Page images
PDF
EPUB

folutions, &c. pat la Cour Aulique, doit être accepté & tenu pour decidé de part & d'autre & comme Sa Majefté se perfuade, que de cette maniere l'affaire pourroit venir le plus furement & promptement à une bonne conclufion, elle efpere que L. H. P. feront du même sentiment, & qu'elles fe de clareront fur le même pied, & à cet effet Sa Majelte de fon côté veut tâcher de porter le Prince à y donner les mains, & à envoyer ici un Miniftre bien inftruit de fes fentimens, dans l'attente que L. H. P. porteront le Magiftrat d'Embden, & ceux qui tiennent avec lui, d'en faire de même, afin que la Negociation puiffe être entamée au plûtôt entre les Miniftres, qui de part & d'autre feront commis pour cet accommodement à moyenner. Le fusdit Miniftre de Sa Majesté Danoise prie Meffieurs les Deputez d'avoir la bonté de faire raport de ce que deffus à L. H.P.,en fe recommandant toujours à l'honneur de leurs bonnes graces. A la Haye le 24. Septembre 1726.

N. GRYS.

Voici la Refolution que Leurs Hautes Puiffances prirent fur ce Memoire, le 1. >> Octobre.

כל

(Signé,)

[ocr errors]

Refolu

1

N

Refolution de L. H. P. fur le Pro Memoria du Refident de Dannemarc.

Mardi 1. Octobre 1726.

O Ui le raport de Mr. de Linteloo & autres
Deputeż, &c. qui ont examiné la propo-
fition faite de la part du Roi de Dannemarc
par Mr. Grys fon Refident, dans une Confe-
rence qu'il eut avec les Deputez de Leurs Hau-
tes Puiffances fur le fujet des presens troubles
de l'Ooftfrife, contenant en fubftance que Sa
Majefté Danoise feroit disposée à employer
fa Mediation_conjointement avec celle de
Leurs Hautes Puiffances pour terminet les fus-
dits troubles, propofant en même tems que
pendant la Negociation il convient qu'on s'ab-
ftienne de part & d'autre de toute voye de fait,
& que ladite Negociation ne s'étendra pas fur
les points qui font reglez & decidez par les De-
crets Imperiaux, & par ceux du Confeil Auli-
que,
conformemement aux Accords, Con-
cordats, Refolutions, &c. paffées entre le
Prince d'Ooftfrife & fes Etats, ainsi que la-
dite Negociation fera limitée aux points qui
ne font pas décidez de cette maniere, pofant
ainfi pour fondement que tout ce qui a été
reglé & decidé par le Confeil Aulique fera re-
çu de part & d'autre & tenu pour decidé,
fuivant les fusdits Accords Concordats
Refolutions, &c. qu'à cet effet Sa Majefté
tâchera d'engager le Prince à envoyer ici un
Miniftre inftruit de fes intentions, dans l'efpe-
rance que Leurs Hautes Puiffances determi-

2

neront

neront la Ville d'Embden & fes adherans d'eri faire autant.

Sur quoi étant deliberé a été trouvé bon & arrêté de prier ledit Sr. de Linteloo & autres Deputez pour les affaires d'Ooftfrise de répondre à Mr. Grys dans une nouvelle conference, que l'intention de Sa Majefté de travailler à terminer par un accord amiable les troubles d'Ooftfrife, eft d'autant plus agreable à Leurs Hautes Puiffances qu'elles font perfuadées qu'en cela Sa Majesté n'a d'autre vûe que Leurs Hautes Puiffances même, favoir d'éteindre un embrafement qui s'allume dans le voifinage de leurs Etats refpectifs, fans prendre parti ni pour les uns ni pour les autres, fans rien entreprendre fur la Souveraineté de Sa Majefté Imperiale, fans aprouver les voyes de fait de part & d'autre, & fans s'arroger l'autorité de juger des Decrets Imperiaux, & ne travaillant à éteindre cet embrasement que dans la crainte qu'il ne foit fatal non feulement à l'Ooftfrise, mais auffi aux Provinces voifines, fi l'on ne travaille par des propofitions amiables à pacifier les efprits ir ritez: que L. H. P. font charmées de ce que Sa Majeftè a chargé Mr. Grys de cette Commiffion, & qu'elles concerteront volontiers avec lui fur tout cequi peut contribuer aux fuccès d'une affaire fi importante, que pour commencer Leurs Hautes Puiffances jugent qu'elles doivent, fans perdre de tems, informer Mr. Grys de leurs intentions touchant les deux points préliminaires propofez, qui font que, quoique L. H. P. euffent souhaité que l'on n'eut commis aucune hoftilité, & qu'elles ne les defaprouvent pas moins que Sa Majefté, L. H. P. ne peuvent efperer qu'on

