Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

de vos tyrans. Calomnie-t-on l'astre qui anime la nature, pour des nuages légers qui glissent sur son disque éclatant ? L'auguste liberté perd -elle ses charmes divins, parce que les émissaires de la tyrannie cherchent à la profaner? Vos malheurs et les nôtres sont les crimes des ennemis communs de l'humanité. Est-ce pour vous une raison de nous hair?..... non.... c'est une raison de les punir.

Les lâches osent vous dénoncer les fondateurs de la République. Les Tarquins modernes ont osé dire que le sénat de Rome étoit une assemblée de brigands. Les valets même de Porsenna traitèrent Scævola d'assassin. Suivant les manifestes de Xerxès, Aristide avoit pillé le trésor de la Grèce. Les mains pleines de rapines et teintes du sang des Romains, Octave, Antoine et Lepidus ordonnent à tous les Romains de les croire seuls clémens, seuls justes et seuls vertueux.

Tibère et Séjan ne voient dans Brutus et Cassius, que des hommes de sang et même des frippons.

Français, hommes de tous les pays,' c'est vous qu'on outrage en insultant à la liberté dans la personne de vos représentans, de vos défenseurs. On a reproché à plusieurs membres des foiblesses, à d'autres des crimes.

Qu'a de commun avec tout cela le peuple français? Qu'a de commun la représentation nationale, si ce n'est la force qu'elle imprime aux foibles, et la peine qu'elle inflige aux coupables? Toutes les armées des tyrans de l'Europe, repoussées malgré cinq années de trahisons, de conspirations et de discordes intestines; l'échafaud des représentans infidèles élevé à côté de celui du dernier tyran, les tables immortelles où la main des représentans du peuple grave, au milieu des orages, le pacte social des

français, tous les hommes égaux devant la loi, tous les grands coupables tremblant devant la justice, malgré tous les vices des esclaves, malgré toute la perfidie de nos ennemis; le peuple énergique et sage, redoutable et juste, se ralliant à la voix de la sagesse, et apprenant à distinguer ses ennemis sous le masque même du patriotisme; le peuple. français courant aux armes pour défendre le magnifique ouvrage de son courage et de sa raison.... voilà le tableau que nous présentons au crime.

S'il le faut, nous prouverons encore d'autres titres notre sang a coulé aussi pour la patrie; la Convention nationale peut montrer aux amis et aux ennemis de la France, des honorables cicatrices et de glorieuses mutilations: ici deux illustres adversaires de la tyrannie sont tomb♣ à ses yeux sous les coups parricides d'une faction criminelle: là un digne

émule de leurs vertus républicaines, ren fermé dans une ville assiégée, a osé former la résolution généreuse de se faire, avec quelques compagnons, un passage à travers des phalanges ennemies: noble victime d'une odieuse trahison, il tomba entre les mains des satellites de l'Autriche, et il expie dans de longs tourmens son dévouement sublime à la cause de la liberté; d'autres représentans pénètrent au travers des contrées du Midi, échappent avec peine à la fureur des traîtres, sauvent l'armée française, livrée par des chefs perfides, et reportent la terreur et la fuite aux satellites des tyrans de l'Autriche, de l'Espagne et du Piémont. Dans cette ville exécrable, l'opprobre du nom français, Bayle et Beauvais, rassassiés des outrages de la tyrannie, sont morts pour la patrie et pour ses saintes lois. Devant les murs de cette cité sacrilège, Gasparin dirigeant la foudre qui devoit

la punir, Gasparin enflammant la valeur républicaine de nos guerriers, a péri victime de son courage et de la scélératesse de nos ennemis.

Le Nord et le Midi, les Alpes et les Pyrénées, l'Escaut et le Rhin, la Loire, la Moselle et la Sambre ont vu nos bataillons républicains se rallier à la voix des représentans du peuple sous les drápeaux de la liberté, de la victoire : les uns ont péri, les autres triomphent.

La Convention toute entière affronte la mort et brave les fureurs de tous les tyrans.

Illustres défenseurs de la cause des rois princes, ministres, généraux, courtisans, citez-nous vos vertus civiques; raconteznous les importans services que vous avez rendus à l'humanité. Parlez-nous des forteresses conquises par la force de vos guinées; vantez-nous les talens de vos émis saires et la promptitude de vos soldats

« PreviousContinue »