Page images
PDF
EPUB

qu'Elle fait dans la Mer Baltique, n'ont d'au. tre but que de se maintenir en état, suivant l'exemple du feu Empereur fon Epoux, de pouyoir donner à ses Alliez les secours necessaires, & de remplir les engagemens dans lesquels Elle est entrée avec eux; comme aussi de defendre la personne, ses Royaumes & Sujets contre toute surprise ennemie, & de pouvoir s'oppofer avec vigueur à ceux qui vondroient lui chercher querelle,

Telle a été la veritable intencion de Sa Mad jesté Imperiale, qui n'a du causer d'ombrage à aucune autre Puiffance, & dont on a eu aufli peu de raison de s'allarmer, que de prendre en mauvaise 'part que Sa Majesté Imperiale longe à affermir la tranquillité dans le Nord, à affurer le repos de ses Royaumes & Sujets, & qu'Elle prenne pour cela les mesures conves nables.

Au furplus, Sa Majefté Imperiale fait aussi savoir à Mr. l'Envoyé Etraordinaire, qu'Elle se trouvé obligée de demander au Roi de Dannemarck, fi Elle ne doit pas regarder comme une rupture ouverte la demarche extraordinaire & inouie que Sa Majefté Danoife a faito d'envoyer une Escadre de ses Vaisleaux de guerre jusque dans la Rade de Sa Majesté Imperiale devant Revel , de l'y avoir jointe à l'Escadre Angloise, & de l'y avoit faite rester jusqu'à present fans en avoir donné prealablemedt aucune connoiffance à Sa Majesté Imperiale ; ce qu'on auroit du faire neanmoins conformement à l'usage & à la raison, si on ne vouloit que cette Escadre fut regardée comme Ennemie, non plus que celle du Roi de la Grande-Bretagne, qui a tenu la même

con

conduite en l'envoyant dans la Mer Baltique.

Mr, l'Envoyé Extraordinaire eft requis au nom de Sa Majesté Imperiale, de procurer au plûtôt là-deflus une declaration precise du Roi son Maître, & de la communiquer à Sa Majesté Imperiale, afin qu'Elle puisse prendre les mesures necessaires pour fa lureté, & pour la conservation du repos dans le Nord. Quant au reste, Sa Majesté accorde à Mr. le Conseiller d'Etat & Envoyé Extraordinaire fa faveur Imperiale.

» Quelques tems après ces Declarations, les

Ministres de l'Imperatrice de Ruffie firent si courir dans le public des billets imprimez qui

contenoient ce qui suit. S

A Majesté Imperiale de toutes les Ruflies

ayant appris avec un grand étonnement, que le Ministere d'Angleterre a insinué, tant à la Nation Britannique, qu'à plusieurs autres Cours, par ses Ministres, des choses tout à fait insoutenables fans qu'on ait craint d'offenfer la verité & la justice; comme si Sä Majesté étoit en effet entrée en engagement avec le Pretendant, pour lui procurer par soni Secours la Couronne de la Grande-Bretagne. Et voyant que ces nouvelles ne sont inventées qu'au prejudice des interêts de Sadite Majesté, Elle à donné ordre de declarer à toutes les Puissances de l'Europe, qu'Elle n'a jamais contracté aucun engagement avec le Pretendant, & qu'Elle regarde ces nouvelles débitées par les Ministres Anglois, comme de veritables & pures calomnies, aufli malicieuses qu’indignes que les honnêtes gens ý ajoutent foi;

le

le Ministre d'Angleterre ne les ayant inventées que pour tâcher de couvrir les injustes demarches, & l'animosité qu'il a fi ouvertement temoigné à l'égard de Sa Majesté Imperiale; 80 voulant même par ce moyen, non seulement justifier ce violent procedé auprès de la Nation Britannique qui se trouve toujours avec l’Empire Russien dans une parfaite amicié; mais encore chercher à la pouvoir porter ainsi que les autres Puiffances, à la même animosité contre Sa Majesté Imperiale,

que

Afin de faire connoître d'un autre côté „ que la Cour de Russie ne s'en prenoit pas as a la Nation Britannique, & peut-être afin d'animer le peuple contre le Roi, par un artifice Coriolan & Annibal mirent au

trefois en oeuvre devant Rome, lorsqu'ils , épargnerent les Terres & les Maisons des

