toute diligence, & de m'écrire ladite Lettre en son nom, afin que dans ma reponse, que Sa Majesté Catholique attend par le même Esprès, je declaraffe fans aucune équivoque, & avec toute la clarté poflible, les veritables intentions du Roi mon Maitre; & les desseins réels de l'Esquadre Angloise; & qu'en cas que je ne repondiffe par sur le champ, cathegoriquement & sans équivoque, Sa Majesté Catholique prendroit les mesures neceflaires , & donneroit les ordres qui conviéndroient à son service.

Sur quoi j'ai l'honneur de vous dire ques n'ayant aucun ordre du Roi mon Maitre, au sujét de la declaration cathegorique que Sa Majesté Catholique me demande, je n'oferois prendre sur moi de la donner , quand même je ferois informé des veritables intentions du

Roi

Da

de tems-2

Roi touchant l'envoi de cette Escadre; mais, fi cela est agreable à Sa Majesté Catholique, je depecherai incessamment un Courier à Lona dres avec votre dite Lettre , afin que , sans perte

je puisse recevoir des ordres de ma Cour sur ce sujet; & jusqu'à ce qu'il soit de retour , Sa Majesté Catholique peut être affùrée que ledit Amiral n'auroit ose faire aucune declaration, ou protestation qui ne fût exactement conforme à ses instructions & aux veritables intentions du Roi.

Je vous serai fort obligé, Monsieur, fi vous voulez bien ma faire savoir demain, fi Sa Majesté Catholique aprouve que je depêche un Courier à ma Cour, comme je viens de le propofer; & en ce cas, vous aurez la bonté de m'envoyer en même tems un ordre pour des chevaux de poste.

Je suis, &c.

GUIL. STANHOPE.

Lettre du Marquis de la Paz à Mr.

Stanhope, à St. Ildefonse le 19. Aost 1726.

MONSIEUR, LE Roi a là la Reponse de Votre Excellen

ce à la Lettre que , par son ordre Royal, j'ai eu l'honneur de lui écrire le même jour, pour vous prier de declarer les intentions de Sa Majesté Britannique , & les desseins de PEscadre Angloise, commandée par l'Amiral Jennings , qui a paru fur les Côres de Saint

Andero,

« PreviousContinue »