Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

aurons toûjours pour Sa Majesté la Reine de la Grande Bretagne, & Leurs Hautes Puissances les Seigneurs Etats Generaux des Provinces Unies, une trop parfaite veeneration pour avoir pû concevoir la pensée de nous éloigner en la moindre maniere de ce profond respect, que nous devons à ces deux Puissancos, Nous vous prions aussi, Meflieurs, dlêtre perfuadés, que nous avons & continuerons d'avoir pour vous toute l'attention, déference, & consideration que vous pouvés desirer.

Nous Vous assûrons, Messieurs, de n'avoir manqué en quoi que ce soit, dece qui regarde la direction qui nous a été.confiée des Affaires de ces Pais, & fi vous youliés bien avoir la bonté de vous souvenir, Messieurs, & vous donner les peines de vous faire produire toutes les Ordonnances, Lettres & Decrers que nous avons donné pour le Service du Roi, & de la Cause commune, vous jugeriés aifement Messieurs, que nous n'avons rien negligé, de tout ce qui pourroit y contribuer, c'est ce que nous continuerons avec tout le foin & exa& itude imaginable, vous priant d'être persuadés, que nous n'obmetterons rien de tout ce que la conscience nous per

met

[ocr errors]

mettra de faire, pour montrer le zele paifait, & l'attachement inviolable que nous avons pour la Cause commune, & pour donner , Messieurs des preuves plus évidentes du desir que nous avons de montrer nos bonnes intentions, & notre disposition à aller au devant de tout ce qui peut être avantageux au Service, Nous Vous prions, Messieurs, de trouver bon que tout lc Conseil vous fasse offre de suspendre les Gages dudit Conseil pour être employés aux

besoins que vous trouverés les plus preflants,

Nous avons l'honneur d'être, MESSIEURS,

Vos tres-humble très-obeïssants

Serviteurs,

Etoit signé. L. J. D’AREMBERG, DE GRYSPERRE, VANDER GOTE, LE COMTE D'URSEL, LE COMTÉ D'ERPS, LE COMTE DE CLAIRMONT, J. DE CAVERSON, LE COMTE DE LANNOY, J. R. THISQUEN.

Au Conseil d'Etat le 24. d'&obre 1711.

Amelo

[ocr errors]

A Messieurs du Conseil d'Etat Commis

au Gouvernement des Pais-Bas Espagnols.

[ocr errors][ocr errors]

MESSIEURS,
ous avions lieu de nous persuader

[ocr errors]

nous vous avons faite de la droiture des intentions des deux Puissances, pour le main. . tien & la conservation inviolable de la Religion & des Privileges de ces Pais-ci, qu'il ne vous auroit resté aucun fcrupule pour differer plus long-tems de reconnoître par vôtre Signature le dernier Reglement, dont le seul bûc eft, d'expliquer la Subordination, dans la quelle vous avez été commis par les deux Puissances au Gouverne ment de ces Pays; Mais nous voyons avec furprise par quelques expressions de vôtre Lettre du 24. de ce Mois, que vous paroissez toûjours croire que la direction qu'on vous a confiée en doit étre independante. Et quoi que cela même rende la Signature dudit Reglement encore plus

neccf

necessaire, cependant comme les delais que vous continuez d'y apporter, ne peu. vent causer qu’un très grand“ prejudice pour le Service de Sa Majestá Catholique le Roi Charles III. & celui de la Cause commune, dans la situation, où les Attaires de ces Pays-ci sont presentement ; pour montrer la moderation avec laquelle les deux Puissances en veulent bien user à vôtre égard, nous avons trouvé convenir Messieurs, de vous proposer de figner laDeclaration dont le projet eft mis au bas de cette, afin que nous puissions assurer les deux Puissances de la Subordination qui leur est dûë' comme representantes. Sa dite Majesté Catholique jusques à ce qu'Elle soit mise en poffeffion de ces Pays-; aut moyen de quoi nous n'exigeroos pas à present que vous signiez le dit Reglement , dont pourtant les deux Puissances ne se departirone en aucune manière, voulant qu'il soit observé dans tous ses points, & se reservant bien expressement de le faire sig. ner dans la suite, quand elles le trouveront convenir; c'eft en cela. Meffieurs, que vous pouvez nous donner des preuves les plus évidentes du desir que vous avez de montrer vos bonnes intentions & vôtre

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

disposition à aller au devant de tout ce qui
peut être avantageux au Service. Mais le
Gouvernement ne pouvant pas demeurer
plus long-tems dans la situation présente,
sans que le Service de Sa dite Majesté &
de la Cause commune n'en fouffre notas
blement, Nous nous trouvons dans la ne
cellité de vous déclarer au Nom & de la
part des deux Puissances que ceux de vôtre,
Corps qui n'auront pas ligné la Déclara-
tion qui suit avant Vendredi prochain 30.
de ce Mois, s'ils n'aiment mieux de signer
le Reglement, en conformité de nôtre
premiere Requifition, sont remerciés dez
à present pour lors, & dechargez du Ser-
ment qu'ils ont prêté en qualité de Conseil-
lers d'Etat, & que nous procederons à
l'expiration de ce terme sans uicerieur de-
lay à en établir d'autres en leur places,
Ainsi fait à Bruxelles ce : 27. d'Octubre
1711.

Etoit signé
ORRERY, JOHAN VAN DEN BERGH.

Ous les soûsignés Conseillers du ConN la part de Sa Majesté la Reine de la Grande

Bres

« PreviousContinue »