Page images
PDF
EPUB

precedens, suivant le contenu des Resolutions Imperiales publiées aujourd'hui, ainsi qu'aux ordres expediez par la Commission Imperiale; mais austi de temoigner leur devoir & leur soumission envers leur Prince (ainsi que sans cela y font obligez tous fideles sujets) en procurant autant qu'il sera possible tout ce qui put être à l'avantage de fon honneur, bien & utilité; de plus de n’entreprendre ni a present, ni à l'avenir aucune chose contraire à la Charge de Juge, au contraire concourir à la satisfaction de ceux qui pourroient porter ou avoir porté des plaintes devant Sa Majesté Imperiale, ou devant la Commission Imperiale, à la mediation, & aux decisions de laque lle 'on ne manquera pas de se soumettre sur le champ. C'est pourquoi la volonté de Sa Majesté Imperiale , est de declarer gracieusement audit College des Deputez ordinaires & Administrateurs, pour derniere Mo: nition, de ne plus s'oposer a ceux qui se font soumis, & ppur leur ôter toute excuse d'ignorance, qu'au cas que dans deux mois ils ne donnent pas dés des preuves qu'ils se font humblement foumis aux Resolutions Imperiales publiées le 18. Août 1721. & renouvellées ici, tous ceux qui mepriferont notre presente paternelle Monition, seront condamnez en vertu des presentes, l'amende de 50. marcs d'or, ainsi qu'il est exprimé dans le fufdit Decret, & seront 'contraints au payement par execution, en outre seront exclus de l'emploi d'Administrateurs & de droit de comparoitre aux Dietes, & on mettra en leur place des sujets qui aiment la paix & l'union, qui ne cherchent que le bien public, & soumis selon

leur

[ocr errors]

leur devoir aux ordres de Sa Majesté Imperiale. Et au cas qu'ils continuent daus leur oposition opiniâtre où ils ont été jusqu'à present, ils seront punis en leur corps, honneur & biens; ce qui sera notoire à un chacun, afin qu'ils puissent se regler en consequence. Signé à Luxembourg, sous le Sceau privé de Sa Majesté Imperiale le 21. Juin 1723

[ocr errors][ocr errors]

(L. S.) FREDERIC CHARLES, PRANTZ HEFFNER, Comte de Schöborn. mppria.

mppria.

[ocr errors]

Voici la Reponse que le Prince d'Oostfrife fit à

la Lettre de Leurs Hautes Puissances, du 22.
Juin, dont on a l’Extrait ci-dessus pag. 1736.
ou à un autre à peu près sembable du
May precedent.

13.

HAUTS ET PUISSANTS SEIGNEURS, &c.

Nous avons recu, en leur tems les deux

Lettres de Vos Hautes Puissances; l'une du 13. Mai, & l'autre du 22. Juin de cette année; Nous n'aurions pas manqué de repondre sur le champ à la premiere, fi deux circonstances importantes ne nous en avoient empêchez. Nous avions écrit à V.H.P., le 5. & le 26. Mars sur une affaire aflez importante , sur laquelle nous n'avons pas encore reçu la Reponse que nous attendons avec impatience, quoique nous ne doutions pas que V. H. P. n'ayant consenti volontiers à nos

Ес 3

de.

demandes, par raport dux Receveurs Dams & Ritzins, puisqu'elles étoient conformés à vos Resolutions de Janvier 3 Juillet 1725. & Fevrier 1726. Nous sommes certains aussi que fi Vos Hautes Puillances avoient fait une telle declaration à notre Ville d'Embden & à ses adherans, notre pais seroit depuis long-tems en répos, & les maux causez par ceux d'Embden & leurs adherans ne seroient pas arrivez; ensin on auroit recommencé à payer les creanciers & autres, icomme on avoit recommencé le payement depus Octobre 1724. jusqu'en O&obre 1725. fous la paisible Administration du College établi à Aurich.

Ainsi nous prenons la liberté de retirer le contenu de nosdites lettres, & de demander instamment à Vos Hautes Puissances pour l'aVantage de notre Maison & de nos pais, l'execution des fürdites Refolutions de V. H. P. prises selon votre coutume après mure deliberation, enfin de nous faire reponfe fur ce sujet, d'autant que l'invasion des Comptoirs par les rebelles à Leerh, Olderítumer & Embder kulit, eft cause de tous les troubles & dommages arrivez.

