Page images
PDF
EPUB

être que très-sensible à ces troubles, qui ne le touchent pas moins , qu'ils sont préjudiciables au païs, & qu'ils inquietent des voifins qui ne respirent que la paix. Une triste experience n'a déja que trop apris les få cheuses suites des démêlez de l'Ooftfrise , & Votre Altesse Sereniffime est trop éclairée pour ne pas être convaincuë du malheur d'un païs, où s'allume le feu de la discorde , & que quelque petit qu'en soit l'étincelle, quand une fois il elt allumé, il est souvent impoffible de l'éteindre. La pénétration de votre Altetle Séréniffime lui représentera ce tableau d'une maniere encore plus sensible que je ne pourrois le faire; mais les Etats Généraux des Provinces-Unies ayant bien voulu m'honorer de la Commission d'assurer Votre Altesse Séréniffime de leur fincere estime pou Votre personne, je ne puis ne dispenser de représenter à Votre Altesse Séréniflime que fi l'on n'arrête pas ces troubles , cette discorde & cette confusion dans leur naissance, il sera trop tard, d'y remédier , & le mal empirera; fi i'on ne previent point ces troubles avec prudence, il s'ensuivra une ruine' mutuelle, car après la ruine de l'un ou l'autre parti, on apellera dans le païs des troupes étrangeres, qui se livrant à leur propre intérêt pilleront & ruineront ce que les plus fages auront rçu conserver & mettre à couvert. Votre Alteile Sérénisfime a trop de pénétration & trop d'amour pour l'infortunée Oostfrise pour qu'il soit nécessaire d'avoir recours à de plus vives exhortations, pour en convaincre Vorre Altesse Sérénissime & pour exciter ses foins paternels pour les sujets ; fon attention natu

[ocr errors]

relle

Сс 3

relle à procurer le bonheur du Pais & de les Domaines , & les égards qu'elle a toujours eus pour l'interceffion de Leurs Hautes Puifsances & les conseils de les bons voisins, me persuadent qu'il n'est pas nécessaire que je presle davantage Votre Altesse d'empêcher que l'on ait recours à quelques voyes de fait; Elle donnera sans doute toute son attention à trouver les moyens d'apaiser le passé & de rétablir la tranquillité & le bon ordre, en maintenant par les moyens les plus doux ses Droits, Prérogatives & Préémininences , faifant cesser les troubles présens , & prévenant ceux qui pourroient arriver. C'est ainsi que Votre Altefle Sérénifime apufera de la maniere la plus généreuse ses véritables intérêts, fera refleurir son pais, & mettra les Sujets de Leurs Hautes Puissances en état d'efperer d'être payez , conformément aux Conventions les plus folemrielles, des Ren. tes & des Capitaux qu'ils ont fi généreusement prêtez pour reparer les Digues , & empêcher que toute l'Oostfrile ne devint une valte Mer. De cette maniére Leurs Hautes Puissances, que les raisons alleguées ci-derlus obligent de ne pas voir indifferenment les démêlez de l’Oostfrise, ne penseront plus à d'autres moyens d'arrêter les progrès de ces troubles. Si je puis être utile, & cons tribuer à ce que Leurs Hautes Puissances

parviennent à ce but, par mes représentations & ines instances, ce sera yolontiers & avec bien du plaisir non seulement que je les employerai, mais encore je prierai de tout mon cænr le Seigneur qui donne tout ce qui est bon, de combler de les bénédictions Votre Alteffe

Séréniffime & fon illustre Maison, jusqu'à la pofterité la plus reculée , & de lui accorder un Gouvernement heureux , paisible & glorieux, &c.

Prononcé & délivré par écrit à Son Altelfe Séréniffime d'Ooftfrife dans son Château à Aurich le 24. Avril 1726.

ול

Le Prince lui fit remettre la Réponse cijointe.

Onsieur le Député de Leurs Hautes

M

[ocr errors]

telle Séréniffime, par ses Conseillers commis pour traiter avec lui, la réponse qu'il avoit dressé, sur la résolution préalable de S. A. S. du 25. du courant , Elle a voulu ne lui pas laisser ignorer là dessus la déclaration & résolution suivante.

