Page images
PDF
EPUB

fi seulement l'on vouloit mettre pour base & pour fondement les Accores & les Conventions precedentes, qui composent les loix fon damentales, de l'Oostfrise, elles avoient apris avec plaisir dudit Sieur Becker, que non-feulement l'intention de Son Altefle n'étoit nullement d'y faire aucun changement, & qu'elle ne cherchoit qu'à s'oposer aux abus qu'on en faisoit; mais aussi que dans le procedé de. Sa Majesté Imperiale & de la Cour Aulique, ces Accords & Conventions étoient posées pour fondement, & que les Decrets Imperiaux se tondoient là-deffus. Qu'au 'reste Leurs Hautes Puissances n'entreroient pas en matiere pour repondre à tous les points compris dans lesdites Memoires, attendu que par les copies des Actes de Soumission, tant des Administrateurs congediez que du Magistrat d'Embden , que ledit Sr. Becker a communiquez à plusieurs Membres de la Regence, elles ont vû, que lesdits Administrateurs & Magistrat s'étoient declarez de fe foumettre à l'égard des differens d'Oostfrise à l'intention & à la volonté de Sa Majesté Imperiale ; de sorte qu'on peut esperer que par là l'union entre Son Altesse & ses Etats, y compris la Ville d'Embden, sera retablie', à quoi l'on pourra s'attendre plus sûrement, fi par une execution moderée des Decrets Imperiaux, on fait voir par effet , que l'in. tention de Sa Majesté Imperiale & de Son Altesse n'est

pas ,

đenfreindre en aucune maniere les Privileges & Droits des Etats & de la Ville d'Embden , fondez sur les Accords & Conventions precedentes , mais plutôt de les maintenir; à quoi Leus Hautes Puissan

ces

ces prient ledit Sr. Becker de contribuer à son retour autant qu'il sera possible, par ses bons offices. Outre cela il a été resolu de faire expedier pour ledit Sr. Becker des Lettres de creance en bonne & due forme , lesquelles lui doivent être remises, conjointement avec l'extrait de cette Resolution de Leurs Hautes Puisances par l'Agent de Baarle, &c.

.

En consequence de ces dispositions Leurs Hautes Puissances écrivirent au Prince pour

le porter à se reconcilier avec les Etats de son » pais, & aux Subdeleguez pour les engager à .» employer les voyes de la douceur. Entre au

tres le Prince s'étant plaint à Leurs Hautes » Puissances de quelques voyes de fait, L.H.P.

lui repondirent.

Qu'elles étoient très mortifiées d'aprendre que les troubles augmentoient jusqu'à ce point , qu'elles l'avoient aprehendé, & que pour cette raison elles avoient conseillé à Son Altesse Sereniffime d'employer les voyes de la douceur pour ramener les Renitens à la Soumission , lui offrant leur Mediation pour un accommodement amiable , que, quoique Son Altesse Serenissime n'ait pas jugé à propos de l'accepter, Leurs Hautes Puir fancès n'avoient celle de tems en tems de lui representer les suites qui étoient à craindre fi elle poursuivoit fes pretensions à la rigueur , puisqu'elle jetteroit fes Sujets dans le deler. poir: que Leurs Hautes Puissances desaprouvoient absolument la revolce & les voyes de fait dont Son Altesse Serenissime se..plaignoit, & que les regardant comme le commencement des plus grands desordres, elles

Bb 2

vero

[ocr errors][ocr errors]

verroient volontiers qu'on se prêtâc aux voies de la douceur pour arrêter ces mouvemens, dont les progrès menaçoient le Païs d'une ruine inévitable; que L. H.P.avoient emploié tout leur credit auprès dn Magistrat d'Embden, pour le decourner des voies de fait , & qu'Eles exhortoient Son Altesse Sereniffime à ne pas se servir avec la derniere rigueur de ce qui est à son avantage dans le Decrer Imperial, sur-tout à ne pas introduire des Troupes dans le Païs, puisqu'elles le ruineroient & ne ferviroient qu'à irriter encore davantage, les esprits, &c.

