Page images
PDF
EPUB

Lettre du Secretaire d'Etat van Haagen; écrite

par ordre du Roi de Dannemark, au Secretaire d'Ambassade , à la Cour de Suede. De Coppenhague le 12. Janvier 1726.

donnez la peine de publier & d'insinuet de tous côtez que Sa Majesté notre trèsgracieux Maitre est disposé à traiter d'un accommodement avec le Duc de Holstein sur l'Article du Duché de Schleswick, de convenir à cet égard d'un Equivalent, & même que Sa Majesté, après avoir d'elle-même proposé cet accommodement , en avoit fait delivrer un Projer pour traiter à Petersbourg ; ce qui eft absolument faux & sans aucun fondement, ensorte que les Ministres & Officiers du Duc de Holstein n'ont d'autre but , par ces faux bruits, que d'exciter des soupçons & de la defiance par raport à la Garantie de Schleswick dans l'esprit des Alliez de Sa Majesté , qui ont garanti le dernier Traité de la Paix conclu avec la Suede. C'est pourquoi je vous écris celle-ci par ordre exprès du Roi, pour vous faire savoir que vous ayez à declarer en toute occasion, de la maniere la plus forte

, que les susdites insinuations des Ministres & Offi ciers de Holstein font fausses & remplies de mensonges, & vous declarerez & aflurerez de la maniere la plus forte , que S. M. notre Maitre n'a jamais eu la pensée de faire aucun accommodement avec le Duc de Holstein tou

chanc

chant le Duché de Schleswik, ni de lui donner aucun Equivalent , pas même de la valeur d'un Escalin ; encore moins de faire faire aucune proposition sur ce sujet, ni de prêter l'oreille à celles qui seroient faites, & que Sa Majesté s'en tient absolument à la Garantie, qui lui a été donnée par les Couronnes d'Angleterre & de France, & qu'elle fera enforte, conformement à ladite Garantie, de se maintenir contra quoscunque dans la pailble & bien acquise possession de tout le Duché de Schlefwick. Cest Monsieur , ce que vous aurez soin d'insinuer de la maniere la plus convenable dans tous les lieux & occasions qui se presen. teront, afin de convaincre le monde des fause ses insinuations des Ministres de Holstein ensorte qu'on n'y ajoute point foi. Je suis, &c.

» A peine les Ministres de Holstein curentils informé leur Cour, de la Declaration que

les Ministres Danois firent de tous cộtez i conformement à cette Lettre , que Monsr.

Baflewitz, President du Conseil du Duc de
Holstein, écrivit la Lettre suivante au Major
General Reichel, Envoyé du Ducà Stock-
holm.

[ocr errors]

Lettre du President Bassewitz au Major

General Reichel.

[ocr errors]

'Ai apris par votre Lettre du 21. de Janvier,

& par les Pieces suivantes, comment le secretaire Danois avoit publié une Leture du fecrctaire d'Etat van Haagen , écrite à Coppenhague le 12. de Janvier, par ordre exprès

dy

P 2

du Roi fon Maitre. Son Altesse Royale n'a pas été moins sensible à l'insulte qu'on y fait à ses Ministres, qu'à celle qu'on lui fait à elle-même en leur personne. Son Altesse Royale ne peut mieux s'en venger qu'en meprisant une telle conduite , laissant à Sa Majefté Danoise le soin de juger , lorsqu'elle en sera informée , s'il convient à des gens qui écrivent en son nom & sous son autorité, de se servir d'un stile aufli impropre & aussi meprisant dans une affaire qui regarde un Prince son proche parent. Neanmoins Son Altefte Royale m'a donné ordre de vous donner quelques éclaircissemens, qui vous fervent à faire connoitre la fausseté des imputations susdites.

On accuse le Ministre de Son Altesse Royale.