A l'égard du premier point, S. A. S. repete les protestations ci-devant faites de bouche & par écrit, de son eftime pour. Leurs Hautes Puissances, comme aussi pour leur correspondance, & leur amitié pour elle & la Maison Sereniffime.

2. Pour ce qui est du second point, Leurs Hautes Puissances déclarent, que l'offre de leur intercefsion, & leur conseils amiables ne tendent qu'à prévenir tous mouvemens, troubles, & voyes de fait ulterieures; à rétablir le repos, le bon ordre & l'harmonie, & à empêcher par là qu'il n'entre des Troupes étrangères dans le païs; comme aufli à tâcher d'accommoder les differens qui y regnent, par des moyens efficaces & moderer, & d'en détourner, autant qu'il est poflible,

les

[ocr errors]

Cc4

[merged small][ocr errors][ocr errors]

les mauvaises suites ; Son Altefle Sérénifime convient avec Leurs Hautes Puissances in 7 hefi , & la grande patience & indulgence dont elle en a usé jusqu'ici, ont eu le même but.

3. Et afin que Leurs Hautes Puissances en ayent une idée encore plus claire, on leur · donne, à confiderer , que non seulement le

feu Princé d'Oostfrise Pere de S. A. regnante, a demandé aux Etats de son pais à toutes les Dietes qui se sont tenues pendant les 18. années de la Regence, le redressement du grand nombre de Griefs qu'il avoit contre eux, comme il avoir été proinis par l'accord fait à Hanovre dans l'année 1693. , mais encore que S. A. S. même a repeté cette demande à toutes les Dieres assemblées depuit l'an 1708. qui fut le premier de fa Regence, cependant on a toujours decliné la con• vention , & par l'Extrait du Protocole de la Diete tenue au mois d'O&tobre 1717. il paroit clairement, de quelle maniere on y a provoqué S. A. S. à porter les plaintes à la Cour Imperiale. Et quoique Sa dite Altele ait les Décrets Imperiaux en la faveur, elle a ponttant auffi, à cet égard, fait voir jusqu'à présent une grande patience ; même elle ne cherche encore actuellement , qu'à traiter les choses avec toute sorte de moderation.

4. Il n'est donc question que de savoir quels moyens font les plus propres pour parvenir à cette fin? S. A. S. lupore, que cette affaire devroit être dirigée de sorte que generalement tout ce qu'il y a dans ce pais , & principalement la Ville d'Embden , soit renfermé & conservé dans les jaftes bornes des Ac

cords

[merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors]

cords du pais. C'est là la teule choie que S. A. Sereniffime cherche & demande. Il est vrai que Monsr. le Député de L. H. P. est de l'opinion , que cela se peut faire par un accommodement amiable, fous l'entremise de L. H. P.; mais pour en juger solidement, il faut confiderer dans un tel accommodement, premierement les personnes avec qui S. A.S. doit fe racommoder: en second lieu, les points sur lesquels on pourroit s'accorder, & en troisieme lieu les moyens de contrainte qui pourroient non seulement procurer l'exécution actuelle dudit accommodement, mais aussi reprimer & faire celler les contraventions, qu'on pourroit tenter à l'avenir contre un pareil accord.

Les personnes qui pourroient être regardées ici comme contractantes avec S. A. S. sont en general les Etats du païs , composez de trois Membres, de la Noblesse, des trois Villes , & du tiers Etat qui consiste en 8. Baillages.

Si Son Altesse doit conclure un accord a. vec tout le Corps des Etats, il faut qu'elle en soit requise ou unanimement, ou par la pluralité des voix. Or on n'a pas demandé, jusqu'à présent un pareil accord, & on ne le demande pas encore, di unanimement, pi

par la pluralité des voix. Bien loin de là, il est notoire par les actes, que generalement tous les Etats, sans exception sont soumis à tous égards au Decrets Imperiaux , & ne fe font reservez, suivant leurs propres paroles, que la gloire d'obéir : par consequent on n'a besoin d'aucun accommodement, comine il paroit par ce qui suit.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

s. Tous

« PreviousContinue »