Les contes drolatiques

Front Cover
A. Houssiaux, 1870
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Common terms and phrases

Popular passages

Page 230 - Brief, le bonhomme mettant ses bezicles en son nez ou son nez en ses bezicles, se mit à querrir ung beau dragon volant ou licorne auquel pust estre commis en guarde ce threzor précieux. Et en ce grave pensier se pourmena dans ses iardins. Point ne voulut d'ung Cocquesigrue, pour ce que les ./Egyptiens s'en
Page 193 - de bougier, et gist iusques à ce que il luy plaise de se lever guarnie en ses magazins. Doncques, alors que, au matin, le faulxconneau du chasteau d'Azay entreprint de saluer la fille du Roy Loys unze, il feut contrainct, maulgré ses bonnetades, de la saluer comme se saluent les souverains par des salves à pouldre
Page 222 - ne refusa son becq à l'amour la bonne advocate embrazée, et se lairra bien adorer, presser, caresser, heureuse d'estre bien adorée, bien pressée, bien caressée, à la mode des amans affamez. Puis, tous deux feurent d'accord d'estre l'un a l'aultre durant toute la nuict, non chalans de ce qui pourroyt en advindre : elle, comptant l'advenir comme
Page 249 - de vraye croix etestoyt demouré en son manoir, où, non obstant ces prévoyances chrestiennes, la dicte voix luy frestilloyt aulcunes foys en la cervelle, et, au matin, avoyt souvent en remembrance ceste diablesse mammalement ardente comme mesche. Et pour ce que la veue de ceste gouge estoyt si chaulde que elle le faisoyt arser comme
Page 225 - demander ce qui sera de luy advenu, pour ce que ce est ung traistre. Lairrez-moy faire saulver sa femme et accommoder le reste, ie vous en deslivreray. — Ha! ha! fit le cardinal, vous estes de bon conseil. Doncques, ie vais, par avant de distiller vostre advis, les faire tous deux plus estroictement detenir. Holà ! Vint
Page 201 - travail de ceste embusche, si curieusement excogitée, luy feut démonstré entre mille bons rires par son amant. Alors que le duc fit mine de s'approucher, ceste femme se leva, puis luy dit en s'armant de sa langue d'abord, et mettant mille malédictions en ses yeulx : •— Vous iouirez de moy, mais morte ! Ha ! mon seigneur, ne
Page 204 - de bourbeteuse, puisque bourbier y ha. — Ha ! mon seigneur, que prétendez-vous ? — Vous le sçaurez en l'heure où besoing sera que vous en soyez informée. le ne vous veulx nul mal, et vous baille ma parole de loyal chevalier que ie vous respecteray trez-fort et me tairay sempiternellement sur ma desconfiture. Brief, vous cognoistrez que
Page 93 - iour d'oubli suffict pour enterrer toutes les saigesses passées. La paouvre femme se prend en sa ioye comme en ung lasset ; son amy signe sa présence ou parfoys un adieu par quelques vestiges de braguettes, escharpes ou esperons lairrés par ung hazard fatal ; et vécy ung coup de dague qui trenche la trame si
Page 189 - l'umbre de veoir au salut du navré, vérifia, mieulx qu'ung greffier commis à aulcune expertize, combien doulce et ieune estoyt la peau de ce bon petit homme si dru prometteur de liesse. Ce que ung chascun, gens et femmes, s'esbahirent de veoir faire à la Régente. Mais l'humanité ne messied iamays aux personnes royales.
Page 142 - le voyant prest à tuer sa femme et le prebstre, Carandas luy dict : — Mon bon voisin, i'ay rapporté de Flandres une espée empoisonnée, laquelle occit net quiconque, pourveu qu'elle luy fasse une esgratigneure ; ores, dès que vous en aurez tant seulement touchié vostre gouge et son concubin, ils mourront. — Allons la querrir, s'escria le

Bibliographic information