Page images
PDF
EPUB

wuvre agreable à Dieu, & avantageuse à notre Pais; c'est ce dont nous, les

prions inftam, ment: nous recommandant à la continuation de leurs bonnes dispositions. Nous sommes, &c.

Á Aurich le 4. Juillet 1726.

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Le 6. du même mois Leurs Hautes Puisa 9) tances prirent en Confideration l'état des af» faires en Oostfrise, & sur le raport de leuri Deputez commis à l'examen des Avis que

l'on avoit de ce Paï-là, Elles prirent la Rei folution suivante.

[ocr errors]

Extrait du Regislre des Resolutions de Leurs

Hautes Puissances.

[ocr errors][ocr errors]

Du Samedy 6. de Juillet 1726.

[ocr errors][ocr errors]

09

Ui le raport de Mr. Linteloo, &c. après

deliberation, a été trouvé bon & entendu que, vû que la situation des choses en Oostfrife paroit très-dangereuse, qu'il est notoire quede tout tems la Republique s'est interessée au bien & a la tranquillité de cette Principauté, & que de tems en tems elle a intervenue à l'affoupissement des troubles & desordres qui y sont arrivez entre les Comtes ou Prince & leurs Erats, & la Ville d'Embden , & qui ont été terminez quelquefois sous la mediation de Leurs Hautes Puiffances par Accord, & quelquefois par Decilion de L. H. P. la Partie plaignante s'y étant soumise. Accords ou DeciGons qui ont été confirmées à la requisition des parties, par la garantie de L. H. P. Vũ

Ff2

aufa

auffi l'interêt que Leurs Hautes Puissances ont dans la conservation du repos chez leurs voi. fins, & de plus les interêts des Sujets de la Republique, qui, à la requisition du Prince & des Etats d'Oostfrise, & de la Ville d'Embden, ont prêté de grosses fommes pour la reparation des Digues, lans quoi le pais seroit encore inondé; Leurs Hautes Puissances n'ont pû voir d'un vil indifferent les demêlez survenus depuis peu entre le Prince & les Etats, & la Ville d'Embden & ses adherans, & elles ont fait leur devoir pour terminer amiablement ces differens par un accommodement; mais les instances de Leurs Hautes Puissauces n'ont pas été reçues du Prince comme on l'auroit souhaité , & il n'a témoigné aucune disposition à terminer ces differens par un Accord amiable, alleguant en sa faveur les Decrets & Decisions de l'Empire & du Conseil Aulique devant qui l'affaire a été portée par les Etats mémes & par la Ville d'Embden, quoiqu'il soit indubitable que ce Prince n'est pas obligé de se prévaloir de ces Decrets qu'autant qu'il le trouve à propos , comme tout particulier peut se prévaloir ou non d'une Sentence rendue à son

avantage, tant maître, par amour de la paix & du repos, & par d'autres bons motifs, d'y renoncer; Outre que les Etats & la Ville d'Embden oposent qu'à la verité on a porté quelques affaires à la Cour Imperiale & au Conseil Aulique, mais que les Decrets & Decisions de ces Tribunaux vont au delà des choses qui ont été portées devant eux & s'étendent jusqu'à des choses sur lefquelles les Etats ni la Ville d'Embden n'ont pas été ouies. -Leurs Hautes Puissances, fans entrer dans la discussion des Decrets Impe

[ocr errors][ocr errors]

naux, & fans s'y oposer ont persisté à conseiller un accommodement à l'amiable sur-tout en priant le Prince & la Ville d’Embden & ses adherans d'éviter les voyes de fait, auxquelles on écoit deja venu,

ou de faire entrer en Doftfrise des Troupes étrangers, en leur exposant les fuites dangereuses qu'on en pourroit attendre; qu'à cet effet Leurs Hautes Puissances ont envoyé leur Ministre Mr. Lewe van Adward en Oostfrife, mais que cette deputation n'a pas eu le succès qu'on en attendoit, puisque le Prince s'en est toujours tenu aux Decrets Imperiaux ; qu'après le retour de Mr. Lewe yan Adward, Leurs Hautes Puissances ont encore écrit au Prince pour tâcher de le porter à un accord amiable, & preferer cette voye à toute autre; mais que jusqu'à present elles n'en avoient reçu aucune reponse.

