Histoire des luttes et rivalités politiques entre les puissances maritimes et la France durant la seconde moitié du XVIIe siècle, Volume 8

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 104 - Enfin je soutiens de tous côtés les frais de la guerre; les dépenses en sont immenses, par l'éloignement des lieux où il faut porter mes armes; et bien loin d'être aidé par l'Espagne à défendre ses propres États, je trouve des contradictions de sa part dans tout ce que je veux faire de plus avantageux pour elle. Si le zèle de mes sujets n'a point de bornes, ils en trouveront enfin aux moyens de m'assister.
Page 104 - L'ARGENT manque absolument (en Espagne) pour les dépenses les plus nécessaires; on ne peut en trouver pour soutenir la guerre en Italie ,• pour satisfaire aux traités, et pour maintenir les alliances. Il semble, par la conduite des Espagnols , qu'il s'agisse de maintenir des Etats dont la conservation soit entièrement indifférente à leur monarchie. On voit même qu'ils ont peine à souffrir que je mette quelque règle à ceux des Pays-Bas. Enfin je soutiens...
Page 326 - États-Généraux conquérir à force d'armes selon ce qu'ils auront concerté entre eux, pour l'utilité et la commodité de la navigation et du commerce de leurs sujets, les pays et les villes que les Espagnols ont dans les Indes et tout ce qu'ils pourront y prendre sera pour eux et leur demeurera.
Page 131 - II et de cette reconnoissance , pendant qu'il étoit à table avec quelques princes d'Allemagne et quelques autres seigneurs; il ne proféra pas une seule parole outre la nouvelle, mais il rougit, enfonça son chapeau et ne put contenir son visage. Il envoya ordre à Londres d'en chasser Poussin surle-champ , et de lui faire repasser la mer aussitôt après. Il faisoit les affaires du roi en absence d'ambassadeur et d'envoyé, et il arriva incontinent après à Calais.
Page 326 - Allemagne. ART. VII. Spécialement que la France ne pourra jamais se rendre maîtresse des Indes espagnoles, ni envoyer des vaisseaux pour y exercer le commerce , directement ou indirectement, sous quelque prétexte que ce soit. Observations sur ledit article.
Page 105 - Allemands d'Italie $ que dés« ormais on ne peut y prévoir qu'une guerre très<• longue, impossible à soutenir par mes seules forces, « étant obligé d'en avoir encore de considérables sur « le Rhin et dans les Pays-Bas ; que ce seroit ruiner « la France, sans sauver l'Espagne; qu'il faut par « conséquent songer nécessairement aux moyens de « faire promptement la paix ; que je vois avec un « sensible déplaisir qu'elle doit être achetée par la « cession de quelques Etats dépendant...
Page 324 - L'article 3 du traité indique le double but poursuivi par les alliés : « donner à Sa Majesté Impériale satisfaction juste et raisonnable, touchant ses prétentions à la succession d'Espagne »; donner...
Page 321 - ... emparé, à main armée, des provinces des Pays-Bas espagnols et du duché de Milan; qu'il tient dans le port de Cadix une flotte toute prête à faire voile , et qu'il a envoyé plusieurs vaisseaux de guerre aux Indes, qui sont soumises à l'Espagne; et que, par ce moyen et plusieurs autres, les royaumes de France et d'Espagne sont si étroitement unis qu'il semble qu'ils ne doivent plus être regardés à l'avenir que comme un seul et même royaume , tellement que , si l'on n'y prend garde,...
Page 104 - Etats; que je souhaiterois de pouvoir les continuer, que je le ferois avec le même empressement, que j'avois lieu d'espérer que les secours de l'Espagne me mettroient en état de le faire ; mais qu'il sait bien qu'elle ne m'en donne aucun, et qu'il...

Bibliographic information