Oeuvres complètes d'Étienne Jouy ... avec des éclaircissements et des notes...

Front Cover
J. Didot aîn, 1823 - France - 27 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 401 - CECIL H. GREEN LIBRARY STANFORD UNIVERSITY LIBRARIES STANFORD, CALIFORNIA 94305-6004 (650) 723-1493 grncirc@sulmail.stanford.edu Ail books are subject to recall.
Page 295 - Oui, tu seras un jour, chez la race nouvelle, De l'amour filial le plus parfait modèle. Tant qu'il existera des pères malheureux, Ton nom consolateur sera sacré pour eux ; II peindra la vertu , la pitié douce et tendre : Jamais sans tressaillir ils ne pourront l'entendre.
Page 6 - Gorgia fnt enterrée vive , et Licinius se tua , pour se soustraire au supplice dont la loi punissait son crime. En me proposant de transporter sur la scène lyrique une action dont le nœud, l'intérêt, et les détails...
Page 63 - Marina dans la pièce , une fois admis, le personnage de ïelasco frère d'Amazili , ennemi de Cortez et des Espagnols, se présentait assez naturellement; ajoutez-y les situations fournies par l'histoire , l'émeute des soldais espagnols dans le premier acte , la réception des ambassadeurs mexicains , l'incendie de la flotte de Cortez ordonné par lui-même , le sacrifice des victimes humaines au moment d'être consommé, enfin la soumission des Mexicains à la puissance de Cortez , et vous aurez...
Page 25 - S'est emparé de tous mes sens? Un pouvoir invincible à ma perte conspire; II m'entraîne, il me presse . arrête! il en est temps; La mort est sous tes pas, la foudre est sur ta tète.
Page 45 - Autour de mou tombeau quand mon âme ett errante , De mon fatal amour la flamme dévorante Brûle encore au fond de mon cœur. Des Dieux la justice offensée En vain s'élève contre moi. Je t'adresse en mourant ma dernière pensée, lit mon dernier soupir s'exhale encor vers toi (i).
Page 23 - VESTALES, autour de l'autel. Feu créateur, ame du monde, De la vie emblème immortel, Que ta flamme active et féconde Brille à jamais sur cet autel ! LA GRANDE VESTALE, en remettant à Julia la verge d'or qui sert à attiser le feu. Du plus auguste ministère, Le signe révéré que je mets en vos mains, Cette nuit, Julia, vous rend dépositaire De la faveur des dieux et du sort des Romains. Cette heure auguste et solennelle Vous met en présence des dieux ; Songez qu'ils puniront un soupir infidèle...
Page 1 - C'est du Triomphe de Trajan, tragédie lyrique en trois actes, représentée pour la première fois sur le théâtre de l'Académie impériale de musique, le 18 octobre 1807, qu'il s'agit ici.
Page 17 - J'entendrai de ta voix la douce mélodie ; Ton regard dans mon cœur va rallumer l'espoir ; Et du moins de ma triste vie , Que les dieux au malheur condamnent sans retour, J'aurai pu consacrer ce moment à l'amour.
Page 18 - En sa qualité de vestale préposée à la garde du feu , on porte devant Julia un autel allumé. Les vestales passent devant les troupes, qui leur rendent les honneurs suprêmes; le peuple s'agenouille, le sénat s'incline, les faisceaux des consuls s'abaissent devant ceux des vestales, portés par...

Bibliographic information