Page images
PDF
EPUB

.

que, au profit du Prince , des Etats & de Ville d'Embden , les sommes qui y ont été négociées à leur requifition, & que c'est fur ce fondement que les Sujets de la République ont prêté leur argent, nonobftant quoi on y avoit déja fait de grands changemens, en transportant à Aurich le Comptoir général qui doit refter à Embden suivant les Accords & Conventions; outre cela on prévoit encore d'autres changemens dont les sujets de la République sentent déja les mauvais effets , puisqu'on ne paye pas les intérêts qui sont dûs. Dans la conjoncture préfente, Leurs Hautes Puissances ne peuvent differer plus long tems à prendre soin des intérêts de leurs Sujets qui ont prêté leur argent à l'Oostfrise sur leur Résolution & sous leur garantie., & à prendre garde que l'exécution des Decrets de l'Empire ( ausquels on ne prétend pas déroger, & qu'on laisse dans leur entiers ) ne porte aucun préjudice à la Garnison que L. H. P. ont à Embden & à Leeroort , & qu'elles y ont eu depuis plus de cent ans, en sorte que les Droits de la République, & les intérêts de ses Sujets n'en souffrent pas.

Ainsi pour fortifier la Garnison d’Embden, on y envoyera au plûtôt deux Bataillons, avec ordre au Commandant de veiller à la sureté de la Ville , & repousler toute voie de fait que l'on pourroit meitre en cuvre, & ne pas fouffrir que l'on fasse dans ladite Ville aucune exécution sous quelque prétexte que ce puisse être, tant que L. H. P. ne seront pas informé à quoi elles tendent, & qu'elles n'auront pas donné sur cela d'ordres ulterieurs à leur Commandant. Mrs.de Linteloo & autre Députez de Leurs

Hautes

[ocr errors]
[ocr errors][subsumed]

Hautes Puissances, pour les affaires étrangeres, font chargez d'entrer en Conference avec Mr. de Meinhertzagen Envoyé Extraord. du Roi de Prusle, de lui donner connoissance de ce que dessus , & de lui remontrer que Sa Majesté ayant toujours eu à cæur la conservation de la tranquillité en Ooflfrise , & le maintien du Gouvernement sur le pied des Accords, L. H. P. ne doutoient pas que Sa Majesté n'aprouvât la Résolution de L. H. P. & qu'elle ne contribuật à empêcher qu'il se commit de nouveaux désordres , & qu'en qualité de Directeur du Cercle de Westphalie, ii fera ensorte qu'il n'entre pas de Tronpes étrangeres dans l'Oostfrise , & que celles qui y font en fortent pour prévenir de plus grands désordres , & que L. H. P. font prêtes à concerter avec Sa Maj. Prussienne, les moyens de prévenir les desordres & de rétablir la tran. quilité dans l’Oostfrise.

Les mêmes Députez font priez de conférer auffi avec Mrs. Fenelon & Finch, de leur faire part de la présente Résolution de L. H, P. & leur représenter qu'il y a long-tems que L. H. P. prévoient avec inquiétude ces démêlez entre le Prince & les Etats d'Oostfrile & la Ville d'Embden & ses adhérans , & qu'elles ont fait tout leur poflible pour accorder à l'amiable les parties plaignantes; mais que toutes leurs instances ont été inutiles surtout auprès du Prince, & que les choses en sont à present au point que l'on y fait entrer des Troupes de dehors, selon toutes les apparences dans le dessein de réduire la Ville d'Embden à une soumission sans bornes, sous prétexte de faire exécuter les Decrets de l'Em

pereur:

[ocr errors]

dle

pereur:que Leurs Hautes Puissances ayant tou. jours maintenu les Accords & Décisions , qui font les Loix fondamnentales du Gouvernement, ne peuvent voir d'un æilindifferent les chan: gemens qu'on prévoit vouloir y introduire, d'autant plus que ces Accords & Conventions ont été faites sous la Médiation de Leurs Hautes Puissances , qui à la requisition des Parties les ont garanties; outre que L.HP. se trouvent obligées d'avoir foin qu'on ne les prive pas du droit qu'elles ont de tenir Garnison dans Embden & Lerroort, dont elles sont en pofleffion il y a plus de cent ans ; enfin de faire ensorte que suivant les Conditions des obligations sur lesquelles leurs Sujets ont prêté 1eur argent au Prince, aux Etats d'Oostfrise & à la Ville d'Embden, leur Sujets foient payez de leurs interêts & leurs capitaux remboursez dans le tems & de la inaniere exprimée dans les obligations.