La feconde circonstance qui nous a empê. ché de repondre sur le champ à vos lettres, eit

que nous attendions tous les jours la Refolution de Sa Majesté Imperiale sur notre Requête & de nos Sujets obéiffans, par raport à la revolte de ceux d’Embden contre les Decrets Imperiaux; parce que nous en fouhaitons favoir l'intention de Sa Majesté Imperiate afin de nous en fervir de regle dans la Reponse que nous voulions faire à vos Hautes Puitfances, puisque ceux d'Embden & leursædhe

ran's

[ocr errors][ocr errors]

rans ont porté les choses au point, que non seulement Nous, mais ausli Sa Majesté Imperiale, & nos fideles Sujets ont reçu tant de prejudice à divers égards de la part de ceux d'Embden contre le contenu de rant d’Accords du pais & de diverses Resolutions même de Vos Hautes Puisiances. Mais comme Şa Majesté Imperiale a bien voulu faire connoitre ses intentions sur toute cette affaire le 15.& lę 19. de ce mois, & nous en a envoyé depuis quelques jours l'extrait du Protocole , dont nous attendons tous les jours l'expedicion entiere, nous n'avons pas voulu 'manquer de vous en faire part. Nous ne savons pas encore le contenu de l'expedition entiere, suivant l'avis du Conseil Aulique de l'Empire, neanmoins nous sommes informez que Sa Majesté Imperiale a pris la Resolution la plus vive, sur la Revolte de ceux d'Embden, qui continue, Resolution par laquelle on peut esperer de voir finir la Revolce & retablir la tranquillité dans notre pais

à deux lettres de Vos Hautes Puissauces, nous sommes très-obligez à V. H. P. de la declaration qu'Elles nous font, d'être resolu de vivre avec nous en bons amis & voilins, & nous ne souhaitons rien plus que de trouver l'occasion de vous temoigner par des effets nos bonnes disposicions & notre parfaite estime. Au reste nous trouvons en substance dans vos lettres, les Articles suivans. 1. Vos Hautes Puissances persistent dans l'opinion qu'un accommodement amiable est le meilleur moyen de terminer ces demêlez 2. Que les interets & les termes des deniers negociez

{ous

Ec 4

sous la garantie de Vos Hautes Puissances, ne s'acquittent pas dans le tems fixé, & que V. H. P. feroient obligées d'en yenir aux executions suivant le contenu des obligations. 3: Que Vos Hautes Puissances croyent que ceux d'Embden ont fait connoitre leur inclination pour un accommodement amiable, tant par leur declaracion à Mr. Lewe d'Adwart, que par la lettre de soumission qu'ils nous one écrire. 4. Qu'il feroit revenu à Vos Hautes Puissances, que nous n'avons pas observé le Contract par raport aux Digues, patlé le 8. Août 1723. puiique, comme on le pretexte, nous faisons des difficultez qui suspendent l'inspection accordée pour douze ans. 5. Que vous croyez qu'après le depart de Mr. Lewe d'Adwari nous avons employé toutes sortes de vaïes de fair. Que les Decrets Imperiaux ne font que des decifions ou jugemens entre Parties, dont celui, à l'avantage duquel ils font, peut n'en faire ufage qu'autant qu'il veut, quand l'amour de la paix ou d'autres motifs le portent à d'autres mesures. 7. Quę par le palle les Decrets Imperiaux n'ont pas empêché les Parties qui étoient en differens de faire des Accords amiables entre le Prince & ses Erats. Vos Hautes-Puisfances ne trouveront pas mauvais que nous nous expliquions fur ces Àrticles aussi emplement que le merite leur im. portance.

Quant au premier Article, il y a long-tems que nous ne desirons autre chose que de voir cette affaire terminée amiablement ; notre Pere d'heureuse memoire n'a cherché que cet accommodement amiable dans toutes les Dietes depuis 1690. jusqu'en 1708.c'est-à-dire

jur

« PreviousContinue »