Biographie universelle des hommes qui se sont fait un nom par génie, leurs talents, leur vertus, leurs erreurs, ou leurs crimes, Volume 3

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 155 - Dolomieu, que s'il ya quelque chose de constaté en géologie , c'est que la surface de notre globe a été victime d'une grande et subite révolution , dont la date ne peut remonter beaucoup au delà de cinq ou six mille ans...
Page 325 - Monsieur, nous avons entendu les intentions qu'on a suggérées au Roi, et vous qui ne sauriez être son organe auprès des États-Généraux, vous qui n'avez ici ni place, ni voix, ni droit de parler, vous n'êtes pas fait pour nous rappeler son discours ' ; cependant pour éviter toute équivoque et tout délai, je vous...
Page 256 - Vous voulez prononcer sur le sort de Louis; et c'est vousmêmes qui l'accusez! Vous voulez prononcer sur le sort de Louis; et vous avez déjà émis votre vœu! Vous voulez prononcer sur le sort de Louis; et vos opinions parcourent l'Europe! Louis sera donc le seul Français pour lequel il n'existera aucune loi ni aucune forme? Il n'aura ni les droits de citoyen ni les prérogatives de roi. Il ne jouira ni de son ancienne condition ni de la nouvelle. Quelle étrange et inconcevable destinée! Mais...
Page 186 - Fontenelle , où l'on ne croit guère à la probité et à la vertu , il eut toujours une réputation nette et entière. Ses discours, ses manières, tout se sentait en lui d'une politesse qui était encore moins celle d'un homme du grand monde, que d'un homme officieux et bienfaisant. On a de lui des mémoires en manuscrit , dans lesquels on trouve plusieurs anecdotes curieuses.
Page 156 - ... c'est depuis cette révolution que le petit nombre des individus épargnés par elle se sont répandus et propagés sur les terrains nouvellement mis à sec, et par conséquent que c'est depuis cette époque seulement que nos sociétés...
Page 322 - Démades, eurent le sort des choses violentes : elles furent d'abord adoucies, et ensuite négligées. Solon les abrogea toutes , à l'exception de celles qui regardaient les meurtres. La fin de Dracon fut aussi triste que comique. Ayant paru sur le théâtre , le peuple lui applaudit par des acclamations...
Page 100 - ... restes des infortunés qu'on immolait sans cesse pour fléchir de hideuses divinités; ils se regardèrent comme les vengeurs de la nature outragée par un fanatisme atroce. « Je fis renverser toutes ces idoles , dit Cortez dans une de ses Lettres à l'empereur Charles-Quint; je fis nettoyer toutes les chapelles particulières où se faisaient les sacrifices humains , et j'y plaçai des images de Notre-Dame et d'autres saintes.
Page 333 - ... des nations de l'Europe. Ce qui fait la bonté* de cet ouvrage, c'est qu'il n'ya que peu d'erreurs et beaucoup de réflexions vraies, nouvelles et profondes. Ce n'est pas un livre méthodique; mais l'auteur pense et fait penser. Il ne savait pourtant pas la musique, il n'avait jamais pu faire de vers; et n'avait pas un tableau; mais il avait beaucoup lu, vU, entendu et réfléchi.
Page 279 - ... qu'ils ont de sensible. A mesure que cet acte s'avance, les spectres corporels s'évanouissent ; les notions se retirent peu à peu de l'imagination vers l'entendement; et les idées deviennent purement intellectuelles. Alors le philosophe spéculatif ressemble à celui qui regarde du haut de ces montagnes dont les sommets se perdent dans les nues : les objets de la plaine ont disparu devant lui ; il ne lui reste plus que le spectacle de ses pensées , et que la conscience de la hauteur à laquelle...
Page 93 - Lorsque nous fûmes rentrés, je lui ai offert ma bourse; mais il n'a point voulu la recevoir ni la partager. J'ai pleuré qu'un si grand génie lût réduit à cet excès de misère.

Bibliographic information