Revue de l'Anjou

Front Cover
Cosnier et Lachèse, 1859 - Anjou (France)
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 68 - J'ai le même destin. Je m'y devais attendre. Accoutumons-nous à l'oubli. Oubliés comme moi dans cet affreux repaire, Mille autres moutons, comme moi, Pendus aux crocs sanglants du charnier populaire , Seront servis au peuple-roi.
Page 107 - Les sublimes horreurs d'un incroyable siége, Tant d'épreuves, d'assauts, de labeurs, de combats, Font battre tous les cœurs, — et réveillent là-bas Nos pères couchés sous la neige. Leurs vieilles légions accourent sur ces bords.... Car Dieu juste permet aux héros d'un autre âge, Pour saluer, enfants! votre mâle courage, De se lever d'entre les morts ! Reconnaissent la France aux choses que vous faites! Si vous n'étiez leurs fils, ils en seraient jaloux...
Page 281 - Monsieur, lui dis-je, nous approuvions, vous et moi, toutes les sottises qui viennent d'être critiquées si finement, et avec tant de bon sens ; mais croyez-moi, pour me servir de ce que saint Rémi dit à Clovis, il nous faudra brûler ce que nous avons adoré et adorer ce que nous avons brûlé.
Page 73 - J'apparus un jour, et je meurs. Je meurs, et sur ma tombe où lentement j'arrive, Nul ne viendra verser des pleurs. Salut, champs que j'aimais, et vous, douce verdure, Et vous, riant exil des bois ! Ciel, pavillon de l'homme, admirable nature, Salut pour la dernière fois ! Ah! puissent voir longtemps votre beauté sacrée Tant d'amis sourds à mes adieux I Qu'ils meurent pleins de jours, que leur mort soit pleurée, Qu'un ami leur ferme les yeux.
Page 230 - ... et dans les Gaules, quoique la plupart fussent encore assez belles pour ne point exiger de réparations. Mais les peuples chrétiens semblaient rivaliser entre eux de magnificence pour élever des églises plus élégantes les unes que les autres. On eût dit que le monde entier, d'un même accord, avait secoué les haillons de son antiquité, pour revêtir la robe blanche des églises.
Page 318 - ... persévérance au jugement du public, au risque de le fatiguer quelquefois, comme *je vais le faire aujourd'hui, par une nomenclature monotone et souvent triviale, il est probable que le domaine de ce vandalisme se rétrécirait de jour en jour, et dans la même mesure où l'on verrait s'accroître cette réprobation morale qui, chez toute nation civilisée, doit stigmatiser le mépris du passé et la destruction de l'histoire.
Page 122 - Il emporte ardemment l'étonnant passager, 11 l'emporte vers cette France Où, triste, il a laissé, dans les temps de souffrance, Son trône et son cher fils aux mains de l'étranger, Et puis sa vieille garde...
Page 47 - ... arrêts dussent avoir tant de force, que de faire prévaloir les volontés d'un homme sur celles des Immortels, sur ces lois qui ne sont point écrites, et qui ne sauraient être effacées.
Page 72 - Ce commerce honteux de semblants d'amitié. Je veux que l'on soit homme, et qu'en toute rencontre Le fond de notre cœur dans nos discours se montre ; Que ce soit lui qui parle, et que nos sentiments Ne se masquent jamais sous de vains compliments.
Page 84 - ... comptent pour peu le ton, les gestes et le vain son des mots, il faut des choses, des pensées, des raisons; il faut savoir les présenter, les nuancer, les ordonner: il ne suffit pas de frapper l'oreille et d'occuper les yeux; il faut agir sur l'âme, et toucher le cœur en parlant à l'esprit.

Bibliographic information