Page images
PDF
EPUB

Suède, qui de tout tems a eu à ceuri ces biens inestimables, mais fi par là on doit comprein. dre des mesures qui visent à brouiller l'Euro pe, à attaquer les Puissances, contre qui le Traité d'Hanovre a été principalement conclü, ou à se dégager dej i'obligation où l'on eft par la premiere Alliance avec la Suède, je crois

que cette Couronne sera bien aile de n'avoir aucune part aux premiers points , & qu'elle cherchera les moyens de se confoler du dernier. Elle est aussi persuadée que le Roi d'Angleterre n'aura aucune peine à juftifier auprès de son grand Conseil & de la Natiou Britannique les moyens dont il pourroit se servir un jour, pour affifter la Suède envertu de l'Alliance étroite concluë en 1720. pujfquela Nation trouvera toujours les grandes & onereuses dépenses qu'il y faudroit employer, conformes aux principes d'honneur&d'équité qu'elle a fait éclater de tous tems. On vous droit seulement, & on l'attend de la Droiture de Sa Majesté Britannique qu'en juftifiant auprès de son Parlement les fraix de cette année, causées par l'envoy de l'Escadre Angloise dans la Mer Battique, on ne les mit point sur le compte de la Suède, qui bien loin de les avoir requis auroit fort souhaité, que Sa Majesté pour cette fois les eut épars gnés à fon People," on souhaita de même,

à ; > qu'il n'y ait effe&ivement aucune probabi

lité, que l'Angleterre reclame jamais l'af

fistance de la Saède, comme le Ministre le dit, il faut cependant, qu'il n'en soit pas trop persuadé, puisqu'il le donne tant de mouvemens ,

comme si ceux de l'année 1720: a. voient déja trop vieilli, & parce qu'il se plaint

tant,

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

tant, de ce qu'on s'est engagé de fournir à l'Empereur des secours qui vont au de là du double, de ce que la Suède doit avoir offert par raport au Traité d'Hanovre.

Il le fait encore voir dans la suite, lorsqu'il se radoucit , en disant , qu'il veut mieux „, esperer de Sa Majesté Suedoise , & de la , sagesse de fon Conseil , & qu'il se donne , beaucoup de peine à refuter & à lever les

obstacles qui empêchent la Suède d'acceder. Examinons un peu de quelle maniere il s'y prend : Il debute par suposer que le Roi' fon Maitre ne peut pas s'imaginer, que la crainte des dangers puisse passer pour une raison valable de ne pas s'affermir contre ces dangers. J'ai montré plus haut , & Sa

' Majesté Suedoise l'a déclaré positivement à l'Amiral Wager, qu'elle n'a rien à craindre de la Ruffie, il faut donc la croire, ou foutenir, que le Ministre d'Angleterre en est un Juge plus competant & plus éclairé qu'elle ne lest elle-même. Ainsi la Suède a quelques dangers à aprehender, ce seroient uniquement ceux auxquels elle s'exposeroit, en accedant au Traité d'Hanovre , & en rompant par consequent avec l'Empereur & avec ía Ruffie. Le Ministre lui-même est persuadé du grand risque que la Suede courroit dans ce cas-là, & l'indique assez par les paroles citées. Ce risque est si grand , que toutes les forces des Alliez d'Hanovre , toutes grandes & toutes respectables qu'elle puissent être d'ailleurs, ne suffiroient pas pour en mettre la Suede à l'abri: Le Royaume seroit peutêtre totalement ruiné, fi non entierement subjugué, avant même que ces forces pour

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

roient s'assembler, & la Flotte Angloise être à portée pour la fecourir. Comment peuton donc faire passer le Traité d'Hanovre pour un remede des maux qui ne peuvent exister qu'en cas que la Suède y accede ? J'avouë que cela s'apelle tirer des concufions d'une étrange manière.

