Histoire philosophique et politique des etablissemens et du commerce des européens dans les deux Indes, Volume 8

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 4 - Efpagnols l'avoient parcourue en 1512, mais fans s'y établir. On ne fait lequel admirer le plus , ou du motif qui les engagea dans cette découverte ou de celui qui la leur fit abandonner. Tous les Indiens des Antilles croyoient , fur la foi d'une ancienne tradition , que la nature cachoit dans...
Page 270 - C'étoit fans doute quelque chofe aux yeux des nouveaux Anglois, de ravager cette colonie & de retarder fes progrès : mais ce n'étoit pas aflez pour diffiper les défiances qu'infpiroit une nation toujours plus redoutable par ce qu'elle peut , que par ce qu'elle fait. Obligés , à regret , de rendre leur conquête à chaque pacification , ils attendoient impatiemment que la fupériorité de la Grande-Bretagne fût montée au point de les difpenfer de cette reftitution. Les événemens de la guerre...
Page 13 - ... vie , étoient inconnus à ce peuple content de la nature & de fa deftinée. Leur ftature étoit taillée en général dans les plus belles proportions : mais plus propres à fupporter les fatigues de la courfe , que les peines du travail » ils avoient moins de vigueur que d'agilité. Avec des traits réguliers, ils avoient cet air féroce que leur donnoient fans doute l'habitude de la chafle & le péril de la guerre. Leur peau étoit d'un rouge obfcur & fale. Cette couleur défagréable leur...
Page 286 - Ce fut un blafphême, devant des théoloterre. giens qui avoient mieux aimé quitter leur patrie , que de montrer quelque déférence pour l'épifcopat. Par cette pente du cœur humain qui marche de l'indépendance à la domination , ils avoient changé de maxime en changeant de climat, & fembloient ne s'être arrogé la liberté de penfer 5 que pour l'interdire aux autres. Ce fyftême d'intolérance fut appuyé du glaive de la loi, qui voulut trancher fur les opinions, en frappant les diffidens...
Page 62 - L'un , qu'on appelle rat de bois , a deux fois la groffeur de nos rats. Son poil eft communément d'un. gris argenté, quelquefois d'un très-beau blanc. Sa femelle a fous le ventre une bourfe qu'elle ouvre & ferme à fon gré. Quand elle eft pourfuivie , elle y met fes petits , & fe fauve avec eux. L'autre rat, qu'on appelle mufqué , parce que fes tefticules renferment du m'ufc , a toutes les inclinations du caftor, dont il paroît même être"ùn diminutif, & fa peau fert aux mêmes ufages.
Page 50 - Cette langueur n'avoit d'autre caufe que le fyftême d'une compagnie exclulîve, qui fe propofoit moins de créer une puiflance nationale au Canada, que de s'y enrichir par le commerce des pelleteries. Pour guérir le mal , il n'eût fallu que fubftituer à ce monopole la liberté.
Page 164 - C'étoit la faifon la plus reculée, où les vaifleaux duflent partir du Canada. Alors on convertiflbit tous ces papiers en lettres de change , qui devoient être acquittées en France par le gouvernement, qui étoit cenfé en avoir employé la valeur. Mais la quantité s'en étoit tellement accrue, qu'en 1754 le tréfor du prince n'y pouvoit plus fuffire , & qu'il fallut en éloigner le paiement. Une guerre malheureufe, qui furvint deux ans après, en. groffit encore le nombre, au point qu'elles...
Page 169 - C'étoit la préparation du caftor. Cette marchandife tomba d'abord fous le joug & dans les entraves du monopole. La compagnie des Indes fit, & ne pouvoit que faire, un ufage pernicieux de fon privilege.
Page 271 - On ne réufîît même à les y retenir, qu'en leur promettant de ne les jamais forcer à prendre les armes contre leur ancienne patrie. Tel étoit l'amour que l'honneur & la gloire de la France infpiroient alors à tous fes enfans. Chéris de leur gouvernement, honorés...
Page 269 - L'un & l'autre avoient été jufqu'alors étouffés dans les colonies, par les entraves qu'on met à tout, en voulant fe mêler de tout. Elles furent heureufement rompues : mais l'Acadie ne put ou ne fut pas faire ufage de cette liberté. La colonie étoit encore au berceau , lorfqu'elle vit' naître , à fon voifinage , un établiflement qui devint depuis fi floriffant, fous le nom de NouvelleAngleterre.

Bibliographic information