Page images
PDF
EPUB
[merged small][merged small][ocr errors][ocr errors]

dé de cette vérité, qu'il a trouvé à propos de nommer de la part , pour l'Inclusion dans la Paix de Nimegne, le Prince de Transsylvanie, c'est ce qui paroit par les Inclusions y faites de la part de fadice Majefté Imperiale. Mais l'argument & la preuve la plus forte & la plus invincible de la Souveraineté de la Transsylvanie , & du Droit électif des Etats de cette Principauté, est le Traité d'Alliance solemnelle conclu à la follicitation de Sa Majesté Im. periale entre Elle & le Prince & les Etats de Transylvanie, & des Parties d'Hongrie qui y sont annexes. Ce Traité fut arrêté à Vienne, le 28. de Juin l'an 1686. avant la prise de Bude , & ligné par les Plenipotentiaires nommez de part & d'autre pour cet effet. En voici quelques Articles qui font à mon sujet.

1. Sa Majesté Imperiale & Royale s'en, gage à défendre la Transsylvanie, & les Parties de la Hongrie qui y sont annexes, do à y envoyer pour cet effet des Troupes

Auxiliaires sans aucun délai lorsque la nécesa fité l'exigera, & lorsqu'Elle en sera rechercbeé par le Prince du par les Etats ; Ces Troupes en entrant dans le Païs seront sous le Commandement des Généraux imperiaux, H3

mais

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

mais tandis qu' Elles y seront employés Sa Majesté en confiera la direction au Prince do à ses Successeurs, à qui elle sera conservée aussi long-tems qu'ils auront besoin de ces Troupes, auxquelles Sa Majesté Imperiale donnera la Solde i de les Transsylvains fourniront le Pain do les Vivres.

2. Tout ce qui sera Conquis sur l'ancien Domaine de la Porte , appartiendra par le Droit des Armes à celui qui s'en sera rendu maître, mais tout ce qu'on découvrira apoir été autrefois à la Transsylvanie sera remis & conservé à cette Principauté.

3. Le Prince de les Etats de Transsylvanie seront conservez e maintenus , en vertu du Droit dont ils ont jouï jusques à present dans toute l'étenduë de la Principauté dans des parties qui y sont annexes.

7. Michel Abaffi Prince legitime de Tranfsylvanie ne sera pas troublé en aucune maniere dans la Poffesion de cette Principauté, & SA Majesté a des à present pour agréable l’Election qui a été dé'a faite en faveur du Prince son Fils appellé aussi Michel Abaffi. Après leur

mort, qu'on espere qui n'arrivera pas de long, tems, la liberté sera conservée aux Etats de Transsylvanie conformement à leurs Droits. 9. L'on n'innovera rien à ce qui a été obfer

jus

[ocr errors]

jusques à présent au sujet des Armes da da Titre de Prince de Transsylvanie, Sa Majene pourra jamais s'arroger ce Titre ni les Armes,

19. Pour plus grande sureté tant par raport à ce Traité qu' à la Transsylvanie, le Prince & les Etats remettront à Sa Majesté, pour autant de tems que cette Guerre d le peril dureront, deux de leurs Places, à sçavoir Claufembourg & le Fort de Deva, en sorte que deux tiers

des Garnisons qu'on y tiendra seront composez des Troupes Imperiales, & le troje fiéme des Transsylvains, e que Sa Majesté leurs fournira la paye, Gʻles Transylvains le pain & les ustencilles, mais aussi-tôt que la presente Guerre fera terminée ces deux Places seront evacuées et renduës,

Ce Traité fut renouvelle l'année suivante par le Duc de Lorraine , qui étoit allé prendre les Quartiers d'Hyver avec l'Armée de l'Empereur en Transylvanie. C'est ce qu'on peut voir dans le nouveau Traité que ledic Duc conclut au nom de Sa Majesté Imperiale avec le Prince & les Etats de Transsylvanie.

Un Traité fi folemnel & fi précis, qui par le 2. Article avoiç prévenu & détourné les prétenfions d'une Domination abfoluë & s'étoit expliqué par le troisiéme d'une maniére plus nette sur ce sujet, qui par le 7. avoit assuré aux Etats la liberté des Elections, &

par

le 9. avoit dillipé toute ombre de doute & de soupçon la-deflus, & qui enfin par le 8. étoit appellé Traité perpetuel, sembloit devoir suffire pour établir à jamais le repos, les libertez & la tranquillitéde la Transsylvanie. Il auroit suffi en effet s'il eut été obtervé par la Maison d'Autriche avec autant de bonne foi que le Prince & les Etats de Transsylvanie y avoient de confiance. Ils livrerent à l'Armée Imperiale suivant l’Article 19. dudit Traité Clausembourg & Deva, & joignirent leurs Troupes à celles de l'Empereur pour l'avancement de la Cause commune ; mais les Généraux de Sa Majesté Imperiale se prévalant de la bonne foi de cette Nation, s'emparerent par artifice d'un grand nombre d'autres Places, & ensuite fe mirent à commander en maîtres.

Toutefois on laiffa l'ombre de la Souveraineté au Prince Michel Abaffi, & même après fa mort l'Empereur en délivrant l'an 1091. un Diplome aux Etats de Transylvanie, leur recommenda d'élever le jeune Prince Mireur Michel Abaffi, dont l'Election a été

1

[ocr errors][ocr errors][merged small]

ratifiée par Sa Majesté Imperiale, dans les verius nécessaires å un Prince, jusques à ce qu'il fut capable de Gouverner lui-même.

Le Chancelier de Transylvanie Comte. Niclas Bethlehen ennemi secret du Prince & de la Famille d'Abaffi, ayant fait un voyage à Vienne sous prétexte

du bien de la Principauté, fit en sorte qu'on y établit un Conseil d'Etat, ou bien un Gouvernement qui prêta l'Hommage à l'Empereur , comme Protecteur & Tuteur du Prince. Ce fut le fondement des malheurs de la Trans, Sylvanie, on amena bien tôt le Prince 'à Vienne avec la Chancelerie de la Principauté, & on garda peu de mesures; les Transsylvains eurent recours à leurs Loix, mais

fit

peu d'attention. Lorsque le Prince Abaffi fut à Vienne on l'obligea de renoncer à la Principauté de Transylvanie & à fon Election legitime. Le Public ignore encore s'il a été porté à cette demarche indigne par des menaces ou par des moyens plus doux, on sçait feulement que depuis ce tems là il n'est presque pas sorti de Vienne. Mais quoiqu'il en soit des motifs qui ont pû le porter à cette Renonciation, il est certain qu'elle ne déroge en rien aux Droits de la Transsylvanie, le

HS

Prins

on y

« PreviousContinue »