Page images
PDF
EPUB

ENCYCLOPEDIE

METHODIQUE,

OU

PAR ORDRE DE MATIÈRES; PAR UNE SOCIÉTÉ DE GENS DE LETTRES,

DE SA VANS ET D'ARTISTES;

Précédée d'un Vocabulaire universel ; servant de Table pour tout

l'Ouvrage, ornée des Portraits de MM. DIDEROT & D'ALEMBERT, premiers Éditeurs de l'Encyclopédie.

[ocr errors][merged small]

ENCYCLOPEDIE

MÉTHODIQUE.

[ocr errors]

PARSONS

JURISPRUDENCE.

T O M E DI XI È ME,

C Ο Ν Τ Ε Ν Α Ν Τ

LA POLICE ET LES MUNICIPALITÉS.

A PARIS,
Chez PANCKOUCKE, Libraire , hôtel de Thou, rue des Poitevins.

[ocr errors]

M. DCCXCI,

[ocr errors]

D

[ocr errors]

DANSE, 1. F. Mouvement mesuré du corps I server dans les bals qu'ils donnent : pour le reste, accompagné de différentes postures , qui se font or- voyez le Dictionnaire de danse , qui contient tout dinaireinent au son de quelqu'instrument musical. ce qui a rapport à l'art même & aux détails qui le La danse a de tout temps été regardée comme an

composent. amusement utile à la santé & à la beauté corporelle. On sait le cas fingulier qu'en faisoient, sous ce point

DAUPHINÊ, f. m. Province de France, de vue, les anciens.

gouvernée par des états particuliers. Elle a encore d'autres avantages , dont nous

C'est le Dauphiné qui dans ces derniers temps a

commencé la révolution, par son courage & par avons parlé quelque part; c'est qu'instituée comme amusement public, elle entretient dans la société

l'exemple d'une constitution libre. Nous devons la joie, la gaieté, donne lieu à la fréquentation des donc fingulièrement nous attacher à faire connoître sexes, ce qui ne peut manquer d'adoucir les mæurs

les principes de cette constitution ; c'est ce que nous & de multiplier les jouisances parmi les hommes.

allons tenter, après avoir résumé quelques-unes des

causes qui ont porté la province aux démarches viC'est en conséquence de certe remarque que nous goureuses & sages que nous lui avons vu faire, avons fait le væu de voir établir dans chaque vil- & qui l'ont conduite à la liberté (1). dage des danses réglées & publiques, les fêtes & dimanches; c'est par la même raison nous avons

Depuis plus de cent cinquante ans les états de

que cru que les officiers de police devoient prêter secours Dauphiné avoient cessé d'être convoqués. Le vice & protection à toutes celles du même genre qui ont

de leur constitution, la disproportion entre le tiers lieu dans les villes,

& les deux autres ordres , la taille qui peloit exclusi

vement sur la personne du roturier ; la prétention Il seroit juste même qu'on prît sur les deniers de la noblesle & du clergé d'être affranchis de toute communs une légère somme pour avoir , à certains espèce d'impôts, avoient fait naître fréquemment jours fixés, des petits bals publics où la jeunesse & de violens débats, qui avoient succeflivement contout le monde pût aller se divertir , sans avoir à duit le tiers à delirer un meilleur ordre de choses, pressurer la bourse pour en tirer quelques sommes & la province avoit été changée en pays d'élection. modiques à la vérité, mais enfin qui privent les il est d'autant moins pénible de parler de ces anpetits particuliers d'autres plaisirs qu'ils auroient su ciens abus , que les deux ordres qui réclamoient Le procurer avec.

alors ces privilèges cxorbitans , en ont fait aujourCette morale n'est sans doute pas du goût de d'hui le facrifice avec empressement qui n'a coûté bien des gens ; l'habitude de ne prêcher au peuple

aucan effort à leur patriotisme, à leurs lumières. que servitude & privation est tellement ancienne , D'un autre côté la nation elle-même avoit perdu , qu'on ne conçoit pas comment un homme en son depuis 1614, l'usage de s'assembler aux écats-génébon sens peut conseiller de consacrer des fonds aux raux; les ministres la redoutoient, & la nation déplaisirs du public. Mais cet étonnement vient de l'i- goûtée de l'inutilité de ses réclamations & du peu de gnorance du besoin , des paflions & des droits de fruit qu'elle en avoit retiré, fatiguée des discussions l'homme, qui ne doit pas travailler seulement pour qu'avoicnt produites le choc des intérêts particuvivre, mais pour vivre avec plaisir.

liers, avoit laislé échapper de les mains un droit L'argument que l'on oppose à l'établissement de devenu fi souvent infructueux. Le despotisme des danses publiques & communes eft précisément celui | religieux, en humiliant la noblesse, avoit acheté par qui devroit les faire admettre, je veux dire la fré

cette politique le silence du tiers-état, qui voyoit en quentation des deux sexes, usage infiniment utile lui le vengeur d'une longue oppression. Les troubles au bonheur social, comme nous l'avons prouvé de la Fronde, qui n'avoient été que la querelle des dans notre discours préliminaire.

grands; le règne long & absolu de Louis XIV, qui

melé de succès & de revers, continuellement agité L'on peut voir le mot Bal, ou nous avons con- par

des

guerres, n'avoit jainais laillé à la nation ni ligné quelques idées analogues à cet article ; on y affez de calme, ni assez de temps pour réfléchir sur trouve aussi quelques réglemens de police relatifs aux ses droits ; l'enthousiasme aveugle qu'il avoit su inaîtres de danse', & à ce qu'ils sont obligés d'ob- | inspirer , & qui n'a pu s'affoiblir qu'après un demi

[ocr errors]
[ocr errors]

(1) Nous nous servirons en partie , pour composer cet article, d'un bon écris publié en 1788 , & intitulé : Observawions sur les états de Dauphiné. Jurifprudence, Tome X. Police & Municipalité,

A

[ocr errors]
« PreviousContinue »