La Serbie et les Serbes: lectures et impressions ...

Front Cover
Bernard Seeber, 1897 - Serbia - 319 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 95 - Hats impériaux qui fixent et déterminent ses droits et immunités, placés désormais sons la garantie collective des Puissances contractantes. En conséquence, ladite Principauté conservera son administration indépendante et nationale, ainsi que la pleine liberté de culte, de* législation, de commerce et de navigation.
Page 94 - Majesté que, fidèle à la tradition de ma dynastie, je ne cesserai pas de professer les sentiments de loyauté et de dévouement envers le haut suzerain de la Serbie, en même temps que je régnerai toujours en prince jaloux de maintenir les institutions et les droits de ma nation.
Page 295 - Prima, padron di casa in casa mia ; Poi, cittadino nella mia città; Italiano in Italia, e così via Discorrendo, uomo nell'umanità: Di questo passo do vita per vita, E abbraccio tutti e son cosmopolita.
Page 109 - Vigilantia pastoris, incolumitas pécaris, repris-je, et, ajoutai-je en désignant du doigt les armes accrochées à la boiserie, je vois que cette vigilance s'étend à tout, et que votre grandeur ne se considère pas seulement comme ayant charge d'âmes. » 11 sourit. « Que voulez-vous? nous autres habitans des frontières, nous sommes tous forcément un peu soldats. Si une bande de loups ravisseurs vient fondre sur mon troupeau, ne dois-je pas le défendre? » Dans la même matinée, l'évêque...
Page 109 - ... dans l'immensité de la salle, avec un plafond peint et de grands panneaux de boiserie, à l'un desquels étaient appendus, en regard d'une croix en ébène, un fusil, deux paires de pistolets, des sabres, toute une panoplie. On eût dit de la salle d'armes d'un baron du moyen âge plutôt que du salon d'un évêque. Comme je m'excusais sur l'heure matinale de notre visite, témoignant quelque crainte de l'avoir dérangé : « Point, dit-il; j'aime à me lever matin, et c'est moi qui éveille...
Page 108 - Belgrade d'un grand séminaire (bogoslovia) où tout aspirant aux fonctions ecclésiastiques est tenu de prendre ses degrés. Cet institut, qui compte actuellement environ deux cents élèves, fournit chaque année à la prêtrise un certain nombre de membres jeunes, suffisamment éclairés, qui se substituent peu à peu aux vieux popes contemporains de Kara-George et de Miloch, et c'est ainsi que ce qui était autrefois la règle tend à devenir l'exception. Ces mœurs simples, cet esprit patriotique...
Page 93 - Noir, qui le premier, en 1804, donna le signal d-; la délivrance, et fut, plus tard, le chef suprême de la nation serbe. En 1813, les intrigues des ennemis du pays le contraignirent à passer sur la terre d'Autriche, où il fut retenu prisonnier durant une année ; après quoi, ayant émigré en Russie, il fut reçu avec la plus haute distinction, et comblé d'honneurs par le czar.
Page 96 - ART. 29. — Le droit de garnison de la Sublime Porte, tel qu'il se trouve stipulé par les règlements antérieurs, est maintenu. Aucune intervention armée ne pourra avoir lieu en Serbie sans un accord préalable entre les Hautes Puissances contractantes.
Page 110 - Joanice, pendant qu'il nous faisait visiter l'église, si le couvent possédait quelques archives. 11 me répondit que non, les Turcs ayant tout détruit. Deux dames anglaises qui étaient venues en Serbie à la fin de 1862, et dont nous suivions pour ainsi dire la trace depuis notre départ de Belgrade, lui ayant adressé la même question, il les avait conduites dans une des nefs latérales, et, leur montrant les images des rois et des saints mutilées par la main des Turcs : «Voilà, répondit-il,...
Page 95 - Le paysan serbe n'est point, comme le paysan roumain, un simple lenancier n'ayant que l'usufruit du champ qu'il cultive, et ne disposant pour lui-même que de la portion la plus minime de son travail* : il est le maître absolu de sa terre et de ses bras; aussi est-il vif, alerte, dur aux fatigues et prompt à courir aux armes. L'expression de tristesse qui assombrit la physionomie du paysan...

Bibliographic information