» 1. De s'être mêlé de publier par tout que » Sa Majesté Danoise étoit disposée à s'ac» commoder avec Son Altesse Royale notre » gracieux Souverain , par raport au Duché

de Schleswic, & de lui donner un Equiva

lent. 9, 2. Que Sa Majesté Danoise avoit fait faire

des propositions sur ce sujet, pour en traiter

ici à Petersbourg ; & qu'il est faux que Sa » Majesté Danoise ait eu, ou qu'elle ait pu » avoir la pensée de traiter d'un accommode» ment pour le Duché de Schleswic, puisqu'elle » ne voudroit pas donner au Duc la valeur » d'un Escalin pour Equivalent, bien loin de

lui faire ou d'écouter aucune proposition à » cet égard.

Anoad Primum, Nous avouons naturellement

[ocr errors]

CC

ce que nous avons pensé & de l'accommodement proposé & de l'Equivalent.

Qu'en des occasions qui se sont presentées, on a declaré, que Son Altesse Royale vivoit dans l'esperance de s'accommoder à l'amiable avec Sa Majesté de Dannemarc. On ne voit point comment une pareille Declaration auroit du prejudicier aux Droits de Son Altesse Royale. On n'a qu'à jetter les yeux sur l'Histoire des tems passez, on verra que le Duché de Schleswic, après une longue ufurpation, à la verité dans des conjonctures differentes, a été recouvré par la Maison Ducale , fans tirer l'épée. Que hazarderoit-on en avouant encore à present que, nonobstant toutes les menaces que l'on a faites , notre Maitre espere encora que Sa Majesté Danoise concevra enfin des sentimens plus avantageux. Un Prince qui n'a offensé personne, & qui n'est malheureux que parcequ'il étoit le plus foible, peut se reposer sur la justice de la Cause , & esperer que la conscience de ceux qui sont plus puislans que lui, se laissera enfin toucher & changera de conduite; on laifle juger au monde im. partial lequel vaut mieux, que

l'on dise du côté du Duc de Holstein que l'on confidere le Roi de Dannemarc comme un Prince pacifique, ou que l'on declare de l'autre côté que l'on veut fe maintenir avec le secours de ses Alliez dans la pofleffion d'un bien dont on s'est emparé, fans vouloir écouter le proprietaire. On ne peut faire un crime aux Ministres de Holstein que d'avoir trop long-tems caché au Public ces milteres d'iniquité.

Quodd secundum , On conçoit aisement de quelle maniere il se peut faire que l'on de

P 3

clare

[ocr errors][ocr errors]

>

que nous

clare par ordre exprès de Sa Majesté Danoife, qu'elle n'a jamais pensé & ne pensera jamais de traiter d'aucun accommement avec Son Altelle Royale touchant le Duché de Schleswic.

Au moins ne fera-t-on point passer pour un jeu d'Enfant, les propositions qu'a fait sur ce sujet au mois de Mai de l'année passée l'Envoyé Westphalen ici aux Ministres de Sa Majesté Imperiale, & dont on a fait des ouvertures dans les formes à Mr. le Chancelier Baron de Stambké & à moi , afin en fissions raport à Son Altesse Royale.

Peut-être souhaiteroit-on à la Cour de Dannemarc de n'avoir pas fait cette demarche, d'autant que dès le lendemain Son Altesse Royale fit declarer par nous mêmes aux Ministres Imperiaux, qu'elle ne pouvoir aprouver ces propositions parceque Sa Majesté Danoise offroit à Son Alteffe Royale de lui garantir la succession au Trône de Suede, fur quoi Son Altesse Royale ne souhaite aucune Garantie, la Couronne de Suede ne dependant que de Dieu & de la Nation Suedoise, à qui seule Son Altesse Royale vouloit la devoir lorsque l'occasion s'en presentera.

Mais file Roi n'avoit eu aucune disposition à un accommodement, à quoi servoient donc les insinuations venues fi fouvent à Son Al. tesse Royale de la part de ceux qui se declarent si hautement contre elle à present , que l'on se persuadoit qu'il ne seroit pas difficile de trouver quelque temperamment pour la contenter; jusques-là même que Mr. l'Envoyé Westphalen nous a souvent declaré, que l'on vouloit lui faire des propositions rai

son

« PreviousContinue »