Page images
PDF
EPUB

que ces points pourroient être accordez, & que par là la poffeffion de Tournay pourroit étre assurée a l'Estat, & unc Paix faite , qui fera seure, & durable.

Qu'il avoit encore a proposer a LL.H.HY P.P. au nom de Sa Majesté combien elle souhaitroit non seulement de retablir, mais aussi d'entretenir une parfaite union entre Sa Majesté & l'Estat, & que Sa Majesté esperoit, & croyoit fermement que LL. . H.H.P.P. seroient en celà du même sentiment avec Sa Majesté qu'ainG il estoit besoin d'abolir fans perte de temps tout ce qui peut paroître écre gagné par l'Etat, , soir au prejudice immediat, ou au danger pour l'avenir pour les interests, & Royau. me de Sa Majestés qu'il avoit ordre d'io. former LL, H.H.P.P. à cette occafion, qu'il avoit apporté un Project d'un noue veau Traité pour la Guarantie de la Succeffion, & de la Barriere, & qu'il devoit inlister , que ce Traité fût conclû avant la Conclusion de la Paix ; qu'il montreroit ensuite aux Deputez de LL.H. H. P.P. dans l'Examen de chaque Article en partie culier dudit Project , qu'on avoit laissé dans ce plan plusieurs choses (fitant étoit grande la Disposition de Sa Majesté de faire

[ocr errors]
[ocr errors]

$

plaiGr à l'Estat, & de vivre avec luy dans
l'Union la plus étroite) qui estoient re-
gardées en Angleterre comme desavan-
tageuses aux sujets de Sa Majesté, & qu'on
ne pourroit certainement point soutenir ny
au pied de la lettre, ny selon le but de
la grande Alliance, & qui n'étoient point
conformes a aucun principe, sur lequel la
Confederation presente avoit esté formée,
& sur lequel on avoit commencé la pre-
sente Guerre; qu'il montreroit de plus que
les changemens, additions, & omiffions
ne sont autres que ceux qui sont nécessai-
res pour rectifier les meprises, pour ex-
pliquer ce qui a csté laissé douteux pour être
reglé dans un autre convention, laquelle
convention n'avoit jamais été faite, & en-
fin pour ôter quelques empechemens por.
tez parlà au Commerce de la Grande Bre-
tagne,

&
pour

remedier encore a des plus grands maux, qu'on n'avoit que trop de raison d'apprehender; outre que la Guarantie reciproque de la Succession , & de la Barriere estant ainG expliquée, & corrigée sera non seulement une seureté additionelle aux deux Nations, & sera Gince rement executée dans gaelque temps, que se soit & que le cas pourroit venir a exister, mais unira aussi plus que jamais les deux Nations par des liens d'amitié, & d'affeci tion; au lieu que de l'autre côté l'Estat ne pourroit attendre qu'une execution lente d'un Traité, qui selon le sentiment de la Nation étoit declaré deshonorable, & prejudiciable pour elle; que de vouloir tenir ladite Nation dans une Obligation de la Nature que celle cy, n'auroit d'autre effect que de fomenter la jalousie, & la mesintelligence, qui possiblement dans un temps, ou autre viendroient a eclater en une ruptu. re ouverte ; que les Conditions du nouveau Project conviendroient entre autres dans le 4 Article du Traité de Barriere que Sa Majesté étoit d'accord , que l'Estat pourroit mettre tenir

, augmenter , & diminuer comme il le trouveroit a propos fes Garnisons dans les Places suivantes sçavoir Furnes, le Fort de Knock , Ipres, Menin, la Ville, & le Fort de Tournay, Mons, Charleroy, la Ville, & le Chateau de Dam, le Fort de Gand, la Perle, Philippe, & Damme; que le Fort St. Due nas attâché aux Fortifications de l'Ecluse passeroit en proprieté a l'Estat , & que le Fort Rodehausen endeçà de Gand sera rasé.

[ocr errors]
[ocr errors]

Qu'il est dit dans le 9 Article que tous les revenus des Places cedées par la France, & qui n'ont pas appartenu a la Couronne d'Espagne du temps de la mort de Charles II. Roy d'Espagne resteront a l'Estat pour le maintien de la Barriere excepté ce, qui est necessaire au Gouvernement civil des ditres Places, Villes, & Chatel. lenies; comme aussi un million de florins annuellement des revenus les plus clairs du refte des Pais-bas; que pour ce qui regardoit Bonn, Huy, & Liege, cela se devoit regler avec le Ministre de l'Empereur & de l'Empire, mais que le sentiment de la Reyne estoit que la premiere eut Garnison Imperiale, & les autres celle de l'Estat.

Que la Reyne enfin non obstant tous les retardemens & les remises apportées par l'Estat avoit neantmoins suspendu les Negociations; que S. Majesté croioit les avoir retardées assez long temps , & peut être trop long temps selon la bonne Politique; qu'ainsi les offres, que S. Majesté venoit de faire par luy Sr. Comte Strafford en qualité de son Ambassadeur, & Plenipotentiaire étoient son ultimation, & que c'étoit la derniere fois, qu'elle s'adressoit a LL.HH.PP. en cas qu'elles formassent

des

[ocr errors]

des nouvelles remises, & qu'elles ne rependissent point a la bonne intention de Sa Majesté pour les propres interests de l'Estat.

Que S. Majesté avoit cependant chargé luy Sr. Comte Strafford de montrer la pare faite confiance que S. Majesté vouloit

avoir en LL.HH.PP. ; que Sa Majesté se trouvoit obligée non seulement selon la bonne politique, mais aussi en conGderation des grands services, que le Duc de Savoye a rendu a la cause commune, & du peril qu'il a essuie par sa constance, a cet egard d'avoir soin non seulement de fa scureté, mais aussi de luy faire avoir

pour dedommagement la Sicile, & les Paisco decà des Alpes necessaires pour mettre a couvert Exiles, & Fenes trelles, .& pour couvrir le Piemont.

Que sa Succellion apres le Roy Philippe êtoit reconnue par les Renonciations; que Sa Majesté requeroit la concurrence de l’Eftat a tout ce qui est promis a S. A.R., & que Sa Majesté demandoit en même temps que l'Estat sc joignit a ello pour obliger l'Empereur a une neutralité pour l'Italie; & que Sa Majesté étoit refolue d'en faire une condition par rapprut

[ocr errors]

au

« PreviousContinue »