„ Pendant que L.H.P.n'oublioient rien pour , apaiser cette incendie, elle augmentoit tous » les jours, & il te pafla quelques actions a

Leerh qui irriterent les esprits au dernier 32 point; cependant le Prince temoigna vou

loir ramener ces Renitens à leur devoir & il leur fir favoir ses intentions.

[ocr errors]

Resolution de Son Altesse Serenissime aux Habitans de Leerh , oc, en date du 6. Avril 1726.

1. S

On Alteffe notre très-gracieux Prince & Habitans du Bourg de Leerh , qui jusqu'ici se font soulevez contre Sa M. Imperiale & S. Alt. Serenissime en prenant les armes, les mettent bas incontinent, & que

chacun retourne chez foi, à fa profeffion de métier, s'abstenant à l'avenir de toute violence.

II. Veut Son Alteffe que son Baillif, fon Receveur des Tailles, &'fes autres Officiers

ne

[ocr errors][ocr errors]

ne foient point troublez dans l'exercice de leurs fonctions,

o que les Habicans qui fe font sauvez, puiffent rentrer librement, & fans empêchement dans la poffeffion de leurs biens, & exercer paisiblement leur profession.

III. Veut Son Alteffe Sereniffime que les Communes fuflent fortir les Soldats d'Embden, du Bourg de Leerh, & ne se fervent plus de leur assistance ; d'autant que Sa Majesté Imperiale a caffé cette Garnison en vertu de son Decret.

IV. Si les Deputez du Bourg & des autres Communes y entendent, quant à Elle , Elle leur fera grace & leur pardonnera le passé.

V. Au reste Son Altefle attendra, à l'égard de l'Ordonnance Imperiale publiée, en dernier lieu l'écheance du terme de deux mois, que Sa Majestê Imperiale a bien voulu accorder aux Renitens.

VI. Les aingi nommez Deputez des Communes & du Bourg de Leerh, ont à se declarer là-dessus dans deux heures par écrit, au Lieutenant-Colonel de Staudach, & au Baillif à Leerh, qui ont commission particuliere pour cet effet de Son Alteffe. Et li en même-tems les Deputez souhaitent de s'aboucher là-deffus avec le Lieutenaut-Colonel de Staudach & le Baillif , la presente leur servira de Saufconduit. Mais en cas qu'ils ne se declarent sur ce sujet ou point du tout, ou avec lenteur, ou d'une maniere peu satisfaisante ; Son Altesse Serenissime prendra fans tarder les mefures necessaires pour le repos & la fureté de fes fideles Etats, comme aussi pour le maintien de l'autorité fuprême de Sa Majesté Imperiale & de ses propres droits. Auquel cas

[merged small][ocr errors]

Bb 3

on

on ne fauroit lui attribuer tous les malheurs qui en resulteront, puisqu'elle a offert tant de grace dans la presente Resolution auxdites Communes & au Bourg de Leerh , après les fautes énormes qu'elles ont commises. C'est sur quoi elles ont à se regler. Fait à la Residence de Son Altesse à Aurich , figné de fa propre main, & scellé du Sceau de la Regence, le 6. Avril 1726.

(Etoit figne) GEORGE ALBRECHT.

(L.S.)

Reponse des communes du Bailliage de

Leerohrt, du 10. Avril 1726. à la Safdite Resolution de Son Altesse Serenissime.

Mecredi 10. Avril 1726.

Les Deputez des Communes ont fait appeller le Souffigné, & lui ont remis la Resolution

qui suit de mot à mot, SUI

Ur la representation que Mrs. les Como

miffaires de Son Altesse ont fait aux Habitans , par écrit, ceux-ci se trouvent obligez de leur faire connoître leurs sentimens de la maniere suivante.

Ad. 1. ) Qu'on avoit apris avec beaucoup de chagrin les taufles insinuations qu'on a tâché de donner à Son Alteffe, comme si les Habitans avoient pris les armes contre Sa Majesté Imperiale & Son Altesse Serenissime ;

« PreviousContinue »