La philosophie sociale du XVIIIe siècle et la révolution

Front Cover
port., 1898 - France - 412 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 146 - Les secours publics sont une dette sacrée. La société doit la subsistance aux citoyens malheureux, soit en leur procurant du travail, soit en assurant les moyens d'exister à ceux qui sont hors d'état de travailler.
Page 67 - Telle fut ou dut être l'origine de la société et des lois qui donnèrent de nouvelles entraves au faible et de nouvelles forces au riche, détruisirent sans retour la liberté naturelle, .fixèrent pour jamais la loi de la propriété et de l'inégalité, d'une adroite usurpation firent un droit irrévocable, et pour le profit de quelques ambitieux assujettirent désormais tout le genre humain au travail, à la servitude et à la misère.
Page 356 - L'ouverture de ces assemblées, qui n'ont pour objet que le maintien du traité social, doit toujours se faire par deux propositions qu'on ne puisse jamais supprimer, et qui passent séparément par les suffrages. La première : S'il plaît au souverain de conserver la présente forme de gouvernement. La seconde : S'il plaît au peuple d'en laisser l'administration à ceux qui en sont actuellement chargés.
Page 123 - Je ne connais que trois manières d'exister dans la société : il faut y être mendiant, voleur, ou salarié. Le propriétaire n'est lui-même que le premier des salariés.
Page 139 - Rousseau, Montesquieu, et tous les hommes qui ont écrit sur les gouvernements, nous disent que l'égalité de la démocratie s'évanouit là où le luxe s'introduit, que les Républiques ne peuvent se soutenir que par la vertu, et que la vertu se corrompt par les richesses. Pensez-vous...
Page 273 - Eh bien ! nous prétendons désormais vivre et mourir égaux comme nous sommes nés : nous voulons l'égalité réelle ou la mort ; voilà ce qu'il nous faut. « Et nous l'aurons, cette égalité réelle, n'importe à quel prix.
Page 142 - Pour que ces droits ne soient point illusoires et l'égalité chimérique, la société doit salarier les fonctionnaires publics, et faire en sorte que les citoyens qui vivent de leur travail , puissent assister aux assemblées publiques où la loi les appelle, sans compromettre leur existence ni...
Page 122 - ... les générations qui n'étaient point encore ; ni par la crainte de blesser les droits prétendus de certains corps...
Page 134 - ... de la motion qui a été proposée. Lorsque l'Assemblée s'occupe d'assurer les dépenses du culte public est-ce le moment de présenter une motion qui peut faire douter de ses sentimens religieux ? Ne les at-elle pas manifestés quand elle a pris pour base de tous ses décrets la morale de la religion? Qu'a fait l'Assemblée nationale? Elle a fondé la constitution sur cette consolante égalité si recommandée par l'évangile; elle a fondé la constitution sur la fraternité et sur l'amour...
Page 89 - Quelques aumônes que l'on fait à un homme nu dans les rues ne remplissent point les obligations de l'état, qui doit à tous les citoyens une subsistance assurée, la nourriture, un vêtement convenable , et un genre de vie qui ne soit point contraire à la santé.

Bibliographic information