Le mérite des femmes, poëme

Front Cover
De l'imprimerie de P. Didot l'aine, 1800 - Women in literature - 92 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 17 - L'insecte dont le vol ou le bruit le menace ; Elle semble défendre au réveil d 'approcher. La nuit même d'un fils ne peut la détacher : Son oreille de l'ombre écoute le silence ; Ou si Morphée endort sa tendre vigilance, Au moindre bruit rouvrant ses yeux appesantis, Elle vole, inquiète, au berceau de son fils, Dans le sommeil longtemps le contemple immobile, Et rentre dans sa couche à peine encor tranquille. S'éveille-t-il ; son sein, à l'instant présenté, Dans les flots d'un lait pur...
Page 53 - S'élancent dans les prés ou traversent les ondes : Tout ce qui vit enfin suit ton aimable voix. Dans les mers, dans les champs, sur les monts, dans les bois, Pénétrant tous les cœurs, ta volupté féconde Par l'attrait des plaisirs renouvelle le monde. Viens donc, viens m'inspirer, âme de l'univers, Principe de la vie et des êtres divers.
Page 43 - II est près de ce lieu, lui répond-il soudain; On le voit dans la plaine épancher son feuillage Sur les bords d'une source, au milieu d'un bocage, Où l'oranger, le baume et le tilleul en fleur, Disputent de parfum, d'ombrage, de couleur; Et de myrtes touffus une allée odorante De cet arbre divin est la route charmante; Mais, sans guide, vos yeux ne le trouveraient pas. — Tu peux seul m'en servir : eh bien, conduis mes pas,
Page 41 - Que le parfum du lait et le souffle des fleurs; Et cette douce odeur, ces formes séduisantes, Irritent de ma faim les ardeurs plus pressantes. Je n'y résiste plus : de mon corps tortueux, J'embrasse au même instant l'arbre majestueux. Franchissant ses rameaux qui jusqu'aux cieux s'élancent, Je monte vers la branche où ses fruits se balancent.
Page 38 - Sont ces fleurs ornements du désert de la vie. Reviens de ton erreur, toi qui veux les flétrir : Sache les respecter autant que les chérir ; Et, si la voix du sang n'est point une chimère, Tombe aux pieds de ce sexe à qui tu dois ta mère.
Page 97 - Français de ce lieu trop peu sûr; mais, comme il s'échappait, un d'eux se réveilla, et le saisit par la main. A ce mouvement elle s'élança entre eux, en disant : Lâchez-moi donc! c'est moi qui viens.... Elle n'eut pas besoin d'achever : le soldat, trompé par la voix d'une femme, abandonna son captif. Elle mena ce dernier jusqu'à sa chambre ; là elle prit les clefs de l'église, et, une lampe à la main, elle la lui ouvrit. Ils arrivèrent à une chapelle que les ravages de la guerre avaient...
Page 129 - Là se sont retranchés vos débris immortels; Là se sont relevés vos tombeaux, vos autels; Et contre les pervers soulevant tous les âges, Vous immortalisez jusqu'à leurs vils outrages. Mais de quel crime encor mon œil est révolté! Par des bras soudoyés un cadavre porté, Sans cortège, sans deuil, s'avance solitaire; C'est ainsi parmi nous qu'on rend l'homme à la terre ! Autrefois l'amitié, la nature, et l'amour, Accompagnant sa cendre à ce dernier séjour, Lui portaient en tribut leur...
Page 33 - Son époux étoit mort; et, près d'elle érigée, Chaque jour une tombe a reçu sa douleur. Bassane cependant cède au fer du vainqueur. Parmi les flots de sang que verse sa vengeance, Jusqu'au palais de Blanche Acciolin s'avance ; II la voit , il l'adore , il tombe à ses genoux ; Et vainqueur, il réclame un triomphe plus doux. Elle veut résister : il frémit, il menace; Au respect de l'amour a succédé l'audace. Blanche, près de subir l'horreur de ses transports : « N'insulte pas, dit-elle,...
Page 103 - Un cri de grâce se fait entendre ; cent voix le répètent ; les Marseillais ouvrent le passage à mademoiselle Cazotte, qui emmène son père, et vient le déposer dans le sein de sa famille. Cependant sa joie ne fut pas de longue durée. Le 12 septembre, elle le voit jeter une seconde fois dans les fers.
Page 19 - Dans leur débile effort, aide ses premiers pas ; Elle suit la lenteur de sa marche timide; Elle fut sa nourrice, elle devient son guide ; Elle devient son maître au moment où sa voix Bégaie à peine un nom qu'il entendit cent fois : « Ma mère » est le premier qu'elle l'enseigne à dire.

Bibliographic information