Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][merged small]

jours disposée à pourvoir, selon ses engagemens, en bon & fidèle Allié, à la sûreté des Etats de Sa Majefte Danoise, promet & s'engage d'envoyer au secours de Sa Majesté Danoise, sur les premiers avis des mouvemens de la Flotte Moscovite, qui donneront de justes sujets de crainte, une Escadre suffiCante de bons Vaisseaux de Guerre, pour aider à couvrir les Côtes de Mer de Sadite Majesté Danoite, & empêcher que les Moscovites ne puissent les attaquer.

XI. Et quoique Leurs Majestez Britannique & Très-Chrétienne ne soient obligées à aucun secours fixe envers le Roi de Dannemarck, cependant comme elles veulent éloigner des Etats de ce Prince toute invasion, dont la suite feroit sans doute d'allumer la Guerre , en violation du Traité d'Hanovre; aussi bien que des Traiter de Westphalie; qui les obligeroient d'aller au soutien de leurs Garanties, & au secours de leurs Alliez , qui seroient attaquer , ou en danger de l'être; à cetre fin Sa Majesté Très-Chrétienne s'engage de tenir toujours prêt un Corps, au moins de trente mille homines , lequel Corps sera destiné, dès qu'il en sera requis, à être porté par tout où le besoin sera & dont on conviendra, ou à faire des diverfions, ou autres operations nécefTaires pour l'avantage commun & pour la sûreté de ses Alliez dans l'Empire, ou dans le Nord, & en même tems Sa Majesté Britannique s'engage de tenir auffi en état un autre Corps de Troupes qui ne pourra être moindre de douze mille hommes, pour être destiné de la même ma• niere à être porté par tout où le besoin sera,

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

&

& dont on conviendra, ou à faire des diverfions, ou autres operations necessaires pour la sûreté de ses Alliez dans l'Empire, ou dans le Nord, selon que le cas l'exigera.

XII. Comme les Moscovités ou autres Troupes qui pourront se joindre à eux, pour venir attaquer les Etats du Roi de Dannemark, pour lui Ster le Daché de Schleswik ; pourront tâcher de passer par les païs sujets au Roi de Profle; ce que les Alliez fe persuadent que ce Prince ne manqnera pas de refu fer : En cas donc que la Czarine, ou toute autre Puifsance, qui que ce puitle être, voudroit forcer les pallages par le Territoire du Roi de Prur se , ou l'attaquer , ou lui faire aucun tott ou dommage, à cause du refas que Sa Majefte pourroit faire de laisser passer par ses païs les Moscoviteś ou leurs Adherans, comme cidessus; alors les Rois contractans feront marcher leurs armées combinées au secours du Roi de Prulle, & feront la Guerre à ceux qui l'auront envahi, ou trouble, jusqu'à ce que l'attaque & danger cellent, & que tout tort ou dommage soit réparé.

XIII. Les Ratifications da présent Traité seront échangées à Copenhague dans fix fee maines, à compter du jour de la signature de ce Traité, ou plutôt si faire fe peut.

En foi de quoi nous avons ligné ce Traite, & y avons fait mettre le Sceau de nos Arines.

Fait à Copenhague ce seiziéme d’Avril l'an mil sept cens vingt-sept.

(L.S.), GLENOR CHY.

AR

[ocr errors][merged small]
[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][merged small]

1. Quoique Sa Majesté Très. Clrétienne puisse justement prétendre que les Troupes qu'Elle prendra à sa folde lui důssent prêter ferment; cependant Sa Majesté Danoise ayant résolu de commander en Personne l'Armée combinée; on est convenu , par considération pour Sa Majesté Danoise, de s'en remettre à la parole Royale , pour agir conformément aux engagemens qu'Elle a pris par le Traité figné ce jourd'hui. Mais s'il arrivoit que Sa Majesté Danoise changeât la résolution fuldite, & que les Rois Contractans jugeassent à propos de séparer le Corps de Troupes, pour l'avantage de la Cause commune, alors lesdites Troupes, à la folde de Sa Majesté TrèsChrétienne, lui prêteroient le Serment forme ordinaire.

