Le duc d'Enghien, 1772-1804

Front Cover
E. Plon, Nourrit, 1888 - France - 498 pages
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 178 - J'ai reçu, monsieur, votre lettre; je vous remercie des choses honnêtes que vous m'y dites. Vous ne devez pas souhaiter votre retour en France; il vous faudrait marcher sur cent mille cadavres.
Page 276 - D'après ce que j'ai vu, on trouvera des lettres de mes parents, du roi et quelques copies des miennes. Tout cela, comme vous le savez, ne peut me compromettre en rien de plus que mon nom et ma façon de penser ne l'ont pu faire pendant le cours de la Révolution. Je crois...
Page 280 - ... que je solliciterai, il vous fera tous les détails de notre triste position. Il faut espérer et attendre. Vous, si vous êtes assez bonne pour me venir voir, ne venez qu'après avoir été, comme vous le disiez, à Carlsruhe. Hélas ! outre toutes vos affaires et les longueurs insupportables qu'elles entraînent, vous aurez à présent à parler aussi des miennes. L'Électeur y aura sans doute pris intérêt; mais pour cela, je vous en prie en grâce, ne négligez pas les vôtres. « Adieu,...
Page 320 - Je fais avec instance la demande d'avoir une « audience particulière du Premier Consul. Mon « nom, mon rang, ma façon de penser et l'horreur « de ma situation me font espérer qu'il ne se
Page 390 - Nous fûmescamarades ensemble , pendant nos premières années , et vous devez penser d'après cela, que cet événement a dû être pour moi un coup bien rude. Son sort est un avertissement pour nous tous. Il nous indique que l'usurpateur Corse ne sera jamais tranquille, tant qu'il n'aura pas...
Page 220 - M. Bonaparte avec ceux qui l'ont précédé ; j'estime sa valeur, ses talents militaires; je lui sais gré de plusieurs actes d'administration, car le bien qu'on fera à mon peuple me sera toujours cher. Mais il se trompe s'il croit m'engager à transiger...
Page 266 - Electorale, le Premier Consul n'a pu voir sans la plus profonde douleur qu'un prince auquel il lui avait plu de faire éprouver les effets les plus signalés de son amitié avec la France, pût donner asile à ses ennemis les plus cruels et leur laissât ourdir tranquillement des conspirations aussi inouïes. « En cette occasion si extraordinaire, le...
Page 438 - Au reste, quand ce grand Dieu a choisi quelqu'un pour être l'instrument de ses desseins, rien n'en arrête le cours : ou il enchaîne, ou il aveugle, ou il dompte tout ce qui est capable de résistance...
Page 38 - ... c'est la seule manière dont il puisse, et surtout moi, me rendre service. Vous connaissez par vous-même les mauvais propos et les mauvaises intentions des émigrants ; les lâches, après nous avoir abandonnés, veulent exiger que seuls, nous nous exposions, et seuls nous servions tous leurs intérêts.
Page 354 - Toutes conspirations et complots tendant » à troubler l'État par une guerre civile en » armant les citoyens les uns contre les » autres, ou contre l'exercice de l'autorité » légitime, seront punis de mort.

Bibliographic information