Page images
PDF
EPUB

ficence ne put s'exercer en leur faveur qu'en suite d'idées tolérantes, qui donnent une haute opinion de la charité du célèbre Nurembergeois.

215. Conquête de la Savoie. Av.: Buste de Henri IV couvert de la toison du lion de Némée. Lég.: * ALCIDES * HIC NOVVS ORBI * Rev. Hercule terrassant le centaure et saisissant sa couronne. Lég.: OPPORTVNIVS. (Br.) Mod.: 22 lig. [M]. 216. Av. Armes de France. Lég.: CONSILIO Rev. Hercule triomphant du centaure abattu à ses pieds. Lég.: OPPORTVNIVS 1601. (Arg.) Mod.: 12 lig. [M].

NIL. NISI

*

Ces deux rares médailles se rapportent aux guerres de l'armée francogenevoise contre la Savoie à la fin du seizième siècle, et à la conquête de cette contrée par Henri IV en 1600; nous avons donné une petite pièce de vers relative aux événements de 1611, et dans laquelle on remarque des allusions au centaure des ducatons de Savoie, frappés lors de l'invasion du marquisat de Saluces; le sujet des médailles précédentes, répondant à l'OPPORTUNE, légende des monnaies de CharlesEmmanuel, par le mot OPPORTUNIUS avec le centaure vaincu, trouve un éclaircissement dans les vers suivants, imprimés à Grenoble sur la fin de l'année 1600 (1):

L'OPPORTVNÉ DV DVC DE SAVOYE.

Le Duc voyant la Ligue en France enracinée,
Fit faire vne figure à certaine monnoye,
Pour demonstrer, par là, l'extreme ambition
Qui le poussoit au but de son intention.

Or, donques, en ce temps nebuleux, il fit faire
Sur des pieces d'argent dépeindre vn Sagittaire,
Tirant à la volée vn traict de l'arc tendu,
A tors & à travers (ce doit estre entendu),
Vne Couronne à bas y auoit, renuersée,
Qui du monstre sembloit deuoir estre froissée,
Car vn pied de deuant haut on luy void leuer,
Comme s'il la vouloit briser, rompre, ou greuer.
Et autour de la piece y auoit (pour deuise)
Ce mot, Opportunè, qu'il veut que chacun lise;
Comme s'il entendoit dire, Voicy le temps,
Il faut qu'ores i'y tire & me fourre dedans.

De faict, pour en auoir vn lopin se dispose:
Mais le Roy, magnanime, à ses desseins s'oppose;

(1) Voy. Avgvre prodigieux, tiré d'vne Povle, par le Sénat de Chambéry,

sur la fin de Iuillet, mil six cens, p. 7.

Et l'Archer Monstrueux n'a iamais tiré droit;

Il n'a sceu bien viser (comme assez apparoit :)
Son pied trop foible estoit pour froisser la Couronne;
Et de son braue orgueil le François ne s'estonne.
Le superbe devis de son Opportunè

N'a tant comme il pensoit la France importuné :

Tant s'en faut qu'il ait pris vn pied en nostre Frace,
Qu'en son propre païs il n'est en asseurance........

217. Fortifications de Genève. Av.: La Clef et l'Aigle avec les mots: GENEVA CIVITAS 1621. Rev.: Le Cornet d'Orange (1). POST TENEBRAS LVX. (Voy. p. 89 n.)

218. Ouverture du dix-huitième siècle. Av.: La Clef et l'Aigle avec la légende: SOCIETAS GENEUENSIS.-Rev. : Une foi entre deux rameaux, l'un de palmes, l'autre d'olivier Lég.: CONCORDIA et vnio anno 1699. [H, no 1909]. (Voy. p. 208 n.)

[ocr errors]

219. Médaille dite de la truite. Voy. p. 208 n. L'inscription: * DE SECULO IN SECULUM. IN SECULA. SECULORUM. AMEN. se lit sur la tranche de cette pièce, qui a pris sa dénomination de la truite énorme qui, sur l'avers, figure au centre de la table. (Arg.) Mod.: 26 lig. [R]. Les Reg. du Conseil, du 4 juin 1701 et du 20 décembre de la même année contiennent la requête de Lect au sujet de cette médaille, et les remerciements qui lui furent adressés.

220. Bataille de Villmergen. Médailles d'or et d'argent envoyées en 1713, par le Sénat de Berne, aux officiers et sous-officiers des troupes fournies par Genève pour la guerre du Tockenbourg. Voy. p. 30.