Senateurs & des Grands, pendant que leurs Troupes pilloient & bruloient celles des Plebeiens, l'Imperatrice fit publier la Declaration

suivante à l'imitation du feu Empereur Pierre » le Grand

[ocr errors]

Imperatrice de toute la Russie. Scavoir faisons à tous-&- un chacun qu'il appartiendra; qu'ayant consideré qu'à la vue d'une puissante Éscadre , que Sa Majesté de la GrandeBretrgne a envoyé dans la Mer Baltique, & que a jetté l'ancre à une petije distance de notre Port de Revel, n'ayant peut-être autre dessein que d'entreprendre contre nous quelques hoftilitez, & de troubler ensuite la tranquillité du Nord, fans que nous ayons don,

L

né envers Sa Majesté de la Grande-Bretagne aucune occasion à un proceļé de cette nature. Les Negocians de la Nation Britannique, qui font leur Commerce dans nos Etats, pourroient aprehender fort facilement, puisque Sadite Majelté temoigne de nous être G contraire, que par cette raison, & en cas que ladice Escadre vint à quelque voye de fait contre nous, leurs Personnes, Vaiffeaux & ef. fets pourroient être en danger & exposez à de groffes pertes. Nous fommes au contraite, malgré la conduite fi oposée de Sa Majesté Britannique tendant à exciter de nouveaux troubles dans le Nord, sincerement intention. née, de maintenir avec soin l'amitié & bonne correspondance, qui a sublisté pendant fi longues années entre les Nations de l'Empire de Russie & de la Grande-Bretagne ; au plus grand avantage des deux Nations, & de continuer à permettre non-seulement aux Negocians de la Grande-Bretagne leur libre Commerce dans nos Etats, sans aucun empêchement, mais ausfi de leur faire sentir toute forte de faveur & avantage, dont ils auront besoin pour l'augmentation de ce Commerce; afin de faire voir d'autant plus à tout le Monde, sur tout à la Nation Britannique , notre fincere intention pour l'affermissement de l'amitié établie depuis fi long-tems entre les deux Empires.

Nous avons à ces causes trouvé à propos de declarer inceffamment par celle-ci notre intention, & d'assurer chacun des Marchands Negocians de la Nation Britannique, ainsi que tous en general, que, nonobstant que par S& Majesté de la Grande-Bretagne, & par l'ER cadre envoyée dans la Mer Baltique, il fut commis quelque acte d'hostilité, lesdits Marchands negocians n'en souffriront aucunement, ni en leurs personnes , ni en leurs effets ou Vaisseaux entrans ou sortans de nos Ports, de sorte qu'ils pourront à present aussi bien qu'à l'avenir à l'exemple de toute autre Nation avec lesquelles nous vivons en amitié faire & continuer librement & sans aucun scrupule leur negoce dans nos Etats, suivant qu'ils le trouveront convenir à leur profit & avantage , & être assurez à tout évenement de notre gracieuse protection & aslistance, à moins que par leur propre faute ou conduite, ils ne se rendent suspects. En foi de quoi nous avons ligné nous-mêmes notre gracieuse Declaration, & l'ayons fait publier de la maniere accoutumée. Donné à St. Petersbourg le 21. Juin 1726.

cadre

(L. S.) CATHERINE, . C'est vers le tems que les Pieces, que » l'on vient de lire, parurent, que Monsieur

Haagen Secretaire d'Etat écrivit la Lettre,

fuivante. Le bruit s'étoit repandu que l'on » negocioit à Petersbourg un accommode. » ment entre le Roi de Dannemarc & le Duc » de Holstein , par raport au Duché de

Schleswick, & que Monsieur Westphale, Ministre Danois à la Cour de Russie, avoit fait quelques propositions sur ce sujet. Les Ministres Danois eurent ordre de contrarier ces bruits publics dans toutes les Cours conformement au contenu de cette Letttre. Tome IV.

P

Lettre

[ocr errors]
[ocr errors]
« PreviousContinue »