Siècles de Louis xiv et de Louis xv, Volume 3

Front Cover
Pierre Didot, et Jule Didot, 1820 - France
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 18 - Les meilleures comédies de Molière n'ont pas plus de sel que les premières Lettres provinciales : Bossuet n'a rien de plus sublime que les dernières. Il est vrai que tout le livre portait sur un fondement faux. On attribuait adroitement à toute la société des opinions extravagantes de plusieurs jésuites espagnols et flamands. On les aurait déterrées aussi bien chez des casuistes dominicains et franciscains ; mais c'était aux seuls jésuites qu'on en voulait.
Page 394 - Que les hommes privés, qui se plaignent de leurs petites infortunes, jettent les yeux sur ce prince et sur ses ancêtres.
Page 228 - ... apporta, le 19, à Paris la nouvelle de sa convalescence fut embrassé et presque étouffé par le peuple : on baisait son cheval ; on le menait en triomphe. Toutes les rues retentissaient d'un cri de joie : « Le roi est guéri! » Quand on rendit compte à ce monarque des transports...
Page 160 - uns de mes successeurs, en quelque temps « que ce soit, veut enfreindre vos privilèges, « qu'il vous soit permis , en vertu de cette « promesse , à vous et à vos descendants , de « vous défendre, sans pouvoir être traités de
Page 227 - Les églises s'ouvrent en pleine nuit; onr ne connaît plus le temps ni du sommeil, ni de la veille, ni du repas. Paris était hors de luimême ; toutes les maisons des hommes en place étaient assiégées d'une foule continuelle : on s'assemblait dans tous les carrefours. Le peuple s'écriait: « S'il meurt, c'est « pour avoir marché à notre secours.
Page 269 - Quel est votre avis ? — Ma nouvelle , dit le duc de Richelieu, est que la bataille est gagnée si on le veut; et mon avis est qu'on fasse avancer dans l'instant quatre canons contre le front de la colonne; pendant que cette artillerie l'ébranlera, la maison du roi et les autres troupes l'entoureront ; il faut tomber sur elle comme des fourrageurs.
Page 24 - Pouvait-on donner les sacrements à un homme qui aurait signé le formulaire en croyant dans le fond de son cœur que le pape et même l'Église peuvent se tromper sur les faits ? » Quarante doâeurs signèrent qu'on pouvait donner l'absolution à un tel homme.
Page 228 - ... par des cris. Le courrier, qui apporta le 19 à Paris la nouvelle de sa convalescence , fut embrassé et presque étouffé par le peuple: on bais"ait son cheval; on le menait en triomphe. Toutes les rues retentissaient d'un cri de joie : a Le roi est guéri...
Page 229 - au maréchal de Noailles que pendant qu'on « portait Louis XIII au tombeau , le prince de
Page 251 - Dettingue : cinq bataillons et seize escadrons hanovriens étaient joints aux Anglais. Le prince de Valdeck , à peu près de l'âge du duc de Cumberland, impatient de se signaler, était à la tête de quarante escadrons hollandais et de vingt-six bataillons. Les Autrichiens n'avaient dans cette armée que huit escadrons.

Bibliographic information