Page images
PDF
EPUB

L'Ecole reçoit, en 1869, Bisch (1), ancien médecin de marine, qui après une brillante carrière aux colonies, deviendra successivement suppléant d'anatomie, suppléant des chaires de médecine, chef des travaux anatomiques et enfin professeur de pathologie interne. La même année Buissard, Minder et Corcellet, jusque-là chargés de cours, sont nommés titulaires.

Sur l'initiative du Directeur Aribert-Dufresne, qui avait signalé la faiblesse des élèves en physique et réclamé un professeur pour cet enseignement, le doyen de la Faculté des sciences en avait été chargé. AribertDufresne avait également porté son attention sur l'enseignement des maladies mentales: il aurait désiré voir les élèves suivre de temps en temps la clinique mentale de Saint-Robert.

La guerre de 1870, en arrêtant, bien entendu, tout travail à l'Ecole, ne fut pour les médecins, ici comme partout, qu'une occasion de plus de montrer leur dévouement le Dr Buissard était le président de la section internationale des secours aux blessés pour le département de l'lsère, où un grand nombre d'ambulances sédentaires ou volantes furent rapidement organisées (2).

En 1873, le Dr Berger, déjà professeur suppléant, est nommé titulaire. de la chaire de clinique interne, devenue vacante par la mort de Buissard, qui lui-même avait succédé à Robin.

La même année, la chaire de pharmacie et de toxicologie, occupée par M. Breton, est transformée en chaire de pharmacie et de matière médicale.

En 1873, l'Ecole de médecine a l'honneur de compter comme professeur de chimie un savant déjà célèbre, aujourd'hui illustre, et dont le nom restera lié à une des plus fécondes découvertes de ce siècle, M. Raoult, doyen de la Faculté des sciences. M. Raoult arrive à l'Ecole comme professeur d'une nouvelle chaire de chimie et de toxicologie, pour la création de

(1) Bisch a laissé, entre autres travaux et communications, une note intéressante sur la lucilie hominivore qu'il avait observée à la Guyane. Société de statistique, 1871.

(2) Les Ambulances du lycée étaient ainsi organisées: Salle no 1, 56 lits; chirurgien en chef, Baptiste Charvet; chirurgien-adjoint, Leroy Salle no 2,

43 lits; chirurgien en chef, Armand Rey; chirurgien-adjoint, Peyraud. Salle no 3; chirurgien en chef, Gaché: chirurgien-adjoint, Berriat. Ambulances Saint-Joseph: Félix Allard.

Ambulances des Capucins: Bois.

-

Le service pharmaceutique était assuré par H. Breton, Giroud, Martel, Flandrin, Drevon et Sirand.

L'ambulance volante était composée de Jacquet, chirurgien-major; Bernard et Masson, chirurgiens aides-major; Rostaing, pharmacien; l'abbé Martin, puis l'abbé Regnier, aumôniers: Dallemagne, comptable.

Enfin le Dr Turel était médecin-major de la 1re légion mobilisée de l'Isère; c'est lui qui organisa dans la salle du musée, en façade sur la rue Villars, une infirmerie de 50 lits, installée exclusivement aux frais de la légion.

laquelle le conseil municipal, sur l'initiative de M. Calvat maire et du Dr Gaché adjoint, vient de voter un crédit.

La chaire d'histoire naturelle et de matière médicale, occupée par Aribert-Dufresne, est transformée en chaire de thérapeutique et d'histoire naturelle.

Le Dr Berriat, professeur de pathologie externe, demande à être mis en congé. Il est remplacé par le suppléant pour les chaires de chirurgie, le Dr Girard (1), qui le remplace définitivement lorsqu'il donne sa démission en 1876.

En 1874, arrive à l'Ecole, comme suppléant d'anatomie et de physiologie, le Dr Turel, qui devient, en 1876, professeur d'histoire naturelle et de [thérapeutique, jusqu'au jour où il prend la chaire de pathologie externe et de médecine opératoire. Le Dr Turel est en outre nommé à l'élection secrétaire de l'Ecole. Cette même année, Bisch remplace M. Michaud comme professeur de pathologie interne.

