Histoire philosophique et politique des établissemens et du commerce des Européens dans les deux Indes, Volume 10

Front Cover
chez J.-L. Pellet, imprimeur, 1781 - America
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 27 - Il me semble que l'on a confondu les idées de père avec celles de roi. Peuples, ne permettez pas à vos prétendus maîtres de faire même le bien contre votre volonté générale...
Page 92 - Point d'autres apôtres que le législateur et les magistrats. Point d'autres livres sacrés que ceux qu'ils auront reconnus pour tels. Rien de droit divin que le bien de la République.
Page 34 - ... heureux à la guerre. Le maître , fier de ses triomphes , se croit tout permis , ne connoît plus de loi que sa volonté; et ses soldats, qu'il a conduits tant de fois à la victoire , prêts à le servir envers et contre tous , deviennent, par leur attachement, la terreur de leurs concitoyens. Les peuples, de leur côté, n'osent refuser leurs bras à des chaînes qui leur sont présentées par celui qui joint à l'autorité de son rang, celle qu'il tient de l'admiration et de la reconnoissance.
Page 219 - C'eft la taxe fur la terre. Un impôt .eft une dépenfe qui fe renouvelle tous les ans pour celui qui en eft chargé. Un impôt ne peut...
Page 278 - ... convenir; mais cette morale universelle ne peut être l'effet d'une cause locale et particulière. Elle a été la même dans tous les temps passés, elle sera la même dans tous les siècles à venir ; elle ne peut donc avoir pour base les opinions religieuses, qui, depuis l'origine du monde, et d'un pôle à l'autre , ont toujours varié. Les Grecs ont eu des dieux...
Page 89 - C'est donc à cette autorité et à cette autorité seule qu'il appartient d'examiner les dogmes et la discipline d'une religion ; les dogmes, pour s'assurer si, contraires au sens commun, ils n'exposeraient point la tranquillité à des troubles d'autant plus dangereux que les idées d'un bonheur à venir s'y compliqueront avec le zèle pour la gloire de Dieu...
Page 206 - Lorsque tant de propriétés seront éternelles dans la même main, comment fleurira la population, qui ne peut naître que de l'amélioration des terres par la multiplication des propriétés ? Quel intérêt a le bénéficier de faire valoir un fonds qu'il ne doit transmettre à personne , de semer ou de planter pour une postérité qui ne sera pas la sienne ? Loin de retrancher sur les revenus pour augmenter sa terre, ne risquera- t...
Page 183 - L'induftrie & le commerce qui ne s'exercent pas en premier lieu fur l'agriculture d'un pays , font au pouvoir des nations étrangères, qui peuvent, -ou les...
Page 107 - C'eft cette efpece de monarchie univerfelle que l'Europe doit ôter à l'Angleterre , en redonnant à chaque état maritime la liberté, la puiflance qu'il a droit d'avoir fur l'élément qui l'environne. C'eft un fyftême de bien public, fondé fur l'équité naturelle. Ici, la juftice eft l'expreffion de l'intérêt général.
Page 125 - La fûreté dans les campagnes , la tranquillité dans les villes , foit que les troupes y paflent ou qu'elles y féjournent, la police qui regne autour des camps & dans les places de garnifon, annoncent bien que les armes ont un frein-, mais que tout eft fournis au pouvoir des armes. Heureufement les hoftilités de nos jours ne reffemblent pas à celles des temps anciens. A ces...

Bibliographic information