Histoire philosophique et politique des établissements et du commerce des Européens dans les deux Indes, Volume 8

Front Cover
Berry, 1795
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 132 - ... la terre ; ne diminue point le respect dû au souverain et aux magistrats ; et ne prêche ni des maximes d'une austérité qui attriste , ni des conseils qui mènent à la folie. Cette autorité , et cette autorité seule , peut donc proscrire le culte établi , en adopter un nouveau ; ou même se passer de culte , si cela lui convient.
Page 131 - C'est donc à cette autorité et à cette autorité seule qu'il appartient d'examiner les dogmes et la discipline d'une religion ; les dogmes, pour s'assurer si, contraires au sens commun, ils n'exposeraient point la tranquillité à des troubles d'autant plus dangereux que les idées d'un bonheur à venir s'y compliqueront avec le zèle pour la gloire de Dieu et la soumission à des vérités qu'on regardera comme révélées; la discipline, pour voir si elle ne choque pas les mœurs régnantes,...
Page 441 - Puisse , sous les auspices de la philosophie , s'étendre un jour d'un bout du monde à l'autre , cette chaîne d'union et de bienfaisance qui doit rapprocher toutes les nations policées ! Puissent-elles ne plus porter aux nations sauvages l'exemple des vices et de l'oppression ! Je ne me flatte pas qu'à l'époque de cette heureuse révolution , mon nom vive encore. Ce foible ouvrage qui n'aura que le mérite d'en avoir produit de meilleurs , sera sans doute oublié.
Page 166 - Aussi s'aperçoit-on d'une conspiration secrète entre toutes les monarchies pour détruire et saper insensiblement les états libres. Mais la liberté naîtra du sein de l'oppression. Elle est dans tous les cœurs ; elle passera par les écrits publics dans les âmes éclairées ; et par la tyrannie dans l'âme du peuple. Tous les hommes sentiront enfin, et le jour du réveil n'est pas loin, ils sentiront que la liberté est le premier don du ciel comme le premier germe de la vertu...
Page 39 - Il me semble que l'on a confondu les idées de père avec celles de roi. Peuples, ne permettez pas à vos prétendus maîtres de faire même le bien contre votre volonté générale...
Page 134 - S'il existait, dans un recoin d'une contrée, soixante mille citoyens enchaînés par ces vœux, qu'aurait à faire de mieux le souverain que de s'y transporter avec un nombre suffisant de satellites armés de fouets, et de leur dire : Sortez, canaille fainéante, sortez. Aux champs, à l'agriculture, aux ateliers, à. la milice...
Page 280 - Tinduftrie à la propriété, la culture des productions à l'art de les employer , il a dans lui-même toutes les facultés de fon exiftence & de fa confervation , tous les germes de fa grandeur & de fa profpérité. C'eft à ce peuple qu'il eft donné de pouvoir tout ce qu'il veut, & de vouloir tout ce qu'il peut. Rien n'eft plus favorable à la liberté , que les arts. Elle eft leur élément...
Page 132 - ... d'autant plus dangereux que les idées d'un bonheur à venir s'y compliqueront avec le zèle pour la gloire de Dieu et la soumission à des vérités qu'on regardera comme révélées ; la discipline, pour voir si elle ne choque pas les mœurs régnantes, n'éteint pas l'esprit patriotique, n'affaiblit pas le courage, ne dégoûte point de l'industrie, du mariage et des affaires publiques, ne nuit pas à la population et à la sociabilité, n'inspire pas le fanatisme et l'intolérance...
Page 49 - Le maître , fier de ses triomphes , se croit tout permis , ne connoît plus de loi que sa volonté; et ses soldats, qu'il a conduits tant de fois à la victoire , prêts à le servir envers et contre tous , deviennent, par leur attachement, la terreur de leurs concitoyens. Les peuples, de leur côté, n'osent refuser leurs bras à des chaînes qui leur sont présentées par celui qui joint à l'autorité de son rang, celle qu'il tient de l'admiration et de la reconnoissance.
Page 135 - Point d'autres apôtres que le législateur et les magistrats. Point d'autres livres sacrés que ceux qu'ils auront reconnus pour tels. Rien de droit divin que le bien de la République.

Bibliographic information