L'Ecole se renouvelait ainsi petit à petit si les nouveaux éléments allaient être pour elle une source nouvelle de vigueur, ses professeurs honoraires eux-mêmes n'avaient rien perdu de leur activité : A. Charvet continuait la série de ses travaux, et il est difficile de ne pas être surpris de l'activité de ce savant qui, médecin, professeur de zoologie, professeur d'anatomie, mène de front l'anatomie, l'embryologie, la botanique et l'ensemble des connaissances biologiques (2).

(1) Voici les principales publications du Dr Girard :

Résorption urineuse et urémie dans les maladies des voies urinaires.

Du bubon chancreux sus-épitrochéien.

Du traitement des hernies étranglées par la ponction aspiratrice.

De la ponction sus-pubienne dans la rétention d'urine.

Du traitement du pédicule dans les hysterectomes abdominales.

De la suette miliaire.

De l'ostéomyélite à répétition.

De la valeur médico-légale des ecchymoses sous-pleurales, péricardiques et péricraniennes.

Grenoble, au point de vue de l'Hygiène.

Des précautions à prendre pour éviter les maladies contagieuses: choléra, diphtérie, variole, scarlatine, 4 brochures différentes.

De l'application du « tout à l'égoût » à Grenoble, au point de vue de l'hygiène.

De la trépanation dans l'épilepsie.

De l'emploi de l'éther iodoformé, en injections, dans les arthrites tubercu

leuses.

Chirurgien honoraire de l'Hôpital et médecin en chef des épidémies, le Dr Girard est la tête des services hospitaliers de la ville en qualité de vice-président du Conseil d'administration des hospices.

(2) A. Charvet publie en 1869 un compte rendu du service médical de l'Hôpital civil de Grenoble.

Il publie une note sur les plantes médicinales des environs de Grenoble (In

L'élévation habituelle de son esprit donnait à tous les travaux d'A. Charvet une tournure sociologique, témoin sa belle étude sur le crétinisme dans l'arrondissement de Grenoble (1).

Dans ce travail remarquable, A. Charvet constate la diminution progressive de cette endémie, dans les vingt dernières années : « Au commencement de ce siècle, dit-il, le tiers et, dans certains villages, la moitié peutêtre des habitants étaient porteurs de goitres volumineux. Des crétins aux formes et aux allures caractéristiques vaguaient dans les rues et sur les chemins, ou étaient assis dans la maison immobiles ou se balançant machinalement sur leurs chaises ». Dans des considérations intéressantes sur le rôle de la misère comme facteur capable d'accroître la réceptivité de l'organisme vis-à-vis la cause encore inconnue de l'endémie crétinogoitreuse, il cite des faits curieux, qui montrent la complexité des questions de milieu: A Saint-Paul-de-Varces, le goître était très fréquent; à une époque où les vignobles de la contrée tout entière furent ravagés par l'oïdium, la commune de St-Paul, si pauvre habituellement, fut épargnée. Elle seule eut en effet du vin et, comme le vin fut très cher cette année-la ainsi que les suivantes, elle vit une prospérité relative remplacer chez elle l'ancienne misère et l'endémie diminuer. La commune de Vaulnaveys vit de même sa richesse s'accroître et l'endémie diminuer avec le percement de la route d'Uriage à Vizille, avec la création de l'établissement d'Uriage et avec l'introduction des métiers à tisser la soie, qui amenèrent l'aisance. Charvet cite même telle commune voisine qui, après avoir été assainie par les métiers, vit l'endémie revenir avec la misère, le jour où les métiers disparurent pour une cause quelconque.

Si les derniers travaux de Charvet contribuèrent à illustrer l'Ecole de médecine, celle-ci pouvait avec raison se montrer flattée des recherches de son nouveau professeur de chimie, M. Raoult, professeur de chimie à la Faculté des sciences (2).

