Page images
PDF
EPUB

de Vienne, a également demandé la permission de fe demettre de fes emplois.

L'impératrice revint le 25 de Czarikino - Zelo en cetre capitale. Sa. majefté impériale donna une audience de congé au Sr. Durand, miniftre de la cour de Verfailles, & le marquis de Guigné, qui le remplace, eut l'honneur de lui préfenter en même tems les lettres de créance.

Le Sr.. · Durand'a reçu, hier 29 fes pateports avec le préfent de congé de 3 mille roubles; il partira demain, dirigeant fa route fur Warfovie.

Le prince de Hele- Darmstadt, frere de la grande ducheffe, a obtenu la permiffion de l'impératrice d'aller paffer une année en Allemagne, & doit partir pour s'y rendre dans les premiers jours du mois prochain.

Les fêtes relatives à la conclufion de la paix font actuellement terminées dans tout l'empire. Voici les rincipales particularités de celles qui ont eu lieu ici les 1er. & 3 de ce mois.

[ocr errors]

A la diftance de 8 à 9 werftes de Mofcou, dans une plaine des plus agréables fur les bords de la riviere de Mofca, d'environ 5 werftes d'étendue, on avoit conftruit en bois les fortereffes d'Azoff de Kertfch, de Jénicalé, de Kinbura, de Taganrock, & plufieurs autres fur la mer noire, fur le même modele que ces plaçes font dans la réalité : elles étoient ornées en dedans avec beaucoup de goût & de magnificence. La plaine elle même repréfentoit la mer noire; & de diftance en diftance, entre les fortereffes, on voyoit des galeres & des yachts défarmés. Vers le couchant, fe trouvoit la flotre ruffe, confiftant en fept vaiffeaux de ligne ; & du côté oppofé campoit une armée de 20 mille hommes. Au midi de la plaine, fur la riviere de la Mofca, on avoit préparé différens jeux publics ufités en Ruffie; on y avoit conftruit un théâtre pour repréfenter des pieces analogues à la fête, & un échafaudage où l'on avoit placé les bœufs rôtis destinés pour le peuple; il étoit environné de fontaines de vin de biere & d'hydromel. Dans la même partie & à celle du nord on avoit difpofé des illuminations magnifiques; au couchant, un feu d'artifi ce, &c.

Le 1er. Aode, un peuple immenfe s'étant raffemblé dans cette plaine, l'impératrice s'y rendit vers les IL heures du matin, accomp gnée feulement du grand duc, la grande ducheffe fe trouvaut ce jour-là indifpofée. S. M.. & S. A. Imp., qui avoient une fuite des plus orillantes, fe rendirent d'abord dans les fortereffes de Rertfch & de Jénicalé, qu'on avoit jointes par une galerie, & où le clergé, les miniftres étrangers, & les principaux feigneurs & dames de la cour s'étoient déjà précédemment rassemblés, tous en grand gala. Elles furent reçues au fon de la mufique militaire des régimens en parade & aux acclamations du peuple. Peu après on donna le fignal pár un coup de canon, & dans un moment les ba luftrades & les treillis qui environnoient la cocagne & les fontaines, furent abattus. S. M. & toute la cour virent la fcene que donna alors le petit peuple, avec d'autant plus de plaifir, qu'a l'honneur infini de la police de Mofcou, qui avoit pris des arrangemens à cet effet, dans une foule de plus de 200 mille perfonnes au moins, qui s'empreffoient de partager la dépouille il n'arriva pas le moindre accident, & que partout le bon ordre fut admirablement obfervé.

[ocr errors]

Enfuite le clergé, les miniftres étrangers, & la nobleffe des cinq premieres claffes fe rendirent dans la fortereffe de Kalanzi, où, dans une falle ronde conftruite au centre de la place, on avoit dreffé cinq ta> bles de 4 à 500 couverts. Lorfque toute la compagnie fe fut placée, S. M. s'y rendit également, & prit fa pla ce à l'une des tables, entre le grand duc. & le feldmaréchal comte de Romanzow, les autres couverts de cette table étoient occupés par les feigneurs qui ont rang de feld maréchal, & par les miniftres étrangers. La faile étoit ornée, dans un goûr magnifique, de palmiers & d'autres embelliffemens relatifs au fujet de la fête. Pendant le repas la chapelle impériale exécuta un très-beau concert. Les cuifines étoient placées dans la fortereffe d'Azoff, diftante d'environ cent pas de celle de Kalanzi. A 4 heures, les tables urent levées ; & S. M, avec le grand duc & toute la cour retournerent à Kertfch & à Jénicalé, pour y jouir encore du fpectacle que donnoit le peuple joyeux & content. Enfuite il y eut jeu, après lequel on alla à la forteresse de Kinburn, où les acteurs de la cour repréfenterent une comédie françoife & un opéra.

[ocr errors]

A 8 heures, l'impératrice, le grand - duc & toute la Cour revinrent dans la ville, qui fut illuminée pendant toute la nuit.

