Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

meurs néceflaires pour la conduire , afin de reconnoitre & visiter le Vaisseau, & examiner lefdits Palleports; & les ordres seront donnez à ce qu'il n'y ait que deux Hommes qui pourtont fortir de la Chaloupe & entrer dans le Vaisfeau, à moins que le Commandant n'en donne la permission à plusieurs.

Les Vaisseaux des Capitaines prendront aussi des Passeports du Contul Resident à Alger, à la vâë desquels on les laissera partir , & sefont assurez que tout trainement favorable leur sera accordé. Ces Pasleports ne se donneront point à des Etrangers.

V. Si quelques Vaisseaux Enneinis des Al. lemands, menoient quelques Sujets d’Allemagne captifs aux Ports d'Alger, ils ne les mettront point à terre ; mais s'ils les débar, quoient , ils seront mis en liberté.

VI. Les Sujets Allemands Voyageurs qui seront trouvez sur un Vaisseau portant Pavillon étranger, de même que les Sujets Voya. geurs d'une autre Nation trouvez fur un Vair. feau Allemand , quoiqu'il y eut Guerre entre eux, ne seront poit faits Esclaves , & leurs Effets leur seront reftituer : la même chose se pratiquera en pareil cas à l'égard des Algerienso

VII. fi ne fera donné aucun secours ni protedion aux Vaisseaux Ennemis , & qui font en Guerre avec les Sujets d'Allemagne. On ne permettra pas qu'à l'instigation de leurs Ennemis, l'on équipe contre eux ; & les ordres feront envoyez aux Ports foumis au Sepat d'Alger, à ce que les Ennemis des Allemans, quels ils puissent étre, n'équipent des Vaisseaux par le commandement ou sous le

S 2

Pas

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Pavillon des Gouverneurs des autres Provinces; pareillement ceux qui sont en Guerre avec les Allemans, n'équiperont aucun Vair. seau dans les Ports Algeriens pour courir sur eux, & il ne sera permis auffi aux Ennemis des Algeriens d'équiper dans les Ports d'Allemagne pour agir contre eux.

VIII. Is fera nommé & établi de la part de l'Empereur des Romains, un Consul auprès du Senat d'Alger, pour conduire les affaires, & donner les Passeports; lequel selon l'usage observé auprès de la respectable Porte , aura auffi auprès dudit Senat le premier rang parmi tous les autres Consuls; & s'il survient quelque different ou Procès entre les Sujets d’Allemagne, ledit Consul les décidera, sans que les Juges du lieu puissent s'en mêler, & jouira ledit Conlul de toutes les Coûtumes & Franchises dont jouissent les Confuls des autres Nations.

IX. S'il arrive quelque differend ou Procès entre un Alleman & un Musulman, le TrèsHonoré Gouverneur d'Alger & le Dey en décideront, & nul autre n'en prendra connoiffance; mais que fi tels differens ou Procès sure viendroient en d'autres contrées soumises à la: Domination d'Alger, les Juges du lieu en décideront.

X. Si quelqu'un des Sujets Allemans auroit frapé un Musulman, & qu'il seroit pris, le Consul le prendra sous la protection ; mais sa faute étant reconnue, il en fera châtié en présence du Conful, comme il aura mérité, mais si le coupable d'un crime ne feroit pas pris & fe feroit enfui , il ne pourra pas être

repe

[merged small][ocr errors]
[ocr errors]

repeté du Consul, & ne pourra lui être enjoint de produire le fugitif.

XI. S'il arrivoit quelque contravention à ce qui a été conclu par le présent Traité de Paix ; & que la partie lezée en auroit porté ses plaintes par devant les Juges pour que la justice lui soit rendue, on n'ufera d'aucune vengeance, avant que la plainte en soit manifestement prouvée , & la sureté & la concorde entre les deux Parties ne sera point alterée.

XII. Si quelque Vaisseau d'une des parties auroit causé quelque dommage en Mer à unį Vaisseau de l'autre partie, l'Aggresseur, que qu'il puisse être, en portera le châtiment dû' jes Effets enlevez feront restituez, & l'Armateur en sera responsable.

XIII. Si cette Paix affermie entre l'Empereur des Romains & le Sénat d'Alger venoit à être rompuë, il sera permis au Conful Alleman, & à tous ceux qui lui font loûmis de se retirer en leur Pais , & it ne pourra leur être fait aucune insulte, & leur sera 'accordé le terme de trois mois pour leur retraite. Après donc que les Articles susdits conclus en vertu de mon Pleinpouvoir , par le consente. ment des deux Parties , & par la Médiation de la respectable Porte, entre le Serenissiine & Très-Puissant Empereur des Romains, & le Sénat d'Alger en Afrique , auront été reçûs & ftipulez, il sera enjoint & ordonné aux Juges des deur Parties, à tous les Gouverneurs & à tous ceux à qui il apartient , de fc conformer aussi aux susdites Conditions & Articles, de ne rien entreprendre qui puisse être contraire au présent Traité, & de porter l'un

[ocr errors]

S 3

à l'autre, sous quelque prétexte que ce puisse être, aucun empêchement

, que conforme ment à l'Original des Articles ftipulez , les deux parties transmettent des Lettres de Retification cent & cinquante jours après la Souscription & Signature des Tufdits Articles , & ensuite les Sujets des deux parties jouïront de tout le repos & de toute la tranquillité possible.

Mais afin que la Paix susmentionnée contenant treize Articles soit religieusement ob. servée, le susdit Seigneur le Supreme Amiral de l'Empire Ottoman Mustapha Bassa, selon Ton Pleinpouvoir, ayant donné l’Alte autentique muni de la Souscription & Signature Turque, j'ai aussi délivre le présent Acte figné de ma maiu & y ai aposé le Cachet de mes Armes

en conformité de mon Pleinpouvoir de la part du Séréniffime & Très - Puis; fant Empereur des Romains. Fait à Conftantinople le 15. du mois Lunaire apellé Reg. geb, l'An de l'Hegyre 1139., c'est à dire le 8. de Mars 1727

(L. S.) JOSEPH DE DỊRLINGE.

[merged small][merged small][merged small][ocr errors]

9

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Ceux qui ont la l’Hiftoire d'Oostfrise, publiée en 1720. par le Chancelier Brenneifen , & par ordre du Prince, qui lui a donné

un libre accès aux Archives, y ont vû qu'il » y a près de 300. ans que les Comtes & Prin,, ces d'Oostfrise n'ont pas été d'accord avec

les Etats du Païs; ceux-ci acculent le Prince de tout_mettre en æuvre pour empieter

sur leurs Droits, le Prince de son côté se ,, plaint des atteintes données à son Autori.

té. Ces disputes ont causé des maux in.

finis dans l’Oostfrise. Nous ne remonte: , rons pas à la fource de ces démêlez, il fu

à
fit de raporter les derniers.

,, George Albrecht, Prince d'Oostfrife, Sei» gneur d'Esens , Stedesdorp & Wittmunde, 'n regne depuis la mort de son pere arrivé en , 1708. il a porté des plaintes aux Etats de

son païs sur divers griefs jusqu'en 1720. que Son Altesse Sereniflime s'adressa à la

Cour Imperiale , à laquelle elle présenta » sept Supliques, la premiere le 14. de Mai > 1720. & la feptiéme le in. Février 1721.

Dans la premiere Son Altesle Sereniffime se plaignoit de ce que les Etats avoient in

tro

[ocr errors]
[ocr errors]

S4

[ocr errors]
« PreviousContinue »