Histoire philosophique et politique des etablissemens et du commerce des européens dans les deux Indes, Volume 10

Front Cover
chez Jean-Leonard Pellet, 1781 - America
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 27 - Il me semble que l'on a confondu les idées de père avec celles de roi. Peuples, ne permettez pas à vos prétendus maîtres de faire même le bien contre votre volonté générale...
Page 186 - Il ne peut, ni donner à fes enlans une éducation civile fans les perdre de vue , ni les mettre dans une route de .fortune qui les diftingue & les avance. Il ne jouit point des facrifices qu'il fait pour eux , lorfqu'ils font élevés loin de fes yeux.
Page 92 - Point d'autres apôtres que le législateur et les magistrats. Point d'autres livres sacrés que ceux qu'ils auront reconnus pour tels. Rien de droit divin que le bien de la République.
Page 112 - Tous les hommes sentiront enfin , et le jour du réveil n'est pas loin , ils sentiront que la liberté est le premier don du ciel, comme le premier germe de la vertu.
Page 97 - Le genre-humain eft ce qu'on veut qu'il foit; c'eft la manière dont on le gouverne , qui le décide au bien ou au mal. Un état ne doit avoir qu'un objet •, & cet objet eft la félicité publique.
Page 26 - ... comme un troupeau de bêtes. On force celles-ci à quitter un mauvais pâturage pour passer dans un plus gras; mais ce serait une tyrannie d'employer la même violence avec une société d'hommes.
Page 48 - digne de la porter; mais c'est une chimère » démentie par les expériences de tous les » peuples et de tous les âges. Un trône a tou» jours paru à l'ambition d'un trop grand prix, » pour être l'apanage du seul mérite.
Page 276 - Romains ont eu des dieux méchans -, l'adorateur ftupide du fétiche adore plutôt un diable qu'un dieu. Chaque peuple fe fit des dieux , & les fit comme il lui plut-, les uns bons, & les autres cruels -, les uns débauchés, & les autres de mœurs aufteres.
Page 43 - Après tout, rien ne contribue à la décadence de l'empire, autant que l'agrandifiement démefuré de quelques-uns de fes membres. Ces fouverains , devenus trop -puiffans, détachent leur intérêt particulier de l'intérêt général. Cette défunion mutuelle des états fait que dans les dangers communs,, chaque province refte abandonnée à elle-même. Elle eft obligée de plier fous la loi du plus fort, quel qu'il foit-, & la conftitution Allemande dégénere Infenfiblement en efclavage ou en...
Page 255 - Les (îecles gothiques nous ont laiffé des monumens , où la hardieffe & la majefté refpirent à travers les ruines du goût & de l'élégance. Tous ces temples furent bâtis en croix, couverts de croix, remplis de croix , décorés de fcenes horribles & funèbres, d'échafauds, de fupplices, de martyrs, de bourreaux.

Bibliographic information