Mémoirs de M. de * * * *: pour servir a l'histoire des négociations depuis le traité de Riswick jusqua'à la paix d'Utrecht ...

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 333 - L'Allemagne , les Pays-Bas , le Piémont, avoient été le théâtre de leurs désastres. Les ennemis du Roi , accoutumés...
Page 11 - La perte de Barcelone lui fut plus sensible qu'aucune autre, parce que cette ville, capitale de la Catalogne, et située dans le continent de l'Espagne, lui étoit plus connue que les villes de Flandre, dont il ignoroit l'importance, au point de croire que Mons appartenoit au roi d'Angleterre , et de le plaindre lorsque le Roi fit la conquête de cette province.
Page 359 - ... je me suis toujours soumis à la volonté divine, et les maux dont il lui plaît d'affliger mon royaume , ne me permettent plus de douter du sacrifice qu'elle demande que je lui fasse de tout ce qui pouvait m'être le plus sensible.
Page 39 - ... d'empêcher tout sujet du Roi de s'établir à Orange sans la permission de Sa Majesté. Les conférences roulèrent sur ces différens articles. Après la paix , le comte de Portland vint en France en qualité d'ambassadeur extraordinaire du Roi son maître. Il dit en arrivant qu'il ne s'étoit pas attendu à trouver encore le roi Jacques à Saint-Germain ; il s'en plaignit au Roi même dans une audience particulière, comme d'une contravention à la parole que le maréchal de Boufflers lui...
Page 164 - Jacques n , et surtout la résolution que le Roi prit de reconnoître le prince de Galles en qualité de roi de la Grande-Bretagne , changea les dispositions qu'une grande partie de la nation témoignoit à conserver la paix : les sentimens des différens partis se réunirent. Tous les Anglais unanimement regardoient comme une offense...
Page 68 - Etats-généraux, le signèrent tous deux avec les ministres de ce prince et ceux de la république de Hollande, munis des pouvoirs de leurs maîtres. Le traité régloit le partage à faire, en cas de mort du roi d'Espagne, des Etats dépendant de sa couronne : précaution jugée nécessaire pour maintenir le repos de l'Europe. Selon ce partage, M. le Dauphin devoit avoir les royaumes de Naples et de Sicile, les places dépendantes de la couronne d'Espagne situées sur les côtes de Toscane, le...
Page 70 - Bavière auroit été pour eux un appui trop foible pour en attendre aucune assistance ; peut-être même que le Pape et les princes d'Italie, craignant la puissance de la France, n'auroient pas hésité à se déclarer pour l'Empereur. Ainsi le danger étoit égal, soit de communiquer, soit de cacher à la cour de Vienne la convention faite pour le partage. Le roi d'Angleterre, persuadé de son crédit sur l'esprit de l'Empereur, se chargea de l'engager à consentir au traité, et à le signer....
Page 52 - ... expliquer le détail, il dit qu'il croyoit très à propos d'accorder au duc de Bavière les Pays-Bas, augmentés de quelques places que le Roi lui céderoit pour fortifier la barrière, et rassurer ainsi les Etats-généraux des Provinces-Unies. On pouvoit, selon sa pensée, donner l'Espagne et les Indes à l'un des princes fils de M. le Dauphin; les Etats d'Italie à l'archiduc ; convenir enfin du traité de commerce avec l'Angleterre et la Hollande , et donner à l'une et à l'autre des places...
Page 75 - ... conseillers d'Etat ; il tint un conseil extraordinaire qui dura trois heures : il en résulta que ce prince fit un testament, et par ce dernier acte il institua le prince électoral de Bavière son héritier universel. Lorsque l'électeur en reçut la nouvelle, le comte de Tallard passoit à Bruxelles , et venoit à Paris rendre compte au Roi de la négociation du traité fait avec le roi d'Angleterre. L'électeur, qu'il vit à son passage, lui confia la disposition que le roi Catholique venoit...
Page 150 - ... ministres à qui le Roi confioit le département des affaires étrangères, et demanda une audience particulière à Sa Majesté. Avant que d'en fixer l'heure, elle voulut entendre les avis de son conseil, et décider de la résolution qu'elle auroit à prendre sur un événement peu attendu, mais si important à la famille royale, au bien du royaume, au repos général de l'Europe. Le conseil étoit composé de M. le Dauphin, principalement intéressé à la disposition faite par le roi d'Espagne...

Bibliographic information