Page images
PDF
EPUB

IMPRIMERIE DE VANLINTHOUT ET Cie.

LE SOCIALISME

L'ANTIQUITÉ

DEPUIS

LA CONSTITUTION FRANÇAISE DU 14 JANVIER 1852,

JUSQU'A

J. J. THONISSEN,
Professeur à la Faculté de droit de l'Université catholique de Louvain.

LOUVAIN,

CHEZ VANLINTHOUT ET Cio,

IMPRIMEURS-LIBRAIRES

Tome premier.

DE L'UNIVERSITÉ CATHOLIQUE.

PAR

[merged small][ocr errors]
[blocks in formation]

HX 2.1 .T4

AVANT-PROPOS.

APRÈS dix années de conquêtes et de gloire, les partisans du régime impérial croyaient avoir définitivement triomphé des idées parlementaires. Les événements de 1814 survinrent, et la monarchie légitime dut ellemême octroyer la Charte.

-

Après dix-huit années de luttes et d'efforts toujours couronnés de succès, les ministres de Louis-Philippe se vantaient d'avoir relégué les idées républicaines dans les conciliabules d'un petit nombre de conspirateurs incorrigibles. - Un conflit s'élève entre la couronne et la minorité des chambres, quelques démonstrations factieuses se produisent, et la République est proclamée, et la royauté élective va partager l'exil de la royauté légitime.

Après trente-cinq années de compression vigoureuse et de puissance incontestée, les maîtres de l'Allemagne, désormais assurés de la victoire, attendaient les révélations de l'avenir avec une confiance entière. Un signal part des rives de la Seine, quelques démocrates exilés font un appel aux masses, et le peuple se soulève dans

216469

toutes les capitales, et la révolution triomphe des Alpes à la Baltique.

Ces bouleversements imprévus, ces catastrophes subites, ces changements incessants dans la vie des peuples, quelles que soient d'ailleurs les causes locales qui les amènent ou les légitiment, dénotent chez les nations modernes des habitudes et dés tendances qui doivent fixer l'attention de l'observateur sérieux.

Le courage et l'énergie ne nous font point défaut. Quand les principes fondamentaux de la société sont mis en question, quand l'émeute descend dans la rue, quand l'anarchie menace de pénétrer dans les régions gouvernementales, mille bras vigoureux saisissent le drapeau de l'ordre et le maintiennent au-dessus des orages. Il faut le dire à l'honneur de notre siècle, le courage civique n'a jamais été ni plus abondant ni plus ferme.

Pourquoi donc n'y a-t-il rien de stable dans nos institutions? Pourquoi les gouvernements les plus divers, les plus opposés, tombent-ils tour à tour, avec une facilité qui déroute à la fois les prévisions de l'historien, les méditations du philosophe et les calculs de l'homme d'État?

Une étude superficielle de l'histoire contemporaine suffit pour expliquer le phénomène. Il nous manque deux qualités sans lesquelles les victoires les plus éclatantes n'amènent que des trèves momentanées d'un côté, la prévoyance; de l'autre, une intelligence suffisante des causes morales.

Nous nous fions à la force matérielle, nous dédaignons les doctrines. Nous dissipons les conciliabules, nous exi

« PreviousContinue »