Dictionnaire universel des sciences morale, économique, politique et diplomatique; ou Bibliotheque de l'homme-d'état et du citoyen;

Front Cover
Chez les libraires associés, 1779 - France - 687 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 154 - On n'a jamais pu façonner aucun d'eux aux délices de notre aifance; tandis qu'on a vu des Européens renoncer à toutes les commodités de l'homme civil , pour aller prendre dans les forêts l'arc & la maflue de l'homme fauvage, Cependant, un fentiment inné de bienveillance, les ramene quelquefois à nous. Un bâtiment François s'étoit brifé, à l'entrée de l'hiver, fur les rochers d'Anticofti.
Page 155 - L'air & la terre, dont l'humidité contribue fi fort à la végétation, leur donnent peu de chaleur pour la génération. La même fève qui couvre les campagnes de forêts & les arbres de feuilles, y fait croître chez les hommes, comme chez les femmes, de longues chevelures , ijjSés, épaifles, fortes & tenaces. Des hommes qui n'ont guère plus de barbe que les eunuques, ne doivent pas abonder en germes reproductifs.
Page 89 - Cette différence de couleur prouve que la vie policée de la fociété, renverfe ou change entiérement l'ordre & les loix de la nature , puifqu'on trouve fous la Zone Tempérée un peuple fauvage plus noir que ne le font les nations civilifées de la Zone Torride. Avant qu'on eût pénétré chez les Californiens, ils n'avoient aucune pratique de religion -, & leur gouvernement étoit tel qu'on devoit l'attendre de leur ignorance.
Page 162 - Le vainqueur laifle fur le champ de bataille fon cafle-tête , où il a eu foin de tracer la marque de fa nation, celle de fa famille, & fur-tout fon portrait; c'eft-à-dire , un ovale, avec les figures peintes fur fon vifage.
Page 160 - La chafle eft un germe de guerre. Dès que deux troupes , féparées par des forêts de cent lieues , viennent à fe rencontrer dans leurs courfes , à s'intercepter le gibier , elles ne tardent pas à tourner contre elles-mêmes les flèches qu'elles réfervoient aux ours. Dès-lors une légère efcarmouche eft la femence d'une difcorde éternelle. Le parti vaincu jure aux vainqueurs une vengeance implacable , une haine nationale qui vivra dans leur fang & renaîtra de leurs cendres. Cependant ces...
Page 157 - S'ils n'ont cependant rien perfectionné , non plus que les animaux en qui on remarque le plus d'adrefle, c'eft peut-être que ces peuples , n'ayant que des idées relatives aux premiers befoins , l'égalité qui...
Page 66 - Ducafle leur propofa en 1688 le pillage de Surinam. Leur goût naturel fe réveille ; les nouveaux colons redeviennent corfaires , & leur exemple entraîne prefque tous les habitans. L'expédition fut malheureufe. Une partie des combattans périt dans l'attaque -, & les autres faits prifonniers furent envoyés aux Antilles , où ils s'établirent. La colonie ne fe releva jamais de cette perte.
Page 152 - ... trop meurtrières. Eft-on convenu de la trêve ou de l'union ? On s'en donne mutuellement le gage , par des colliers de porcelaine. C'eft une efpece de coquillage ou de colimaçon.
Page 146 - Après s'être condamnés mutuellement aux flammes de l'enfer, ils s'égorgèrent à la voix de leurs Prêtres , qui ne crioient que fang & que vengeance. Enfin , le généreux Henri toucha l'âme de fes fujets.
Page 180 - Elle paroiflbit fûre de vaincre, fi elle fût arrivée au terme de fa deftination. Mais la préfomption de fon amiral , & le courroux des élémens, la firent périr dans la route. Ainfi le Canada, tout-à-la-fois délivré de fes inquiétudes, & du côté de la terre & du côté de la mer , eut la gloire de s'être maintenu fans fecours & fans perte, contre la force & la politique des Anglois.

Bibliographic information