Dictionnaire universel des sciences morale, économique, politique et diplomatique; ou Bibliothèque de l'homme-d'état et du citoyen, Volume 17

Front Cover
Chez les libraires associés, 1780 - France - 696 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 673 - monarque, que chez le plus pauvre laboureur. » Que ne puis-je, dit madame de Maintenon, vous peindre l'Ennui qui •» dévore les grands, & la peine qu'ils ont à remplir leurs journées ! Ne « voyez-vous pas que je meurs de triftefle. dans une fortune qu'on
Page 610 - la pefanteur, la légèreté des corps, à juger de leur grandeur, de leur figure, & de toutes leurs qualités fenfibles, en regardant, palpant, écoutant, fur-tout en comparant la vue au toucher, en efiimant à l'œil la fenfation qu'ils feroient fous fes doigts. Ce n'eft que par le mouvement, que nous apprenons qu'il ya des
Page 614 - du plus grand prix fous leurs mains, fans que pour cela ni les penfées, ni les diamans leur appartiennent ; il n'ya point de véritable propriété pour cet âge en aucun genre. Les chofes que dit un enfant ne font pas pour lui ce qu'elles font pour nous, il n'y joint pas les mêmes idées. Ses idées,
Page 613 - même avant que le corps foit formé. A chaque inftruâion précoce qu'on veut faire entrer dans leur tête, on plante un vice au fond de leur cœur ; d'infenfés inftituteurs penfent faire des merveilles en les rendant médians pour leur apprendre ce que c'eft que bonté; & puis ils nous difent gravement, tel
Page 612 - Voilà comment ils deviennent incommodes, tyrans, impérieux, méchans, indomptables, progrès qui ne vient pas d'un efprit naturel de domination , mais qui le leur donne ; car il ne faut pas une longue expérience pour fentir combien il eft agréable d'agir par les mains d'autrui, & de n'avoir befoin que de remuer la langue pour faire mouvoir l'univers. En
Page 322 - Quoi de plus abfurde que de donner exactement la même Education à trois hommes , dont l'un doit remplir les petits emplois de la finance, & les deux autres, les premières places de l'armée, de la magiftrarure ou de l'adminiftration ? Peut-on , fans étonnement, les voir s'occuper des mêmes études jufqu'à feize ou dix-fept ans ; c'eft-à-dire , jufqu'au moment
Page 324 - les Dieux, feroit, à coup fur, maltraité par les hommes. Voilà la fource de la contradiction qui fe trouve entre les préceptes moraux que, même dans les pays fournis au defpotifme , l'on eft forcé, par l'ufage , de donner à fes enfans, & la conduite qu'on leur preferii. Un pere leur dit, en général, & en maxime
Page 321 - que, pour valoir tout ce qu'on peut valoir, on ne dût faire de fon temps la meilleure diftribution poflible ? Qui doute que les fuccès ne tiennent en partie à l'économie avec laquelle on le ménage ? Et quel homme, convaincu de cette vérité, n'appercoit pas du premier
Page 615 - à lui-même, il a de la force au-delà de ce qu'il lui faut ; c'eft le feul temps de fa vie- où il fera dans ce cas. Que fera-t-il donc de cet excédent de facultés & de forces qu'il a de trop à préfent & qui lui manquera dans un autre âge?
Page 325 - coquin timide & prudent; & n'aye^ d'honnêteté, comme le dit Molière, que ce qu'il en faut pour n'être pas pendu. Or, dans un pareil gouvernement , comment perfeâionneroit-on cette partie même de l'Education qui confine à rendre les hommes plus fortement vertueux? Il n'eft point de père qui, fans tomber en contradiction avec lui-même, pût répondre aux argumens

Bibliographic information