Page images
PDF
EPUB

LA CULTURE

E T

LE COMMERCE

DES GRAINS

EN

FRANCE,

Avec des Obfervations fur le Commerce
qu'en fait la Ville de Marfeille.

EN TROIS PARTIES.

La premiere traite jufqu'à l'heureuse époque de
l'Edit du mois de Juillet 1764.

La feconde, depuis l'Edit de 1764 jusqu'aujour-
d'hui.

La troisieme traite du Commerce des grains que
fait la Ville de Marfeille.

TOME SECOND.

148

A AVIGNON,

Et fe trouve A MARSEILLE,

Chez JEAN Mossy, Imprimeur du Roi, & de la
Marine, & Libraire, au Parc.

M. DCC. LXXVI,

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

PRÉFACE. :

L Auteur nous avoit prévenu qu'il nous

envoyeroit des obfervations pour répondre à des demandes de quelques particuliers fur diverfes difficultés qui lui ont été propofées, tant fur la cnlture des terres, que fur le commerce des grains; mais les infirmités actuelles dont il eft affligé, l'empê chent de lire & d'écrire. Si fa fanté fe retablit, il les fatisfera.

Nous croyons faire plaifir au public de rapporter ici l'annonce du préfent livre, inférée dans les affiches de Marfeille au N°. 45. du 26 Novembre 1775

&

La Culture & le Commerce des Grains en France, avec des obfervations fur le commerce qu'en fait la ville de Marfeille., &c.

Cet ouvrage que les circonftances rendent intére fant par fa matiere, qui eft une des plus importantes, & à laquelle le Gouvernemant a toujours donné une attention particuliere, & principalement aujourd'hui, qù fous le regne d'un Monarque bienfaisant, qui n'eft occupé que du bonheur de fes Peuples, fes dignes Miniftres ne cherchent que les moyens les plus effiaces pour opérér le bien-être des citoyens, fera fans doute reçu avec applaudiffement. L'Auteur est un pa

du

triote zélé qui s'eft attaché à cette partie, qui a été dans le cas de la fuivre depuis longues années, qui a foupiré pendant longtemps pour la liberté de ce commerce, moins dans l'intérieur du Royaume; qui montre les avantages qui en résultent; qui bénit le ciel de voir que l'on touche au but, en fupprimant toutes les entraves, & qui dit fon fentiment fur les ouvrages qui ont paru dans le courant de cette année fur cette importante matiere. Il tâche d'éclairer fes concitoyens. Il n'a fûrement d'autre but que celui du plus grand bien de fa chere patrie. Retiré du monde, & vivant paifiblement & ignoré chez lui, ce n'eft ni l'intérêt particulier qui le guide, ni l'envie de Je faire une réputation; c'eft uniquement le véritrble amour de la patrie: cet amour "bien peu pratiqué aujourd'hui, où l'égoïsme s'eft emparé de prefque tous les efprits, & où même les zélés partifans du bonheur de l'Etat, font fouvent facrifiés aux manœuvres des intrigans. Nous ne doutons point que cet ouvrage ne puiffe produire des effets falutaires, & que les moyens que cet Auteur modefte propofe, ne foient capables d'operer un grand bien, fi on les mettoit par bonheur en pratique. C'est du moins notre fentiment.

[ocr errors]

ས 1、g ཤཎ ནི སྐྱེ མས

XX

[graphic][ocr errors][merged small]

ET

LE COMMERCE

DES GRAINS

EN FRANCE,

Avec des Obfervations fur le Commerce qu'en fait la Ville de Marfeille.

G

SECONDÉ PARTIE.

NOTRE Agriculture dépériffoit

>

chaque par la peur que nous avions qu'elle ne fournît pas les grains néceffaires pour notre fubfiftance; & bien loin de travailler à la ranimer, par les encouragemens dont elle avoit tant de befoin, nous achevions de la ruiner par les entraves que nos craintes nous faifoient imaginer. Un petit nombre de fages crioit en vain ; l'a A iij

Tome 11.

« PreviousContinue »