Société de statistique, 1863). L'auteur signale notamment la présence, aux environs de Grenoble, de plantes méridionales: centaurea solstitialis et asclepias syriaca.

En 1871, il publie une étude sur le phylloxera vastatrix. Malheureusement ses prévisions sur la marche du phylloxera ne se sont pas réalisées. Il pensait en effet que le plateau des terres froides, où la vigne n'est pas cultivée et où le phylloxéra, si le vent l'amenait, ne trouverait pas à vivre, mettrait la vallée du Graisivaudan à l'abri du parasite.

En 1874, il publia une note intitulée: Cébocéphalie avec adhérence du placenta au crâne et à la face sur un foetus humain.

(1) Exposé sur l'extinction progressive du crétinisme et du goitre endémique, dans l'arrondissement de Grenoble. T. 4241.

(2) Parmi les publications de M. Raoult je signalerai les suivantes :

II

Malgré les précieuses recrues faites par le personnel enseignant, malgré l'accroissement du nombre des élèves, les bâtiments de

Recherches sur les forces électromotrices des éléments voltaïques.

Recherches sur la chaleur chimique et la chaleur voltaïque. (Comptes rendus de l'Académie des Sciences, 14 septembre 1863.)

Chaleur dégagée par l'unité de Force électromotrice dans l'unité de résistance. (Ibid., 11 janvier 1864.)

Mesure directe de la chaleur dégagée lors de la combinaison du cuivre avec le chlore et le brome (Ibid., 4 juillet 1864.)

Recherches thermiques sur les voltamètres et mesure des quantités de chaleur dégagées dans les actions chimiques. (Ibid., 19 septembre 1864.)

Influence de la température sur l'Electrolyse. (Ibid., 9 novembre 1868.) Influence du changement d'état des métaux sur la force électromotrice des éléments voltaïques. (Ibid., 15 mars 1869.)

Influence du changement d'état les sels sur la force électromotrice des éléments voltaïques] (Ibid., 11 octobre 1869.)

Condensation de l'hydrogène dans le nickel. (Ibid., 11 octobre 1869.)

Action d'un couple cuivre-cadmium sur le sulfate de cadmium. (Ibid., 4 novembre 1872).

Sur la réduction apparente des sels par leurs métaux. (Ibid., 20 janvier 1873.) Recherches sur les forces électromotrices et les quantités de chaleur dégagées dans les combinaisons chimiques. (1re Partie: Annales de Chimie et de Physique, série 4, T. II, 1864. — 2e Partie: Ibid.. T. IV, 1865.)

Comparaison des coefficients colorifiques des courants thermoélectriques et hydroélectriques. (Annales de Chimie et de Physique, juillet et août 1871.)

Sur les causes de la différence entre la chaleur chimique et la chaleur voltaïque. (Bulletin de la Société chimique de l'Isère, 1870.)

Analyse des gaz de la Fontaine ardente. (Comptes rendus de l'Académie des Sciences, 16 mai 1870.)

Transformation d'une dissolution de sucre de canne en glucose, sous l'influence des rayons solaires. (Ibid., 30 octobre 1871.)

Absorption de l'ammoniaque par le nitrate d'ammoniaque. (Ibid.,19 mai 1873.) Absorption de l'ammoniaque par les dissolutions salines. (Ibid., 10 novembre 1873.)

Emploi de charbon de cornues pour la distillation de l'acide sulfurique. (Ibid., 1874.)

Appareil simple pour l'analyse des mélanges gazeux par les liqueurs absorbantes. (Ibid., 10 avril 876.)

Influence de l'acide carbonique sur la respiration des animaux. (Ibid., 8 mai 1876.)

Sur la présence du cuivre et du zinc dans le corps des animaux. (Ibid., 2 juillet 1877.)

Action de l'acide carbonique sec sur la chaux pure. (Ibid., 24 janvier 1881., Action de l'acide carbonique sur la baryte et la strontiane. (Ibid., 9 mai 1881.)

Sur les carbonates basiques de chaux. (Ibid., 20 juin 1881.)