Av.: L'Ours de Berne armé et debout tenant l'épée, les couronnes et la corne d'abondance d'où s'échappent des fleurs, des fruits et des médailles. Lég.: STRENVIS MILITIBVs. Sig.: DE BEYER. FEC . Rev.: Une pyramide couronnée de palmes et de lauriers portant les armes de Berne et les fameux cornets de guerre conquis à Villmergen. Autour les trophées et armoiries dont nous avons parlé, avec la légende : INDVLGENTIA SVPREMI NVMINIS, et en exergue: VICTOR. AD BREMOGART . D. XXVI. MAI AD VILMERG. D. XXV IVLY M. DCC. XII. Sig. 1. D. B. F. (Justinus de Beyer fecit). Mod.: 25 lig. [M]. Cette pièce porte, gravé sur le cordon, le nom de PIERRE ROGET, sergent de l'une des compagnies genevoises. On voit, par le Reg. du Conseil, en date du 21 mars 1713, que ces médailles, au nombre de vingt et une d'or et de vingt-quatre d'argent, toutes au même coin, furent envoyées à

[ocr errors]

(1) Les armes d'Orange sont, d'or à la corne à boire d'azur liée de gueules.

M. Jean Trembley, ancien syndic et aide-de-camp à Villmergen, par un exprès de Berne, qui arriva à Genève le 18 du même mois; on y voit aussi que les médailles d'or, envoyées aux officiers et aux enseignes, représentaient une valeur de 2748 livres 10 sols argent courant, et que celles d'argent, destinées aux sergents et bas-officiers, furent estimées 96 écus blancs, soit 288 livres.

[ocr errors]

221. Av.: La Clef et l'Aigle, cimier à 16 flammes, un 4 en disque. Lég, RESPUBL. GENEVEN Rev. Armes de Berne. Lég.: RESPÚBL. BERNENS. (Br.) Mod.: 13 lig. On dit que cette médaille fut frappée en souvenir de la bataille de Villmergen, et que chaque soldat faisant partie de l'expédition en reçut un exemplaire. On peut voir dans l'ouvrage cité de Haller, nos 94 à 98, 199, 200 et 266, la description d'autres médailles relatives à cette bataille.

222. Noces d'argent. Av.: Junon-Matrone répandant de l'encens sur l'autel de l'Amour. - Rev.: Sur une draperie surmontée des armes Caille et du chiffre de Jean-Jacques Caille-Gasquet on lit: En memoire de Vingt et Cinq Annees du mariage de Jean Jaques Caille et Jeanne Gasquet Accomplies et Celebré. Amsterdam le 10 Janv. 1726. (Arg.) Mod. 29 lig. (M. A. De la Rive].

223. Av.: La Félicité et l'Amour sous la figure d'une femme et d'un enfant ailés; la première répand des fleurs, le second tient un flambeau allumé. Lég.: DEM GLÜCKLICHEN TAGE. Sig. G. LOOS DIR GUBE, FEC. - Rev. Daus une couronne de chêne et de roses : I DES ARTS VERM

[ocr errors]

M. L H. SILLEM OCTOB. 12 1805, les armes de Genève et de Hambourg, où cette famille est établie, puis: ANDENKEN STAMMVERWANDTER FREUNDSCHAFT OCTOBER 12 1830. (Br.) Mod. : 18 lig. [M. Girod]. On donne à Genève et en Hollande le nom de Noces d'argent et Noces d'or à la commémoration religieuse qui a lieu vingt-cinq et cinquante ans après l'époque du mariage..

[ocr errors]

224. Médaille d'Exercice. Av,: PIERRE FABRI SEIGNEUR Sindic GeNERAL DE L'ARTILLERIE DES L'ANNÉE 1737 JUSQUES EN 1753. Rev.: Armes Fabri supportées par deux griffons et sommées de la couronne de marquis. (Or.) Ovale. Mod. 16 sur 19 lig. [M. A. Saladin].

225. La ville de Genève. Av.: Vue prise depuis le lac; dans le haut la Clef et l'Aigle avec sa légende et en exergue: RESPUBLICA GENEVENSIS. Rev. Genève personnifiée entourée des génies de la liberté, des sciences, des arts et du commerce; au second plan, sur des montagnes, l'Arve et le Rhône répandant les urnes de leurs sources. Lég. HAEC OTIA FECIT. Ex.: EVANG. REFORM. ACCEP. AN. MD XXXV.

[ocr errors]

NUM. CUSUS AN. 1749. Sig.: IEAN DASSIER F. (Br.) Mod.: 30 lig. [M]. 226. Même avers que la précédente. Au revers une couronne de chêne dont le centre est vide. (Br.) Mod.: 30 lig. [M. Marin]. 227. Av. La vue de Genève des médailles d'alliance de 1695-96, no 13. Rev. La Clef et l'Aigle dans un écu circulaire posé sur flammes et rais. Lég.: ⋆ RESPVBLICA * 22 lig. [M].

[ocr errors]

:

un cartouche, cimier à 12 GENEVENSIS * (Arg.) Mod.

