Page images
PDF
EPUB

en droit de priver celui-ci de l'heritage de ses Peres, parce qu'il eft trop foible, ou parce que pendant fa minorité il peut avoir offenfé ce plus puiffant que lui, & ensuite folliciter des garands de fon ufurpation? C'est ce qu'on ne prouvera ni par le Droit Divin, ni par celui de la Nature & des Gens.

Il s'enfuit naturellement, avec quelle ombre de droit peut-on nommer Poffeffion bien acquife, celle qui n'est fondée que fur la force des armes, & fur une garantie étrangere mandiée? Mais il paroit par la fuppofition des Danois, que la garantie même, abstractivement des autres circonstances, fonde un droit indifputable; car Sa Majefté Danoise n'en appelle qu'à la garantie de la France & de l'Angleterre, comme fi c'étoit de-là que dependoit tout le droit de la Poffeffion de Schlefwic: Ainfi Son Alteffe Royale de fon côté a pu efperer la reftitution de fes Etats fi long-tems ufurpez, & la reparation de pertes qu'elle a faites, étant appuyée de la garantie de Potentats plus puisfans & plus équitables, qui employeront leurs forces dans l'occafion en fa faveur.

Son Alteffe Royale fe repofe entierement fur les bonnes intentions de ces Puiffances, de la maniere dont elles jugeront à propos d'appuyer fes pretentions, étant affurée qu'on

""

""

"

"

la maintiendra contra quofcumque dans la Poffeffion de tout le Duché de Schlefwic, fi l'on vouloit pour cela lui declarer la ils ne manqueront ni de moyens guerre; ,, ni d'expediens, pour appuyer & maintenir ,, la dignité de leur garantie. Les garanties precedentes doivent naturellement l'emporter Tur les dernieres, puifqu'elles ont été donPS

nées

nées fur des Traitez folemnels dont le Dannemark même eft pars compacifcens ; & que leur garantie ne s'étend que fur ce qui a été accordé & ftipulé entre les Hautes Parties, au lieu que la nouvelle garantie eft contre le Duc de Holstein, & fur des chofes aufquelles S. A. R. n'a eu aucune part; ni Son Alteffe Royale, ni fes Miniftres n'aiment pas les rodomontades, autrement nous pourrions repondre à Mr. van Haagen, que fi Sa Majesté Danoise ne vouloit pas donner un Efcalin en équivalent, Son Alteffe Royale ne fe voit point encore dans la neceffité de ceder un feul Village de tout fon Duché; & (puifqu'il faut parler par efcalin) de rabattre un efcalin des indemnifations qu'elle a à pretendre. Mais ces difcours en l'air ne fervent de rien; Son Alteffe Royale, qui conferve toujours un veritable refpect pour Sa Majefté Danoife, fe flatte que Sa Majesté confervera pour elle des fentimens & plus dignes d'Elle, & plus équitables. Tout ce qu'elle fouhaite, c'est que Sa Majefté ferme à l'avenir l'oreille aux intrigues de ceux qui pour leur propre interêt, ne cherchent qu'à irriter de plus en plus les efprits de part & d'autre, & que Sa Majefté ne fouffre pas plus long-tems qu'un Prince, fon proche parent, gemiffe davantage fous une perfecution qu'il n'a pas meritée.

Voilà les veritables fentimens de Son Alteffe Royale, & elle declare encore ici, qu'elle ne defire rien tant que de s'accommoder avec Sa Majesté, refolue qu'elle eft, pour maintenir la tranquillité dans le Nord, de prêter les mains à tout ce qui fera raisonna

ble.

ble. Son intention eft que l'on publie par tout, que telles font fes difpofitions pacifiques; ce que vous ferez de votre côté en Suede. Quant à nous, les Miniftres de Son Alteffe Royale, nous nous ferons un devoir d'entretenir ces louables fentimens, & il n'y aura ni calomnies, ni menaces qui puiffent nous faire changer de deffeins. D'un autre côté, c'est à ceux qui, par des vûës particulieres travaillent à empêcher une reconciliation fi neceffaire, à voir comment ils pourront juftifier leur conduite auprès de Sa Majesté Danoise lorfqu'Elle sera informée de leurs intrigues.

