Espagne, Volume 2

Front Cover
F. Didot, 1847
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 338 - Leur liberté individuelle est également garantie, personne ne pouvant être poursuivi ni arrêté que dans les cas prévus par la loi, et dans la forme qu'elle prescrit.
Page 359 - Nul ne peut être arrêté ou traduit en jugement, si ce n'est dans les cas prévus par la loi et dans les formes qu'elle prescrit.
Page 267 - Que Ferdinand VII. soit libre de donner à ses Peuples les Institutions qu'ils ne peuvent tenir que de lui, et qui, en assurant leur repos, dissiperaient les justes inquiétudes de la France : dès ce moment les hostilités cesseront: j'en prends devant vous, Messieurs, le solennel engagement.
Page 41 - MONARCHIE les démocraties se perdent lorsque le peuple \^> dépouille le sénat, les magistrats et les juges de leurs fonctions, les monarchies se corrompent lorsqu'on ôte peu à peu les prérogatives des corps ou les privilèges des villes. Dans le premier cas, on va au despotisme de tous; dans l'autre, au despotisme d'un seul.
Page 262 - ... comprimée, a pris un développement aussi rapide qu'effrayant. Le gouvernement, impuissant et paralysé, n'a plus eu aucun moyen ni de faire le bien ni d'empêcher ou d'arrêter le mal. Tous les pouvoirs se trouvent concentrés, cumulés et confondus dans une assemblée unique : cette assemblée n'a présenté qu'un conflit d'opinions et de vues, et un froissement d'intérêts et de passions au milieu desquels les propositions et les résolutions les plus disparates se sont constamment croisées...
Page 137 - ... la vie de sa mère ! Un attentat si affreux doit être puni avec la rigueur la plus exemplaire des lois. La loi qui l'appelait à la succession doit être révoquée: un de ses frères sera plus digne de le remplacer et dans mon cœur et sur le trône. JE suis...
Page 137 - Monsieur mon frère , dans le moment où je ne m'occupais que des moyens de coopérer à* la destruction de notre ennemi commun , quand je croyais que tous les complots de la ci-devant reine de Naples avaient été ensevelis avec sa fille , je rois avec une horreur qni me fait frémir que l'esprit d'intrigue a pénétré jusque dans le sein de mon palais.
Page 77 - ... idolâtres de ces sottises, je retourne à mes habitudes barbares ; et lorsque j'ai à écrire une comédie, j'enferme toutes les règles sous de triples verroux...
Page 51 - Faites arrêter, si bon vous semble, quelques-uns des magistrats, ôtezleur l'administration des deniers publics, qui seront employés aux besoins de l'armée, et confisquez le bien de deux ou trois des plus coupables, afin de donner de la terreur à la province.
Page 267 - J'ai tout tenté pour garantir la sécurité de mes peuples, et préserver l'Espagne elle-même des derniers malheurs. L'aveuglement avec lequel ont clé repoussées les représentations faites à Madrid laisse peu d'espoir de conserver la paix. J'ai ordonné le rappel de mon ministre : cent mille français commandés par un prince de ma famille, par celui que mon cœur se...

Bibliographic information