Le Ministre Anglois ajoute, qu'il ne peut „ pas s'imaginer non plus , que l'esperance » vague & incertaine de quelque avantage à ,, venir, que la Couronne dont on les attend

n'ose pas avouer , puisse être une raison,
pour rejetter l'amitié des Puissances alliées

d'Hanovre. On ne comprend pas trop bien ce que le Ministre veut dire ici, & il paroit qu'il a affe&té exprès d'être obfcur. Voudroit-il donner à entendre , que la Ruffie ait donné quelques esperances de cette nature, comme par exemple, de vouloir aider la Suede à se rendre Maitresse des Duchez de Brehmen & de Vehrden; en ce cas-là, ce seroit lui seul qui le dît , & qui le crût. La Ruffie n'a promis à la Suède qu'une amitié fincere & conftante, fon affistance est d'employer ses forces en tout & par tout où la Suède en pourroit avoir besoin, & où il s'agit de fes intérêts, cette Couronne ne regarde pas ces promesses comme une esperance vague & incertaine, & comme des promeffes imagi. naires & insidieuses. Elle sçait que la Ruffie eft en état de bonifier ses engagemens, pour me servir du terme favori du Ministre Anglois, & qu'elle a un intérêt , non occafionel mais constant, à lui vouloir du bien , tant que la Suède deineure dans l'union avec elle. Mais puisqu'il a plu au Ministre Anglois de tou

cher

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

cher cette corde, il me permettra de lui dire,
qu'il seroit toujours infiniment plus aisé à la
Suède, affittée de l'Empereur & de la Russie,
de recouvrer les Ducher de Bremen & de
Vehrden, que de prendre quelque chose sur
la Russie, avec le secours de la France &
de l'Angleterre, en cas que le Ministre Anglois
en voulut donner quelque esperance , qu'on
peut à plus juste titro apeller vague & incer
taine. Les deux Puissances sont trop éloi.
gnées pour pouvoir concourir avec la Suède,
à faire quelques Conquêtes de ce côté-là. Cé
Royaume d'ailleurs n'a aucune intention de
rejetter l'amitié de qui que ce soit, moins en-
core celle des Puissances Alliées d'Hanovre,
avec une desquelles elle a un Traité d'Al-
liance

qu'elle observera religieusement de
son côté, & ayant toujours vécu en bonne
intelligence avec l'autre, elle tachera toujours
de se conserver leur ferme soutien pour ses
avantages présens & futurs. Mais j'espere
qu'on lui pardonnera de ne pas vouloir expo-
ser ces avantages à un risque évident , en fe
mêlant des querelles d'autrui,& en offençant
les autres Alliez, qu'elle ne regarde pas moins
que comme son ferme soutien.

Jusqu'ici le Ministre Anglois n'a produit que des infinuations chimeriques, des raisonnemens vagues & peu concluans des

repro-
ches mal fonder, & des déclarations hautai-
nes. Voyons fi la dernière Pièce de son fac,
dont il fait une grande parade , mérite plus
d'attention, il dit : " que le Roi fon Maitre
» ne fe peut pas imaginer que des promesses
,, imaginaires & peut être infidieuses puissent

être mises en balance contre un subfide clajs
Tome IV.

N

de

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

99

[ocr errors][ocr errors]

» de presque cent mille Ducats par mois, que

Sa Majesté sera fondée , par l'accession, de

reclamer en cas d'attaque avec un secours ,, encore plus considerable, selon l'exigence », du danger, & cela promis par des Puiflan

ces qui se trouvent en état de bonifier leurs , engagemens,

sans être obligées de rechercher leurs resources ailleurs que chez elles, & qui ont un intérêt non occasionel, mais

constant, de vouloir du bien à la Suède. Ne diroit-on pas que les Alliez d'Hanovre veuillent fournis des Subsides de presque cent mille Ducats par mois à la Suède, dès qu'elle aura accedée, pour la mettre en

état de reparer les forces épuisées par une longue, sanglante & malheureuse Guerre. Cet offre seroit généreux , & auroit de quoi tenter; mais le Ministre ajoute, que ce ne fera qu'en cas d'attaque.

Le correctif gâte tout, car foit que la Suède attaque, ou qu'elle fut attaquée, ces cent mille Ducats lui pourroient devenir de fort triftes Subfides. Dans le premier cas, & dans le fecond, il s'en faut beaucoup qu'ils ne fuffiflent pour la tirer d'affaires , & pour la dédommager. Outre cela il n'est pas si clair, qu'il dit : Nos derniers avis de Suède marquent , que la Négociation s'y est accrochée fur ce que les Ministres Alliez n'ont pas voulu entendre parler des Subfides près les avoir pourtant fait esperer aux Commiflaires Suedois; ainfi Monit. Pointz, selon toutes les aparences , ne fait que calculer à quoi reviendroient les secours en Troupes & Vaisseaux, que la France & l'Angleterre veulent s'obliger de fournir à la Suède en cas

d'at

[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]
« PreviousContinue »