[ocr errors]
[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

puiffe engager le Magiftrat d'Embden, & ceux
que l'on nomme opofans, par d'autre moyen
que par la force, qui rend infructueux tous
les bons offices, à retablir les chofes fur le
pied où elles étoient, comme un preliminai
re, & fans avoir aucune affurance prealable.
Selon toutes les aparences il faudra disputer
fur le tems qu'il faudra fixer, pour remettre
les chofes fur le pied où elles étoient dans ce
tems-là. Mais il paroit neceffaire à L. H. P.
& praticable de convenir qu'on s'abstienne de
voye de fait, laiffant les chofes in ftatu que
pendant la Negociation pour un accommo-
dement, & qu'il y a lieu d'efperer que les
parties confentiront à cet expedient d'autant
que L. H. P. trouvent qu'il y a moins de
difficulté à determiner de cette maniere la
fufpenfion des voies de fait, parceque l'on
peut fixer un terme fort court pour les con
ferences; que L. H. P. prevoyent qu'on au
ra beaucoup de peine à obtenir de ceux d'Emb-
den & des opofans d'établir comme un point
preliminaire, & comme la bafe des confe-
rences pour un accommodement amiable,
(qu'on ne pourra certainement conclure fi les
parties ne cedent quelque chofe de leurs Droits
& de leurs pretentions) que de part & d'au-
tre on acceptera & tiendra pour decidé tout
ce qui a été reglé & decidé par le Confeil
Aulique fuivant les anciens Accords, Con
cordats, Refolutions, & autres Pactes entre
ce Prince & les Etats d'Ooftfrife, fur-tout
puifque c'eft principalement de là que les trou
bles prefens tirent leur origine, puifque le Ma-
giftrat d'Embden & fes adherans foutiennent,
(on ne decide pas fi c'eft avec ou fans fon
Tome IV.
Hh

dement) qu'on n'a pas eu égard dans cettè occafion ainfi qu'on auroit dû aux anciens Accords, Concordats, Refolutions & autres femblables Conftitutions de l'Ooftfrife, & qu'au contraire le Confeil Aulique les a enfraints à plufieurs égards dans fes decifions; qu'ainfi L. H. P. croyent qu'on ne pourroit établir à cet égard par voye de preliminaire, finon que le Prince d'Ooftfrife confentant à la Negociation d'un accommodement amiable fous la Mediation de Sa Majefté & de L. H. P. fera cenfé n'avoir renoncé en aucune maniere aux avantages qu'il peut trouver dans les decifions du Confeil Aulique, & dans les Decrets de l'Empereur qui s'en font enfuivis, encore moins d'avoir derogé à la fouveraine Dignité de Sa Majefté Imperiale, & qu'au cas que la Négociation ne reuffiffe pas, lefdits Decrets & Decifions fubfifteront dans leur entier.

[ocr errors]

Que fi Sa Majefté aprouve ces confiderations de L. H. P. Elle leur fera plaifir d'engager le Prince d'Ooftfrife d'envoyer ici un Miniftre bien inftruit, & que L. H. P. tâcheront d'engager le Magiftrat d'Embden & fes adherans å en faire autant, afin d'entamer la Negociation le plûtôt qu'il fe pourra, & la terminer, s'il fe peut par un bon accord fous la Mediation de Sa Majefté Danoise & de Leurs Hautes Puiffances.

"3

"

On publia peut de tems après la Piece fuivante fur cette Mediation qui n'eut point de fuccès, parceque le Roi de Pruffe n'auroit pû confentir que le Roi de Dannemarck " fut admis fans lui, on à fon exclusion.

??

"

Con

[ocr errors]
« PreviousContinue »