II. Comme Leurs Majestez Britannique & Très-Chrétienne font des efforts extraordinai res pour les intérêts du Roi de Dannemark, Sa Majesté Danoise promet de ne point disposer d'aucune partie de les Troupes, foit directement ou indirectement, contre les intérêts de leurs Majestés Britannique & Très-Chrétierine; & on convient que pendant que ce Traité durera, Sa Majesté Danoise ne donnera ni ne vendra aucune partie de ses Troupes à quelque Puissance que ce soit qu'après en avoir concerté avec leurs Majestés Britannique & Très-Chrétienne; contre les intérêts desquelles , Elle promet de ne rien faire ; s'engageant même, de s'opposer par tout où besoin Tera

[ocr errors][merged small][ocr errors]

à tout ce qui pourroit être fait , ou projetté de contraire par quelques Puislances que ce soit ; ce que Leurs Majestés Britannique & Très-Chrétienne promettent réciproquement.

III. L'on est convenu que fi Sa Majefté Très Chrétienne détiroit employer lesdits 12. mille homme qu'Elle paye sur le pied de neuf mille , pour des affaires qui n'ayant aucun rapport à la sûreté du Roi de Dannemark n'interesseroient que le bien du service de Sá Majesté Très-Chrétienne, ou celui de l'Alliance d'Hanovre; alors le Roi de Dannemark ne feroit aucune difficulté de les donner au service de Sa Majesté Très - Chrétienne , & dont on conviendroit fix semaines après la demande, qui en auroit été faite par Sa Majesté Très-Chrétienne.

IV. Et attendu que si les Moscovites venoient par terre pour penetrer dans l'Empire & troubler la paix du Nord , ils ne pourroient avoir d'autre passage que par les Etats de Pologne, & que l'on ne peut douter que ce Royaume ne se souvienne encore des defor. dres qu'y ont commis les Moscovites, il y a peu d'années ; l'on est convenu , par le présent Article, de communiquer au Roi & à la Republique de Pologne , le Concert que l'on a formé pour empêcher leur entrée dans l'Empire, & de les inviter à prendre aussi de leur côté les mesures les plus efficaces, pour fermer aux Moscovites les passages qu'ils voudroient prendre sur les terres de la Republique de Pologne.

Fait à Copenhague ce seizième d'Avril l'an mil sept cens vingt-sept.

(L.S.) GLENORCHY.

8

» Après

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

» Après la mort du Roi George I. de glo , rieuse mémoire, le Duc de Brunswick Wola »fenbattel, for parent, envoya en An» Angleterre le Comte Dehn son premier Mi, niltre, pour complimenter le Roi George II.

sur son avenement au Trône. Le séjour s, que ce Ministre fit à Londres donna occa

tion de parler des intérêts communs de Sa
Majesté comme Electeur de Brunswick &

du Duc de Wolfenbuttel; celui-ci avoit fait ,, avec l'Empereur une Alliance, qui, dans la

fituation où étoient dans l'Empire les affaires de Religion , dont la Maison a toujours été la protectrice, avoient donné lieu à une infinité de raisonnemens, mais on fut bien

tôt persuadé qu'elle n'étoit pas contraire ,, aux intérêts de la Maison de Brunswick

en général, car on n'eut pas de peine à en% gager S. A. Séréniffime à donner les mains

non seulement à un renouvellement des aca cords & Traitez qui font entre les deux F** milles, mais même à un Traité d'Alliance

défensive dans les formes, tel que le voici. Acte d'Alliance entre le Roi de la Grande - Bretagne, & le Duc de

Brunswick-Wolfenbuttel.

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[merged small][ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

Prive non dc i Brer. umas Prelis Eles

, I

Sect washe

[ocr errors]

C

[ocr errors]

Omme la Séréniffime Maison de Bruns

wick - Lanebourg a toujours tâchée de de conserver & de cultiver une amitié intime entre toutes les Branches, ce qui a contribué non seulement à la gloire & au bonheur de ladite Séréniflime Maison , mais aussi à l'avantage de la Religion Protestante, dont

Det

[ocr errors]

ingens

« PreviousContinue »