Lafayette et la révolution de 1830: histoire des choses et des hommes de juillet, Volume 1

Front Cover
T. Desplaces, 1832 - France - 4 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 307 - Toutes les nominations et créations nouvelles de pairs, faites sous le règne du roi Charles X, sont déclarées nulles et non avenues.
Page 92 - Lorsque, pour la première fois depuis bien des » années, j'élève une voix que les vieux amis de la » liberté reconnaîtront encore, je me sens appelé , » messieurs , à vous parler des dangers de la patrie » que vous seuls à présent avez le pouvoir de
Page 43 - Pour qu'une nation soit libre , il suffit qu'elle veuille l'être , « je viens aujourd'hui , plein de confiance dans la justice de notre cause, de mépris pour les lâches qui la désertent, et d'indignation...
Page 93 - La Chambre des représentants déclare que l'indépendance de la nation est menacée. « 2. La Chambre se déclare en permanence. Toute tentative pour la dissoudre est un crime de haute trahison; quiconque se rendrait coupable de cette tentative sera traître à la patrie et sur-le-champ jugé comme tel.
Page 14 - Tout homme naît avec des droits inaliénables et imprescriptibles; tels sont la liberté de toutes ses opinions, le soin de son honneur et de sa vie ; le droit de propriété, la disposition entière de sa personne, de son industrie, de toutes ses facultés; la communication de ses pensées par tous les moyens possibles, la recherche du bien-être, et la résistance à l'oppression.
Page 86 - Il est impossible que vous, Général, le premier dans cet ordre d'hommes qui, pour se comparer et se placer, embrassent tous les siècles, vouliez qu'une telle révolution, tant de victoires et de sang, de douleurs et de prodiges, n'aient pour le monde et pour vous, d'autre résultat qu'un régime arbitraire. Le peuple français a trop connu ses droits pour les avoir oubliés sans retour, mais peutêtre est-il plus en état aujourd'hui que dans son effervescence de les recouvrer utilement ; et vous,...
Page 15 - ... claires, précises, uniformes pour tous les citoyens. • » Les subsides doivent être librement consentis et proportionnellement répartis. » Et comme l'introduction des abus, et le droit des générations qui se succèdent, nécessitent la révision de tout établissement humain, il doit être possible à la nation d'avoir, dans certains cas, une convocation extraordinaire de députés, dont le seul objet soit d'examiner et corriger, s'il est nécessaire, les vices de la constitution.
Page 35 - ... jamais servir de prétexte à des violences ; si l'intolérance des opinions religieuses, se couvrant du manteau de je ne sais quel patriotisme, osait admettre l'idée d'un culte dominant ou d'un culte proscrit ; si le domicile de chaque citoyen ne devenait pas pour lui un asile plus inviolable que la plus inexpugnable forteresse ; si enfin tous les Français ne se croyaient pas solidaires pour le maintien de leur liberté civile comme de leur liberté politique, et pour la...
Page 101 - Elle déclare qu'elle se repose avec la plus haute confiance sur les principes de morale, d'honneur, sur la magnanimité des puissances alliées, et sur leur respect pour l'indépendance de la nation, si positivement exprimés dans leurs manifestes.
Page 93 - ... depuis vingt-six ans, offrent une sûre garantie à la liberté, aux propriétés, à la tranquillité de la capitale et à l'inviolabilité des représentants de la nation.

Bibliographic information