Correspondance secrète de Charette, Stofflet, Puisaye, Cormatin, d'Autichamp, Bernier, Frotté, Scépeaux, Botherel: du prétendant, du ci-devant comte d'Artois, de leurs ministres et agens, et d'autres Vendéens, Chouans et émigrés français. Suivie du journal d'Olivier d'Argens, et du code politique et civil qui a régli la Vendée pendant le tems de la rebellion. Imprimés sur pièces orginales [sic], saisies par les armées de la république, sur les différens chefs de rebelles, dans les divers combats qui ont précédé la pacification de la Vendée, Volumes 1-2

Front Cover
F. Buisson, 1799 - France - 647 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 21 - Vous affermissez les sentimens que je vous ai témoignés dans mes précédentes ; et redoublez , s'il est possible , le désir d'être à la tête de mes armées catholiques et royales , et de combattre à côté de vous, leur digne général, pour rendre le bonheur à mes sujets. J'espère qu'en ce moment mon frère, plus heureux que moi, jouit de cette gloire. Vous savez sans doute par lui , que la malheureuse affaire de Quiberon...
Page 320 - Puisaye m'ayant donné l'ordre de prendre une position et de l'y attendre, a eu l'extrême prudence de joindre bien vite un bateau , abandonnant au hasard le sort des nombreuses victimes qu'il a sacrifiées. Les gardes du...
Page 26 - SM ; mais les difficultés s'élèvent de toutes parts. Cet affreux désastre de Quiberon, résultat nécessaire de l'impéritie du chef, ne nous permet pas 'd'espérer une réponse favorable de Londres, à la demande du roi que je vous ai annoncée.
Page 15 - Pardon , mille fois pardon ; mais il faut arriver là ou jamais nous ne ferons rien. C'est là l'art , le grand art de la politique. Il faut donc que ce qui nous manque soit remplacé par un caractère chaud , qui ait des moyens , de l'esprit , du nerf; qui ne craigne pas la mort , et qui puisse remuer les deux partis. Eh bien ! avant que ma tête tombe , cet homme sera trouvé.
Page 200 - ... sévérité ; et je puis vous donner ma parole d'honneur , que je périrai plutôt que de jamais traiter avec cette bande de scélérats , quoique dans l'instant présent ils me fassent demander des entrevues , afin , disent-ils , de savoir ce que je désire. Je sais trop bien l'effet qu'a produit la paix dans ce pays ; mes soldats se sont malheureusement trop accoutumés à voir cette bande impie ; c'est même ce qui m'empêche , pour le moment, de faire mes rassemblemens aussi considérables...
Page 20 - N'importe , plus les obstacles sont grands , plus je mettrai d'activité à les vaincre , et je les vaincrai. » Continuez , monsieur, à me servir comme vous avez servi mon prédécesseur, et croyez que si quelque chose peut m'alléger le fardeau que la providence m'ordonne de porter, c'est d'être destiné , par cette même providence , à récompenser les plus grands services qu'un roi ait jamais reçus.
Page 34 - ... ennemis qui, marqués du doigt de ce Dieu vengeur, tomberont dispersés comme la feuille qu'un vent du nord a frappée ! Et vous, immortels Vendéens, fidèles conservateurs de l'honneur des Français, dignes compagnons d'armes d'un héros; guidés par lui, relevez le temple du Seigneur et le trône de vos rois. Que le méchant périsse...
Page 278 - Je vous adresse M. le vicomte de Briqueville, gentilhomme normand, gros propriétaire dans le Cotentin, où sa famille est considérée. Il mène plusieurs émigrés de mérite, et pourra, d'après les détails que je vous prie de lui donner et son -influence dans le pays, former une belle division. Vous aurez ensemble une correspondance suivie, au moins...

Bibliographic information