Que quoique l'intention de L. H. P. foit de ne rien faire en ceci que ce qu'elles ont droit de faire, & que vû leurs droits , personne ne peut' le prendre en mauvaise part, neanmoins elles ont raison de craindre dans la conjoncture présente, que leur conduite soit mal interpretée , & qu'on ne cherche à leur faire quelque querelle : & qu'au cas que cela arrivài, contre toute esperance, elles ne pouront s'empêcher de maintenir leur droit de toutes leurs forces, & en ce cas elles seroient obligées de demander le seconrs de leurs Majettez le Roi de France & le Roi de la Grande Bretagne , comme leurs Amis & Alliez , en vertu de leur Alliance de Fevrier conclue en 1717. C'est pourquoi elles ont jugées à pro

Ff

pos

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

pos de faire part ausdits Srs. Ambassadeur & Envoyé Extraordinaire, de l'embarras où elles se trouvent par ces troubles d'Oostfrise, elles suplient Leurs Majestez de France &' de la Graude Bretagne , d'employer les moyens qu'elles jugeront les plus efficaces pour prévenir ces troubles du dehors; requerant lefdits deux Ministres d'apuyer la priere de L. H. P. auprès de leurs Maîtres, & de leur témoigner que Leurs Hautes Puissances s'attendent, en défendant leurs droits , que Leurs Majeilez leur donneront, en cas de besoin, les secours ftipulez dans leur Alliace.

Les fuftits Députez représenteront particulierement à Mr. Finch, combien Sa Majesté Britannique eft intéressée au repos de l'Oostfrise à cause du voisinage de les Etats dans l'Empire; & comme ses bons oflices ne peuvent inanquer d'être d'un grand poids dans cette occafion , Leurs Hautes Puillances la fupplient de les employer de la inaniere la plus efficace pour faire fortir d'Oostfrise les Troupes Danoises, & empêcher qu'on n'y en fasse entrer d'autres , & que Sa Majesté Danoise conjointement avec Sa Majesté Britannique, engagent le Prince à entrer dans des rentimens plus moderez, à terminer à l'amiableres differens avec le Magiftrat d'Embden, & à éviter les voies de fait.

Leldits Députez feront part auffi à Mr. Gansinot Résident de l'Electeur de Cologne, Evêque de Munster

des raisons qui ont engagées Leurs Hautes Puissances à envoyer encore deux Bataillons à Embden , & le prier d'employer ses bons offices auprès de S. A.E. à ce qu'elle n'envoye point de Troupes dans

a d

[ocr errors]

l'Ooft

!

l'Oortfrise, & qu'au contraire, elle tâche d'engager le Prince à entrer dans des sentimens plus moderez, à terminer à l'amiable ses differens avec la Ville d'Embden , & à éviter les voïes de fait.

On envoyera un Extrait de cette Resolution au Sr. Hamel-Bruyninx à Vienne, au Sr. Borel en France, & au Sr. Hop en Angleterre , pour leur servir d'Instruction, &c.

[ocr errors][ocr errors][merged small]
[ocr errors]

19

pas ,

Par une Résolution du 23. Juillet Leurs Hautes Puillances ordonnerent qu'il seroit » répondu à la Lettre du Prince d'Oostfrise,

que nous avons raporté ci-detsus.

Que l'intention de Leurs Hautes Puissances n'étoit pas d'entrer en discution sur les Articles contenus dans la lettre, & qu'elles n'ont autre chose à dire, finon que quoiqu'elles auroient pů, pour plus d'une raison, se mêler des démělez de l'Oostfrife, elles ont jugé qu'il valoit mieux qu'elles ne s'en mêlaflent

& qu'elles se contentallent de conseiller un accommodement amiable, sans changer de conduite, quoiqu-il soit arrivé des cheses que la Ville d'Embden & ses adhérans fou, tiennent , avec vraisemblance, être contraires aus Accords dont Leurs Hautes Puissances sont garantes, & ne font point parti des diffe rens qui font en litige par devant le Conseil Aulique, entre le Prince & fes Etats, & que L. H. P. ne peuvent voir d'un cil indifferent , relativement aux intérets de leur Etat. Mais L. H. P. se sont toujours flatté de l'esperance que le Prince considérant davantage ses propres intérêts que ceux de ses Sujets , & témoignant quelques égards pour

9

ne

les

« PreviousContinue »