Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

provisionellement de toutes les fonctions des Deputez ordinaires & Administrateurs, ordon. nant aux Officiers subalternes de leur obéir, & defendant severement qu'aucun ne paye à l'avenir rien de l'argent du pais aux ancions Deputez & Administrateurs, ou en établissent d'autres si on le juge à propos , qui doivent jouir de notre protection Imperiale; & en ce cas le College de ces nouveaux Deputez & Administrateurs doit être établi dans une autre Ville sûre, & non point à Embden, qui est l'endroit où les feditieux forgent leurs mauvais projets , &c.

La Diete du païs qui avoit été toujours » prorogée depuis l'an 1695. fut caffée, on » en convoqua une autre, où Embden & les

Renitens ne furent point apellez , & on » nomma un nouveau College d'Administra„ teurs. Ainsi on vit dans ce pais autel élevé

contre autel, pour parler ainsi, & l'ancien College casser tout ce que le nouveau entreprenoit, comme le nouveau s'oposoit aux

executions de l'ancien, de-là on en vint aux voyes de fait qui embrouillerent encore plus

les affaires , & aigrirent terriblement les Esprits.

99

[ocr errors]

Acte de Soumission des Administrateurs qui

ont été demis de leurs Charges.

Aux Commissaires subdeleguez de Sa Majefte

le Roi de Pologne, Electeur de Saxes de Son Altesse Sereniffime le Duc de Brunfwik-Lunebourg, commis par Sa Majeste Imperiale pour regler les differens en Ooftfrise.

EXCELLENS SEIGNEURS.

NOUS declarons respectueusement par les

presentes à Vos Excellences, que fuivant notre devoir nous ne nous opofons point aux intentions de Sa Majesté Imperiale dans les differens d'Ooftfrise, mais que nous attendrons quelle fin Dieu & Sa Majesté Imperiale mettront à ces affaires, ne doutant pas que Sa Majesté Imperiale suivant la justice naturelle, après les assurances gracieuses qui nous ont été données, ne nous maintienne dans l'entiere, pleine & paisible joužílance des Privileges anciens & Libertez conformes aux Accords.

C'est pourquoi nous nous adressons encore humblement à Vos Excellences, les supliant d'enregistrer notre presente soumission, & en consequence de suprimer le Reglement provisionel fait par raport à notre College, enforte que ledit College continue à sublister de la maniere qu'il a été etabli, & que fes Patentes soient publiées dans le Païs, dans cette

con

confiance nous sommes avec toute sorte de considerations.

[merged small][merged small][ocr errors][merged small][merged small]

A. B. VON APPELL.
J. BUDDE.
Coop IBELING VON REHDEN.

Embdeni in Collegio Provinciali.

12. Febr. 1725.

A la Commission subdeleguéc

de l'Empereur.

» Cette Soumission n'eut aucun effet; &les » Renitens craignant tout de la Commission so Imperiale implorerent le secours de Leurs

Hautes Puissances, qui s'expliquerent le 22. » Fevrier dans la Resolution ci-jointe prise sur os des Mémoires de l’Agent du Prince d'Oosts

» frise.

Extrait du Regitre des Resolutions de

Leurs Hautes Puissances les Seigneurs Etats Generaux des Provinces - Unies, sur les differens dans le Pais d Oostfrise, es les Decrets Imperiaux émanez à ce sujet, de même que sur la Commision, & l'execution decretées.

Feudi 22. Fevrier 1725.

Oy

UI lc Raport des Sieurs Singendonck

& autres Deputez de Leurs Hautes Puissances pour les affaires d'Oostfrise, lesquels en conformité & pour fatisfaire à leurs Resolutions Commisioriales du 12. du passé & 20 du courant, ont examiné les Mémoires presentez par le Sr. Becker, Ministre & Conseiller de la Regence de Son Altesse le Prince d'Oostfrise, par lesquels il demande que Leurs Hautes Puillances veuillent à l'avenir ne plus écouter, pour les raisons y alleguées, le Bours guemaître & Magistrat d'Embden, de même que les Administrateurs congediez de la Caisse publique, qui se tiennent dans ladite Ville, mais de les renvoyer & de leur recommander la soumission à Sa Majesté Imperiale & à leur Prince legitime, comme ledič Sr. Becker a representé plus amplement dans lesdits Mémoires, & sur tout dans le dernier, où en même tems il a fait part à Leurs Hautes Puisfances de son dellein de retourner en Oost

frise en prenant congé d'elles. Sur quoi ayant été déliberé, il a été trouvé bon & resolu, de faire audit Sr. Becker sur ces Memoires presentez, la réponse suivante.

Que Leurs Hautes Puissances depuis quelque tems, & depuis que les differends qui regnent en Ooftfrise étoient parvenus à leur connoiffance, avoient temoigné à diverses reprises l'interêt qu'elles prenoient, pour plufieurs raisons, à la conservation du repos, & au bien de cette Principauté.

Comme et premier lieu à cause du voilinage , en second lieu à cause de la Mediation à quoi elles s'étoient prêtées, & du maiotien qu'elles avoient promis de plusieurs Accords & Conventions faites , plus à cause de la Garnison qu'elles ont depuis plus d'un siecle dans les Villes d'Embden & de Leerorht, & enfin en consideration des Capitaux que quelo ques Habicans de l'Etat avoient avancez, fous leur garantie , au pais d'Oostfrise sur plusieurs de fes revenus. Que fur ce fondement elles n'avoient

pas pû rebuter tout d'un coup ceux qui s'étoient adressez à elles sur ce sujet , mais qu'elles s'étoient crû obligées d'écouter les griefs qu'on leur raportoit de part & d'autre , & de fàcher de faire ceffer , s'il étoit poflible, ces differens par un accommodement amiable. Que Leurs Hautes - Puissances s'étoient affurées d'en avoir usé avec tant de prevoyance & de circonspection, que leur conduite n'a. voic porté aucun prejudice à personne. Ec comme elles avoient toujours été du sentiment, que cette affaire le pourroit terminer à la fatisfa&tion réciproque des deux parties g i Tome IV.

Bb

« PreviousContinue »