Les choses étant en cet état, & les esprits paroillant fort aigris en Oostfrise, puisque le Prince & ses Ministres traitent les États & la Ville d'Embden de rebelles, parce qu'ils ne veulent pas se soumettre, fans restrictions aux Decrets Imperiaux, & que d'autre part le Magistrat & ses adherans se plaignent que ces Decrers & Decisions ont été rendus en faveur du Prince, sans avoir été suffisamment ouis, outre qu'ils renversent les Libertez & Privileges des Etats & de la Ville d'Embden fondez lur les Accords, Accommodemens & Decifions qui font les Lois fondamentales d'Oostfrise, étant capables de causer une entiere revolution dans l'Oostfrife; se plaignant encore que l'on rejette les Remontrances qu'ils ont laires à l'Empereur & au Conseil Aulique ; qui suivant les avis que l'on a reçu , l'inten

tion

[ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

Ff 3

[ocr errors]

tion de la Cour Imperiale & du Prince, étoit d'exécuter les susdits Decret's & les Decifions, & outre la Commission donnée ci-devant à ľElecteur de Saxe & au Duc de Brunswick Wolfenbuttel dans les affaires de l'Ooftfrife, le Roi de Dannemarck & d'autres Electeurs & Princes de l'Empire, comme l’Electeur Palatin & l'Evêque de Munster étoient requis d'y prêter la main.

Qu'il y a deja des Troupes de Dannemarck arrivées en Oostfrise, & Pon dit qu'elles doivent être fuiyies d'un plus grand nombre; ensorte qu'on ne peut én attendre que des voyes de fait & de nouveaux troubles qui aug. menteront les Griefs & ruineront le Pais; ce qui arrivant, comme il est aisé de le prevoir, les Sujets de l'Etat qui ont prêté de bonne foi leur argent au Prince , aux Etats & à la Ville d'Embden, en porteront tout le fardeau, puisque leurs capitaux ni les interêts ne seront

e payez; outre que , vû l’animofité du Prince & de fes Ministres, il est à craindre que la Ville d'Embden ne soit attaquée, & que

la Garnifon de Leurs- Hautes Puissances ne le trouve en danger. Tout bien consideré & vû l'interêt que la Republique a toujours eu & a encore à la conservation de la tranquillité en Oostfrise, & au maintien du Gouvernement sur le pied où il est établi par les Accords & Decifions confirmées par la garantie de Leurs Hautes Puissances, passée à la requisition du Prince, des Etats du pais & de ja Ville d'Embden , outre que c'est dans la suposition que le Gouvernement continueroit sur le même pied que L. H. P. ont accordé & confenti quc l'on négocie dans la Republi

que

point

[merged small][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors]

que, au profit du Prince, des Etats & de la Ville d'Embden , les fommes qui y ont été negociées à leur requisition, & que c'est sur ce fondement que les sujets de la Republique ont prêté leur argent, nonobftant quoi on y avoit deja fait de grands changemens, en transportant à Aurich le Comptoir general qui doit rester à Embden suivant les Accords & Con. ventions; outre cela on prevoit encore d'autres changemens dont les Sujets de la Republique fentent deja les mauvais effets, puisqu'on ne paye pas les interêts qui son dûs. Dans la conjoncture presente, Leurs Hautes Puissances ne peuvent differer plus long-tems à prendre soin des interêts de leurs Sujets qui ont prêté leur argent à l'Oostfrise. sur leur Resolution & fous leur garantie , & à prendre garde que l'execution des, Decrets de l'Empire (ausquels on ne pretend pas deroger, & qu'on laille dans leur entier) ne porte aucun prejudice à la Garnison que L. H. P. ont à Embden &à Leeroort, & qu'elle y ont eu depuis plus de cent ans, ensorte que les Droits de Republique, & les interêtsde fes Sujets n'en

Ainli pour fortifier la Garnison d'Embden, on y envoyera au plâtor deux Bataillons, avecordre iu Commandant de veiller à la sureté de la Ville, & repousser toute voie de fait que l'on pourroit mettre en oeuvre, & ne pas souffrir que l'on fasle dans ladite Ville aucune execution sous quelque pretexte que ce puiff: être, tant que L. H. P. ne seront pas informé à quoi elles tendent, & qu'elles n'auront pas donné sur cela d'ordres uicerieurs à leur Commandant. Mrs. de Linteloo & autres Deputez de Leurs Ff 4

Hautes

TA

souffrent pas.

[ocr errors]
« PreviousContinue »