Page images
PDF
EPUB

donnez par la conclusion d'un Traité de Paix, à l'exclusion defdits Pupiles, & ce par des personnes, qui notoirement n'ont aucun Droit d'en disposer, & de plus dans une Assemblée de Plenipotentiaires, où il ne se renconic ni Juge ni Partie, ce qui est tout, à-fait inouï.

Après donc cette Remarque préliminaire, & passant presentement à l'examen du poids que Refur peut avoir la prétenfion de Sa Ma tution de jefé, & pour laquelle on fait de la prétera fa part tant de devoirs & d'instan- fion du ces illegitimes, on trouvera que

Roi da cette prétension même, auffi bien Prussen que la maniere d'agir, est tout à fait injuste, & deftituée de tout fondement.

Car pour ce qui regarde en premier lieu le Testament du Prince

gard dut René de Chalons , qui est daté du Teftament 20. Juin 1944., il s'y rencontre du Prince trois vaines dispositions du Prince René de Teftateur, & dans lesquelles ledit ChalonsTeftament confifte, sçavoir premierement une disposition à l'é

BS

gard

gard de ses propres Enfans légitimes, s'il venoit à en laisser, ce qui n'est point arrivé; fecondemenc une disposition en faveur de fesParens collateraux paternels, s'il arrivoit qu'il ne laiflât pas d'Enfans, ou qu'ils vinssent à deceder fans Hoirs ; & en troisiême lieu aussi, au cas susdit , une difpofition en faveur de ses Pareos collateraux maternels.

Et quoi que de ces trois dispo fitions, le cas de la premiere n'ait point existé, non plus que celui de la troisième, il sera néanmoins necessaire de remarquer en quoi conGftoit le contenu de toutes trois. Le contenu de la premiere étoit comme s'enfuit: Nous voulons & ordonnons premierement, que fo nous laissons un Héritier mäle légitime, il soit notre seul Héritier universel; do fi nous en avons plusieurs, ce sera l'ainé qui sera notre Héritier universel, à la charge néanmoins, de donner à ses autres Fréres, un ou plusieurs, en héritage, une Somme annuelle de quinze mille lipres de rente, en Terres ou Seigneuries , 04 autres bonnes rentes, de la maniere que les Executeurs de notre Testament le jugeront le plus à propos. Desquelles quinze mille livres le second aura dix mille livres, & le troisiême cing mille; & s'il n'y a pas plus de deux Fils, le second aura lesdites quinze mille livres entieres : & fi nous ne laissons que des Filles, l'ainée sera notre Héritiere universelle à la chara ge de donner, comme dessus, à ses Sæurs, une ou plusieurs, pareille Somme de quinze mille livres annuellement, de la maniere que ci-dessus; ainsi que notre Fils aîné sera semblables ment obligé de le faire , en cas qu'il fût le Fils unique & eut quelques Sæurs,ou qu'il

rente

y eût deux Fils , & que le troisiême enfant fut une Fille. C'est ainsi que finit cette disposition à l'égard des propres enfans du Testateur, sans que rien de plus ou autre chose suive que le second Membre de disposition, qui commence de cette forte. Et s'il arrivoit que nous ginsions à mourir, fans laisser des enfans légitimes, nez, ou vrai-femblablement à naitre, ou que lesdits enfans vinfent à mourir sans laisser des enfans procréez en légitime Ma. riege , nous avons en ce cas inftitué & ordonné, inftituons & ordonnons pour notre Héritier universel, ou subBitnons à nosdits Enfans le Fils aîné de notre bon Seigneur d Oncle paternel, le Seigneur Guillaume de Nasau, s'il eft en vie au tems de notre dece's, sans enfans légitimes ; & si ledit Fils aîné, après qu'il sera parvenu à notre Héria tage de Succession, decede sans laisfer d'enfant ou d'enfans légitimes, le fecond Fils de mon susdit Oncle le Seigneur Guillaume lui succedera, ou à ce défaut un autre Héritier male plus prochain, ou à défaut d'Hérie tiers mâles, la plus proche Héritiera öfsuë de mondit Seigneur le Comte Guillaume; Et finillant par là la susdite Disposition Testamentaire, à l'égard des Parens collateraux paternels, le troisiême Membre de disposition s'enfuit ainsi. Et au défaut de la Ligne masculine or feminine du susdit Seigneur Comte Guillaume , nous poulons Guardonnone

que

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

que tous nos .Susdits Biens, Principauté, Fiefs, Terres, Seigneuries, Droits, Credits do Actions, quelque Terre ou Seigneurie que ce foit, la en quelque Province qu'elles soient fituées, viendront par succession au plus proche Héritier mâle qui sera alors issu du feu Comte Jean de Naffaugos de Dame Elisabeth Comteffe de Hefse, nos Grand-Pere de Grand-Mere, du côté maternel.

Cette disposition ayant été confirmée par la mort du Prince Teftateur, le cas posé, s'il mouroit fans Enfans, comme il a été dic est arrivé, en consequence de quoi, ''institution du Fils aîné dudit One cle paternel a eu lieu, eomme aufli celle des Enfans que ledit Fils aîné tailla , puis qu'il est notoire que ledit Fils aîné institué a été le Prince Guillaume , qu'on a ici nommédequis le Prince Guillaume Prea mier, & que ledit Prince Guillaume a eu de diverses femmes divers enfans qu'il a laissez après fon decès & entre autres, les trois fils fi connus, sçavoir pbie

lippe

[ocr errors][merged small][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

B 7.

« PreviousContinue »