Nouveau réactif de la strychnine. (Bulletin de la Société de statistique de l'Isère, 3e série T. IV.)

Moyen de traiter directement le sulfure d'arsenic dans l'appareil de Marsh. (Ibid.).

Les acides de la série sulfurique. (Ibid.)

l'Ecole étaient insuffisants. Un décret

ministériel allait donner le

signal du lent exode, qui devait, après bien des pourparlers, après

Recherches sur l'absorption de l'ammoniaque par les dissolutions salines ̧ (Annales de Chimie et de Physique, 5o série, T. I, 1874.)

Influence de l'acide carbonique sur la respirauion des animaux. (Annales, ibid., T. IX, 1886.)

Les recherches de M. Raoult sur le cryoscopie et la tonométrie sont surtout célèbres. Je citerai :

Sur la tension de vapeur et sur le point de congélation des dissolutions salines. (Comptes rendus de l'Académie des Sciences, 22 juillet 1878.)

Sur le point de congélation des mélanges alccoliques. (Ibid., 12 avril 1880.) Loi de congélation des solutions aqueuses des matières organiques. (Ibid., 5 juin 1882).

Loi de congélation des solutions benzéniques des susbtances neutres. (Ibid., 24 juillet 1882.)

Loi générale de congélation des dissolvants. (Ibid., 27 novembre 1882.) Recherches sur le partage des acides et des bases par la méthode de congélation des dissolvants. (Ibid., 26 février 1883.)

Sur le point de congélation des dissolution acides. (Ibid., 4 juin 1883.) Sur le point de congélation des dissolutions alcalines. (Ibid., 29 octobre 1883.) Sur l'abaissement du point de congélation des dissolutions de sels alcalins. (Ibid. 25 février 1884.)

Sur l'abaissement du point de congélation des dissolutions des sels est métaux biatomiques. (Ibid., 28 avril 1884.)

Sur le point de congélation des dissolutions salines. (Ibid., 18 août 1884.) Action de l'eau sur les sels doubles. (Ibid., 24 novembre 1884.)

Influence de la dilution sur le coefficient d'abaissement du point de congélation des corps dissous dans l'eau. (Ibid., 13 avril 1885.)

Sur les abaissements moléculaires limites de congélation des corps dissous dans l'eau. (Ibid., 22 juin 1885.)

Application de la cryoscopie à la détermination des poids moléculaires. (Ibid., 23 novembre 1885.)

Recherches sur la température de congélation des dissolutions. (1re partie Journal de Physique, janvier 1884; 2e partie Journal de Physique, février 1886.)

Sur le point de congélation des liqueurs alcooliques. (Annales de Chimie et de Physique. 5e série, T. XX, 1880.)

Loi de congélation des solutions aqueuses des matières organiques. (Ibid., 5e série., T. XXVIII, 1883.)

[ocr errors]

Loi générale de congélation des dissolvants. (Ibid., 6e série, T. II, 1884.) Recherches sur le partage des acides et des bases par la méthode de congélation des dissolvants. (Ann., ibid.)

Sur le point de congélation des dissolutions acides. (Ann., ibid.)
Sur le point de congélation des dissolutions alcalines. (Ann., ibid.)

Sur le point de congélation des dissolutions salines. (Annales de Chimie et de Physique, 6e série, T. IV, 1885.)

Influence du degré de concentration sur le point de congélation des dissolutions. (Annales de Chimie et de Physique, 6e série, T. VIII, juillet 1884.)

Méthode universelle pour la détermination des poids moléculaires. (Ibid.) Extension de la loi générale de solidification au thymol et à la naphtaline. (Comptes rendus de l'Académie des Sciences, 7 juin 1886.)

Kryoskopische Studien über Traubensæure und traubensæure Salze. (Zeitschrift für physikalische Chimie, I, 4.)

Sur la composition des permanganates alcalins. (Bulletins de la Société chimique, T. XLVI, p. 805, 1886.)

« PreviousContinue »