Vous ferez part, Monfieur, dans les occa fions que vous jugerez convenables, de tout ce que deffus, que j'ai été indifpenfablement obligé d'exposer ainfi pour la defense de ma reputation, & de celle de tous ceux qui ont le maniement de nos affaires, fi groffierement attaquez dans la Lettre dont j'ai parlé. Je suis, &c.

BASSEWITZ.

22

Nous avons rapporté à la fin du Tome II. la Garantie du Roi de la Grande-Bretagne "George I. touchant le Duché de Schleswic ,, en faveur du Roi de Dannemarc; voici celle », de Sa Majefté Très-Chrêtienne, qui a pre,, cedée l'autre, puifqu'elle eft du mois de juillet 1720. C'eft fur cette double Garantie » particulierement que le Roi de Dannemarc » fe repose de la fureté de la poffeffion de ce » Duché,

"

""

رو

Afte

Acte de Garantie du Roi de France en faveur du Roi de Dannemarc pour le Duché de Schleswick, conformement à l'Article VI. * du Traité de Paix entre les Couronnes de Suede & de Dan

nemarc.

L

OUIS par la grace de Dieu Roi de France & de Navarre: A tous ceux qui cette prefente Lettre verront, Salut. Comme notre cher & bien-aimé le Sr. de Campredon notre Refident & notre Plenipotentiaire auprès du Roi de Suede, auroit en vertu du Pleinpouvoir que Nous lui en avions donné, figné à Stockholm le 3. Juin dernier l'Acte de Garantie du Duché de Schlefwick, dont la teneur s'enfuit.

La tranquillité ayant été heureusement rétablie dans la baffe Allemagne par les bons Offices & par la Mediation de Sa Majesté Tres Chrêtienne, Elle les a continué de concert avec Sa Majefté de la Grande-Bretagne, dans le defir fincere de contribuer à rendre la Paix generale dans le Nord, & fpecialement entre les Couronnes de Dannemarc & de Suede; Elle a vû avec un extrême plaifir les bonnes difpofitions, où ces deux Puiffances fe font trouvées pour l'accomplif fement d'un ouvrage fi falutaire; mais ayant été informé en même tems des difficulés infurmontables qui fe rencontroient pour la

refti

*Voyez cet Art. pag. 361, du Tom. I. de ce Recueil.

[ocr errors]

reftitution à la Couronne de Suede, de l'Ifle & Principauté de Rugen, de la Fortereffe de Straalfund, & du refte de la Pomeranie jufques à la Riviere de Pehne occupées par la Couronne de Dannemarc, fi elle n'étoit affurée de la poffeffion de Schlefwic, laquelle Sa Majesté Britannique lui a deja garantie, le Roi TrèsChrêtien a bien voulu pour toutes ces confiderations, & fur les inftances des Rois de la Grande-Bretagne & Dannemarc, accorder à cette derniere Couronne, comme il lui donne par ces Prefentes, la garantie du Duché de Schlefwic, promettant en confideration des fusdites reftitutions ftipulées dans le Traité figné ce jourd'hui à Stockholm par Mrs. les Plenipotentiaires de Suede, de maintenir le Roi de Dannemarc dans la poffeffion paifible de la partie Ducale dudit Duché, bien entendu, que cette garantie ne pourra avoir aucun lieu ni effet, qu'aprés que le fufdit Traité de Stockholm aura été aprouvé & figné de la part du Roi de Dannemarc. A ces Caufes, je fouffigné Refident de Sa Majefté TrèsChrêtienne, & fon Plenipotentiaire à la Cour de Suede, muni de fon Plein-pouvoir & de fes ordres exprès à cet effet, ai remis le prefent Acte de garantie entre les mains de Milord Carteret, Ambaffadeur Extraordinaire de Sa Majefté le Roi de la Grande-Bretagne, & fon Plenipotentiaire en la même Cour de Suede , pour en faire l'ufage ci-deffus expliqué. En foi de quoi j'ai figné ces Prefentes, & à icelles appofé le Cachet de mes Armes, promettant d'en fournir la Ratification fix femaines après la fignature par le Roi de Dannemarc dudit Traité de Stockholm de ce

jour

« PreviousContinue »