Page images
PDF
EPUB

parts, et au milieu des acclamations de plus de huit cent mille ames. Dans le même instant encore, comme si tous les êtres vivans devoient partager cet affranchissement de la première des créatures vivantes, et en ressentir l'alégresse, trois mille oiseaux de toutes les espèces, portant à leur cou de minces banderolles tricolores où étoient écrits ces mots: Nous sommes libres; imitez-nous, se sont élancés avec les étincelles du milieu des flammes dans le vaste et libre espace des airs (1).

(1) Deux colombes se sont réfugiées dans les plis de la statue de la Liberté ; et depuis ee jour, elles y ont fixé leur domicile. Fidelles à ce monument sacré, on les voit s'y retirer tous les soirs. La super titieuse antiquité seroit jalouse d'un pareil trait; les augures en auroient tiré un grand avantage pour l'aristocratie du sénat; mais les vrais augures du peuple français sont sa raison e ses droits, bien supérieurs à tous les charlatanismes politiques,

La quatrième station s'est faite devant les Invalides, devant ce monument de l'orgueil d'un despote, mais déjà perfectionné par la bienfaisance et par la souveraineté nationale. Après avoir anéanti la tyrannie des rois, la France a été obligée de combattre et d'anéantir un nouveau monstre, non moins dangereux pour la liberté, le fédéralisme. Un monument signaloit ici cette victoire récente. Sur la cîme d'un rocher étoit exhaussée une statue colossale, représentant le peuple français. Tandis que d'une main forte il renouoit le faisceau des départemens, un monstre, dont les extrémités inférieures étoient terminées en dragon de mer, sortant des roseaux d'un marais fétide, s'efforçoit d'atteindre, en rampant, jusqu'au faisceau pour le rompre. Le colosse écrasant sous ses pieds la poitrine du monstre, de sa massue balancée sur sa tête, alloit le frapper du coup mortel. En contem

plant ces emblêmes élevés dans les airs à une grande hauteur," le peuple a reconnu sa force et son triomphe; et les images sous lesquelles lui-même et son histoire étoient retracées à ses yeux, sont devenues le texte du discours que le président a prononcé dans cette circonstance :

Peuple français, te voilà offert à tes » propres regards, sous un emblême fé»cond en leçons instructives. Ce géant, » dont la main puissante réunit et ratta» che, en un seul faisceau, les départe» mens qui font sa grandeur et sa force, » c'est toi. Ce monstre, dont la main cri» minelle veut briser le faisceau, et sé» parer ce que la nature a uni, c'est » le fédéralisme. Peuple dévoué à la » haine et à la conjuration de tous les despotes, conserve toute ta grandeur » pour défendre ta liberté. Qu'une fois » au moins sur la terre, la puissance soit » alliée à la vérité et à la justice! Fais à

"

» ceux qui veulent te diviser la même » guerre qu'à ceux qui veulent t'anéan» tir; car ils sont également coupables. » Que tes bras, étendus de l'Océan à » la Méditerranée, et des Pyrénées au » Jura, embrassent par-tout des frères, » des enfans! Retiens sous une seule loi. » et sous une seule puissance une des "plus belles portions de ce globe, et » que les peuples esclaves, qui ne savent » admirer que la force et la fortune, té» moins de tes vastes prospérités, sen» tent le besoin de s'élever, comme toi, » à cette liberté qui t'a fait l'exemple de » la terre. »

L'entrée seule du Champ de Mars, local de la dernière station, offroit aux yeux, à l'imagination et aux ames, une de ces leçons sublimes et touchantes, dont il n'appartient qu'à la liberté de concevoir l'idée et de présenter le spectacle. A deux termes placés vis-à-vis l'un de

l'autre, comme les deux colonnes de l'ouverture d'un portique, étoit suspendu un ruban tricolor, et au ruban un niveau, allégorie sensible de cette égalité sociale qui retient tous les hommes sur un plan commun, et les nivelle devant la loi, comme ils le sont par la Nature. Après s'être tous courbés, ou plutôt relevés sous ce niveau, emblême de ce qui fait l'uni que grandeur de l'homme, de ce qui seul lui prépare des prospérités réelles et solides, la Convention nationale, les quatre-vingt-sept commissaires des départemens, tous les envoyés des assemblées primaires, ont monté les degrés de l'autel de la patrie; et dans le même temps qu'un peuple innombrable, couvrant la vaste étendue du Champ de Mars, se rangeoit avec recueillement autour de ses représentans et de ses envoyés, le président, parvenu au point le plus élevé de l'autel de la patrie, ayant à ses côtés le

« PreviousContinue »