Dictionnaire universel des sciences morale, économique, politique et diplomatique; ou Bibliotheque de l'homme-d'état et du citoyen;

Front Cover
Chez les libraires associés, 1780 - France
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 636 - Comme tout ce qui entre dans l'entendement humain y vient par les sens, la première raison de l'homme est une raison sensitive ; c'est elle qui sert de base à la raison intellectuelle : nos premiers maîtres de philosophie sont nos pieds, nos mains, nos yeux.
Page 162 - C'est de lui (Cadmus) de qui nous vient cet art ingénieux De peindre la parole et de parler aux yeux, Et, par des traits divers de figures tracées, Donner de la couleur et du corps aux pensées.
Page 620 - ... au travail ! Combien y at-il d'hommes que la misère, et l'impuissance de s'élever par la vertu, tentent de s'élever par le crime ! Si donc vous attachez les...
Page 575 - ... donc dans toute leur force entre le souverain et ses sujets soulevés ou rebelles. Cependant s'ils lui ont extorqué des conditions odieuses, contraires au bonheur de la nation, au salut , de l'état , comme il n'est pas en droit de rien faire , de rien accorder contre cette grande règle de sa conduite et de son pouvoir, il révoquera justement des concessions pernicieuses en s'autorisant de l'aveu de la nation dont il prendra l'avis , de la manière et dans les formes qui lui seront marquées...
Page 696 - Que ne puis-je vous donner mon expérience ! que ne puis-je vous faire voir l'ennui qui dévore les grands et la peine qu'ils ont à remplir leurs journées ! Ne voyez-vous pas que je meurs de tristesse dans une fortune qu'on aurait peine à imaginer, et qu'il n'ya que le secours de Dieu qui m'empêche d'y succomber...
Page 693 - Les agitations qu'elles excitent , fe réveillent encore durant la folitude ; elles empêchent les hommes de fe rencontrer tête à tête , pour ainfi dire , avec eux-mêmes fans être occupés, c'eft-à-dire, de fe trouver dans l'affliftion ou dans l'ennui.
Page 695 - ... en faifant des réflexions fur ce qu'il lit , devient bientôt fujette à l'Ennui. Mais à force d'exercer fon imagination , on la dompte ; & cette faculté rendue docile, fait ce qu'on lui demande. On acquiert, à force de méditer...
Page 165 - L'homme a l'avantage singulier de pouvoir communiquer ses idées par le secours de sons articulés 5 mais les sons ne s'étendent pas au-delà du moment et du lieu où ils sont proférés. Il a donc fallu , pour perpétuer nos idées , trouver les moyens de donner aux sons de la durée et de l'étendue. On n'a pu y réussir qu'en inventant des figures , et des signes propres a représenter et à conserver les mots.
Page 165 - On peut conjecturer auflî que les Phéniciens n'ont point connu d'abord d'autre méthode. Les Auteurs qui ont le mieux traité de l'hiftoire & des arts des Chinois , nous font voir comment les caractères qui font en ufage aujourd'hui chez ces peuples , dérivent de la fimplicité de la première pratique j ou l'on exprimoit les penfées par l'image naturelle des objets fufceptibles de repréfentation.
Page 397 - ... ne la démontent point. Une personne audacieuse parle d'un ton élevé ; son humeur hautaine lui fait oublier ce qu'elle doit à ses supérieurs. Une personne effrontée parle d'un air insolent...

Bibliographic information