Le 3 Août, il y eut un bal masqué dans deux trèsbelles falles que formotent les places de Kertfch & de Jénicalé. Le nombre des mafques étoit très-confidérable, & celui du peuple, qui s'étoit de nouveau raffemblé dans la plaine, infini, S. M. & L. A. Imp. affifterent au bal, d'abord mafquées, & fur la fin à découvert. Le foir, toutes les fortereffès, les théâtres, les vaisseaux les galeres, deux échafaudages construits expreffémeur à cet effet, à l'ancienne maniere gothique, toutes les tours des villages vo fius, tous les jardins, tout le chemin jufqu'a Mofcou, enfin tout le pays d'alentour, auffi loin que l'oeil pouvoit porter, furent iluminés. A 11 heures on tira le feu d'artifice, que S. M. & L. A. I.. virent du bord de l'un des vaiffeaux de guerre. Après qu'on l'eut exécuté, le bal, fut repris à Kertfch & à Jénicalé, & continué jufqu'au matin, tandis qu'à Azoff on fervoit toutes fortes de mets & de rafraîchiffemens à ceux qui en defiroient. Une nuit obfcure, mais calme & tranquille, favorifa la réuffite de cette fête, qui offrit le coup d'oeil le plus magnifique & le plus frappant. SUEDE.

STOCKHOLM ( le 16 Septembre.) La cour eft. actuellement au château de Gripsholm, où le roi a mandé tous les fecrétaires d'état, ainfi que le Stadthalter ou gouverneur de cette capitale.

Le 7 de ce mois, le comte de Noftitz, nouyeau miniftre de la cour de Berlin, y fut conduit dans un des carroffes du roi par le grandmaitre des cérémonies, & eut fa premiere audience du roi.

Le duc de Sudermanie, à fon retour de Carlfcron, s'étoit rendu à Gripsholm, d'où il revint ici le. 11. S. A. R. paroit devoir y refter en qualité de gouverneur général, pendant l'abfence du roi," dont le départ pour Carlfcron eft fixé au 25 de ce mois.

Le roi vient de donner le régiment de Weftermanie au duc d'Oftrogothie; mais S. A. R. nejouira pas des appointemens qui y font attachés, & le général - major Poffe continuera de

les toucher, en fa qualité de colonel-comman dant de ce corps.

[ocr errors]

a

Le Sr. Menander, docteur en théologie & vice chancelier de l'univerfité d'Abo été élu archevêque d'Upfal. Ses vaftes connoiffances, fans aucun mélange de pédantifme, l'ont conduit à cette éminente dignité, à laquelle il eft parvenu en paffant par tous les degrés de la hiérar chie eccléfiaftique. On remarque que depuis l'introduction du chriftianifme en Suede, il eft le premier archevêque qui foit né en Finlande. L'archevêque d'Upfal eft primat du royaume, & grand chancelier de l'univerfité; il a le droit de facrer les rois, qui font toujours couronnés dans cette ville.

POLOGNE.

WARSOVIE (le ad Septembre.) Le roi eft arrivé le 7 de ce mois à Bialyftock; la princeffe fa fœur, douairiere du feu comte de Branicki, grand général de la couronne, étoit allée à fa rencontre à quelque distance de ce château. S. M. s'eft arrêtée en chemin, à Wengrow & à Sokolow, où elle a été reçue au fon des cloches, & aux acclamations des habitans. Elle a dû fe rendre le 17 à Stolow.cz, maifon de plaifance de la princeffe, pour y chaffer aux ours.

Avant fon départ, le roi avoit conféré l'ordre de l'aigle blanc au Sr. Leon Szepticki, coadjuteur de Léopol, & métropolitain de toute la Ruffie pour le rit grec-uni. On dit que ce prélat defcend d'une famille romaine, connue fous le nom de Titius Septitius. Ce qu'il y a de plus certain, c'est qu'il a des connoiffances très-étendues, & que c'eft à fa vigilance paftorale, & furtout à la pureté de fes mœurs qu'on doit la converfion des Grecsdéfunis de l'Ukraine qui s'étoient détachés de l'é◄ glife romaine.

[ocr errors]

L'abfence du roi n'empêche pas que le confeil permanent ne s'affemble deux fois par femaine, Il s'occupe de la révision des décrets & réglemens de la derniere diete; mais il ne porte aucune dé, cifion fur ceux qui font contradictoires fur le même objet, ou qui ont befoin d'interprétation. C'eft à la prochaine diete qu'il appartient de rectifier, de réformer ou d'innover; ce qui rendra fes féances très importantes par la multitude d'ob, jets qui y feront traités. On voit par-là que le confeil permanent n'a que la puiffance exécutrice, & que le pouvoir législatif réfide uniquement dans l'affemblée des repréfentans de la république. Plufieurs membres du confeil, qui ne l'entendoient pas ainfi, font affez mécontens de voir leurs fonctions refferrées dans des bornes fi étroites.

Le comte Twardowski, palatin de Kalifch, & le-Sr. Gurowski, maréchal de cour de Lithuanie, font de retour des frontieres de Ruffie, dont ils ont réglé la démarcation. Ces commiffaires ont préfenté au confeil permanent les actes & les cartes relatifs à cette opération, qui s'eft terminée fans conteftations.

A l'occafion de l'affaire dont on a parlé dernierement, le Sr. Puchata cherche à fe juftifier dans un manifefte où il dit que le prince Poninski a remis en effet au grod la conftitution par laquelle il eft enjoint aux Juifs de s'éloigner de Warfovie; mais qu'il l'a enfuite retirée,& y a fubftitué celle qu'on y trouve aujourd'hui. D'après cet expofé, le bruit fe répand que le prince Poninski fera cité au confeil permanent.

C'eft a Slonin qu'on a conduit le Sr. Koricki, colonel d'un Pulk de Ulans ou Tartares, ainfi que les deux freres Baranowski & un autre officier qui étoient entrés dans le même complot. Leur procès s'inftruit par devant le comte Oginski, grand général de Lithuanie.

[ocr errors]
« PreviousContinue »