:

:

228. Marques des pompiers. Av.: Clef et l'Aigle des triples-pistoles. Lég. POMPE DE S. GERMAIN. N.o VI. - Rev. Les mêmes armoiries. (Laiton.) Mod.: 19 lig. [M. Marin]. On trouve, au sujet de ces pièces, les indications suivantes dans le Reg. de la Chambre des comptes, du 23 mai 1777: « Les Capitaines et Lieutenants des Pompes à feu porteront des hausse-cols d'acier pour être reconnus des sentinelles, et les hommes des plaques de laiton portant la Clef et l'Aigle des triples-pistoles, et au revers le numéro et le nom du quartier où loge la pompe, on fera 230 de ces plaques, qui coûteront 21 sols, et ceux qui les perdront paieront 3 florins 6 sols pour en ravoir. Avant cette époque les ouvriers des pompes portaient déjà des marques, mais à différents coins et faciles, dit le registre, à contrefaire. Le même document apprend, sous la date du 16 décembre, que 234 plaques avaient été frappées pour le prix de 354 florins 3 sols, y compris un louis d'or neuf pour les vacations du monnayeur Gresset.

Nous ajouterons, au sujet des méreaux de patrouilles, qu'ils étaient déjà en usage au seizième siècle, car on lit dans les Extraits des registres, de Flournois: 1564. Garde établie prenant de chaque quartier de la ville certain nombre d'hommes auxquels seront donnés des marques pour sortir le matin et le soir, afin que la ville demeure pourvue en tous endroits, etc.... » Les marques ou plaques d'argent que les hérauts portaient sur la livrée de l'État sont désignées, dès le dixseptième siècle; on lit dans un inventaire du sautier de 1630: « Item un escusson d'argent auec les armoiries de la Seigneurie pour bailler aux officiers qui vont en Suisse et ailleurs. »

:

229. Av. Armes Bourdillon dans un cartouche orné de guirlandes et surmonté de la couronne de baron. - Rev.: LA VRAIE GLOIRE NAIT DE LA VERTU; deux mains jointes, puis: DE L'AUDITEUR BOURDILLON LE PLAISIR FUT L'UNION 1781. (Arg. et cuivre.) Mod.: 14 lig.

230. Garnison suisse en 1792. Médaille d'or donnée par Nob. Cayla, comme premier prix de tirage à l'arquebuse aux chasseurs zurichois venus à Genève lors de l'approche de l'armée française commandée

par Montesquiou. (Reg., du 19 novembre 1792.) A la même occasion on délivra d'autres médailles en argent, portant à l'avers la Clef et l'Aigle, et au revers, dans une couronne de chêne : Donnée par la République de Genève aux troupes de Zurich et Berne en 9 bre 1792.

231. Prix de tirage accordés aux trois compagnies suisses en garnison à Genève, et délivrés le 9 août 1814. Av.: La Clef et l'Aigle. Rev.: L'inscription: AUX SUISSES. (Or et arg.) Des médailles semblables furent également délivrées comme prix de tirage, aux mêmes compagnies, le 5 novembre 1814.

[ocr errors]

232. Société de médecine. La Clef et l'Aigle accostée de deux branches de laurier. Sig. R. Rev.: Une massue entourée d'un serpent. Lég.: SOCIÉTÉ MÉdicale de Genève. (Arg.) Octogone. Mod.: 13 lig. La fondation de la Société de Médecine remonte à 1713; mais cette pièce est postérieure à cette époque.

233. Société de Médecine et de Chirurgie. Av.: Armes de Genève; au-dessous : ÆGROTIS SUCCURRERE DISCIT. Lég. SOC. MED. CHIR. GENEVENS. Rev. Un coq sur un faisceau et séparé par un serpent de la légende: VIGILANTIA. PRUDENTIA CONCORDIA. (Arg., laiton et br.) Mod. 12 lig. Un projet de jeton pour la Société de Chirurgie, dont M. le docteur Mayor possède le modèle, aurait porté à l'avers le buste en face de Jurine, et au revers, autour du bâton d'Esculape: société de chirurgie genEV. 1820.

[ocr errors]

234. Premier bâtiment à vapeur sur le Léman. Av.: Le bateau. Lég. NON SUBDITA VENTIS. Ex.: 1824. - Rev. La roue de la Fortune. Lég. AUDACES FORTUNA JUVAT. (Laiton.) Mod.: 9 lig.

235. Société de la Paix. Av.: Une couronne d'olivier entourant l'inscription suivante : FONDATION DE LA SOCIÉTÉ de la paix par J." J ̧§ de sellon 1 déc. M DCCC XXX. Sig.: DORCIÈRE. - Rev.: Couronne de laurier portant au centre: PRIX ADJUGÉ PAR LA SOCIÉTÉ DE LA PAIX DE GENÈVE, POUR LE CONCOURS OUVERT PAR SON FONDATEUR en faveur de la PAIX. (Br.) Mod.: 23 lig.

236. Prix de l'École industrielle et commerciale, institution ouverte le 4 juillet 1831 et fermée le 30 septembre 1838. Av.: Trophée relatif aux sciences et au commerce. Lég. ÉCOLE INDUSTR. ET COMMERC. * F. A GENÈVE 1831. Sig.: T. s. (Théodore Sayous). Rev. Dans une couronne de chêne et de laurier: TRAVAIL ET SUCCÈS. (Arg.) Mod. 18 lig. [S].

« PreviousContinue »